D’emblée, vous penserez: “drôle d’idée de relier le yoga et l’écriture!”. Ce sont pourtant deux outils très précieux et très complémentaires qui se nourrissent l’un l’autre.

La pratique du yoga – discipline multi-millénaire- favorise la détente, le lâcher-prise, l’intériorisation. Cela développe également l’écoute de votre corps. Cela vous aide à vous relier à vos sensations, à toute la richesse de votre monde intérieur.

Nourrie et inspirée par cette écoute de votre corps, l’écriture vous permet ensuite d’enraciner vos mots dans vos ressentis profonds, d’accueillir des images personnelles et singulières, de consolider votre propre vision du monde.

S’offrir une parenthèse bienfaisante

Allier le yoga (mot sanskrit qui signifie ‘unir’) et l’écriture, c’est s’offrir un moment pour vous, sauvegarder une parenthèse de ressourcement dans votre vie quotidienne. C’est allier à la fois votre pratique corporelle et votre cheminement personnel. Bernard Werber, d’ailleurs, pratique le yoga et la méditation.

Pratiquer le yoga, même en réalisant des postures simples et accessibles à toutes et tous, notamment pour les non-initiés, privilégie l’étirement, le relâchement, la concentration. Ensuite, écrire après une séance s’appuie sur la certitude que les mots vous appartiennent et que vous pouvez les apprivoiser.

Les deux activités vous permettront de vous ancrer en vous, de prendre racine dans un monde souvent compliqué, de vous laisser porter par le souffle, d’accueillir l’inspiration, d’embellir votre imagination.

L’exemple d’Amélie Nothomb

Amélie Nothomb pratique une écriture assez proche du yoga. L’écriture est ce qui la connecte à elle-même. Elle avoue avoir eu d’immenses problèmes avec elle-même, car elle ne se sentait pas exister, ni reliée à elle-même.

Amélie Nothomb

L’écriture relie Amélie Nothomb à la réalité. Cela lui procure un regard sur le monde extérieur et lui permet d’interpréter ses perceptions du monde. Cela lui a permis de se relier aux autres, ce qui a été le plus difficile dans sa vie. L’écriture lui a permis de réussir là où elle avait échoué dans ses relations aux autres.

Après avoir eu de très graves problèmes d’anorexie, elle n’a pu s’en sortir qu’en séparant totalement son âme de son corps. Son corps s’est donc séparé de son âme pour aller se nourrir vers ce qui allait la mener à l’écriture.

Par ce fait, la jeune femme qu’elle était, de 16 à 21 ans, s’est coupée de ses émotions et de ses sensations. Elle n’éprouvait presque rien. Par instinct, elle a commencé à écrire, sans savoir ce qu’elle faisait, sans avoir aucune ambition d’écrivaine. Cette écriture a réussi à recoudre son âme avec son corps.

Elle dit que pour écrire, IL FAUT UN CORPS: C’est d’abord dans le corps que chaque histoire naît. Amélie Nothomb a réussi à trouver son écriture actuelle uniquement à partir du moment où elle a été enfin dans son corps. L’énergie et le corps sont au cœur du yoga. L’énergie sans le corps, ça ne marche pas. L’énergie vient du corps.

L’écrivaine belge pratique sa discipline d’écriture en suivant toujours le même rituel, comme la plupart des yogis. Pour écrire à partir de 4 heures du matin, après avoir bu un demi litre de thé vert bien fort, elle se met dans un état méditatif pour commencer sa pratique d’écriture pendant 4 heures tous les jours. Sa méditation à elle, c’est l’écriture.

Elle pratique de temps à autre le yoga avec le chanteur Mika, et elle apprécie car cela prend des allures de jeu, sans être fatigant.

Mika

L’exemple de Bernard Werber

L’écrivain à succès Bernard Werber a été initié au yoga à 13 ans, lors d’une colonie de vacances. Cet éveil précoce continue à l’influencer dans sa vie et dans son écriture. Il a trouvé d’emblée que cette pratique était calme, détendait et qu’on souriait après.

Bernard Werber

Bernard Werber, durant son initiation estivale, a appris à respirer, à rentrer le ventre, à ralentir son cœur, à manger vrai, à être vraiment là, à regarder et à fixer un point, le tout en conscience.

Il a compris, aussi jeune, que lorsqu’une personne entre en spiritualité, ça agace beaucoup de monde, notamment les imbéciles! Cela peut rendre les autres agressifs et générer de la brutalité, alors que le but du yoga, c’est l’inverse!

Le matin, après avoir noté ses rêves au réveil, Bernard Werber pratique son yoga, pour s’étirer, étendre, pendre conscience qu’il a un corps et qu’il a la chance d’en avoir un.

Bernard Werber reste persuadé que notre esprit est comme un conducteur qui pilote une voiture et qu’après la mort, le conducteur change de véhicule, à la manière de la réincarnation bouddhiste.

Il vit aussi dans l’instant présent, accepte le monde tel qu’il est: en bref, des notions que l’on peut retrouver dans le yoga.

L’association du yoga et de l’écriture

Comme je l’ai souvent précisé, l’écriture est une pratique libératoire, tout comme le yoga. Comme la respiration profonde enseignée dans le yoga, l’écriture permet d’apaiser le mental. Le simple fait de coucher sur le papier libère l’esprit. L’écriture permet aussi de purger les émotions négatives, tout comme le yoga.

L’écriture a une visée de bien-être, tout comme le yoga. En écrivant, il s’agit de prolonger les bienfaits de l’activité yogique, de mettre des mots sur les sensations, d’aller plus loin dans l’observation de soi-même.

Le yoga et l’écriture représentent un mariage original et fécond de deux pratiques complémentaires d’exploration de soi. En faisant les postures de yoga, le pratiquant a l’occasion de découvrir les articulations possibles entre le mouvement, le souffle et le langage.

Pratiquer le yoga et l’écriture, c’est passer de la posture sur son tapis de yoga à la feuille de papier, passer de sa peau à la peau des mots. Le yoga nous permet de mieux connaître notre corps, de le relier avec notre esprit. L’écriture propose un voyage au cœur des mots et des images, en appelant à la création, possible parce que notre esprit est détendu et ouvert par le yoga.

Le yoga et l’écriture aiguisent nos sens, nous font respirer, et donc, nous sentir libres, et donnent des ailes à nos mots! Pratiquer le yoga et l’écriture, c’est un chemin des possibles!

Les bienfaits du yoga

Le yoga est bon pour la santé. Certes, d’autres activités peuvent faire aussi du bien pour votre santé. Le yoga n’est pas une recette miracle ni un médicament magique. Tout simplement, cette discipline peut aider à vous sentir considérablement mieux dans votre vie.

Voici ce que le yoga peut améliorer dans votre vie:

  • à réduire votre stress
  • à vivre plus sereinement
  • à améliorer votre respiration et votre souffle
  • à vous donner confiance en vous
  • à être plus présent à vous-même et au monde
  • à améliorer votre concentration
  • à renforcer votre corps
  • à améliorer votre souplesse
  • à ouvrir les portes de la philosophie et de la spiritualité

Vous comprendrez aisément les bienfaits que le yoga peut donc avoir sur la pratique d’écriture. Le mental étant apaisé et l’esprit plus clair, il est donc plus facile de se mettre à écrire.

Le yoga, vous l’aurez compris, permet l’union du corps, de l’esprit et de l’âme des mots. Dans les postures de yoga, le pratiquant cherche à comprendre le mouvement et à le rendre plus fluide. Comme dans l’écriture, lorsque l’écrivain doit opérer un choix des mots pour mieux articuler ses phrases.

La pratique corporelle du yoga permet de s’ouvrir à nos espaces intérieurs, car les postures libèrent cet espace intérieur dans le corps. La pratique du yoga ouvre les pratiquants à d’autres dimensions de l’intimité, de la connaissance de soi et du rapport au corps, bien sûr.

Toue pratique corporelle nous connecte parfois à des émotions, des ressentis que notre mental ne perçoit pas toujours. La pratique du yoga permet une attention accrue à la respiration, aux gestes, mais aussi aux parties de notre corps, à notre chair, à nos muscles, à nos os, ainsi qu’à nos organes.

Développer ses sens par le yoga est un vecteur intéressant pour l’écriture. Le corps se définit aussi comme une force, une forme et ses dimensions symboliques peuvent s’explorer en écrivant.

La pratique du yoga va donc ouvrir d’autres espaces de perception, une attention précise aux manifestations corporelles. L’écriture va pouvoir se centrer sur le corps, devenir plus précise et plus consciente. En écrivant, il s’agit de se mettre à l’écoute de son corps, de la façon dont il bouge, respire et ressent.

En pratiquant le yoga, l’écrivain apprend à se détendre et à mettre en sourdine son mental, car le mode de vie de beaucoup d’entre nous nous éloigne parfois des ressentis du corps.

La créativité et le yoga

La créativité a quelque chose à voir avec l’affirmation de soi: oser montrer au monde ce dont nous sommes capables. C’est un processus dans lequel nous nous construisons.

La créativité nous offre la possibilité de faire des liens, de trouver des solutions. Dans une certaine mesure, nous sommes tous capables de le faire. Certaines et certains hésiteront. Soit. La créativité peut aider à résoudre un tas de problèmes.

La matière de nos histoires prend sa source dans la pensée. Tout ce qui se crée est d’abord imaginé. De là, naît un tas de choses. L’imagination n’est pas spécialement réservée aux rêveurs. Bien sûr, ces derniers ouvrent la porte de leur imaginaire bien plus souvent qu’à leur tour. Cependant, tout le monde peut y accéder.

Tout le monde a besoin d’imaginer sa vie et de la rêver. Ce processus de création est une des choses souvent considérée comme inaccessible par la plus grande partie d’entre nous. Un artiste qui crée depuis longtemps sait qu’il faut être centré pour pouvoir accéder à cette partie créatrice qui réside en lui.

C’est en faisant le vide ou plutôt en se connectant à lui-même qu’il arrive à se détacher et rentrer dans un processus de création. Le yoga permet de se recentrer, de se connecter avec ces parties de nous-mêmes que nous avons oubliées. Il nous autorise à nous débarrasser des couches superflues. C’est précisément là que nous pouvons trouver notre potentiel de créativité.

Personnellement, la pratique du yoga m’a permis de me lancer dans l’écriture. C’était le challenge de ma vie. Grâce au yoga, j’ai pu me connecter avec une partie de moi délaissée par les priorités du quotidien. C’est venu, au fil des années, avec une envie lancinante. J’ai eu besoin d’écrire et de créer.

Je suis allée puiser dans mon potentiel de créatrice et d’être dans ce processus longtemps oublié pour moi. Ma vie d’adulte m’a fait longtemps oublié mes rêves et mon champ des possibles. Je me suis donné la possibilité de me connecter à mon pouvoir créateur.

Mon expérience personnelle du yoga et de l’écriture

J’ai commencé à pratiquer le yoga il y a bientôt 24 ans, à la suite d’un divorce douloureux. J’ai poussé la porte d’un club près de chez moi, sans savoir ce qu’était cette pratique. Je peux maintenant dire avec le recul que mon corps savait, par intuition, que c’était vital pour moi, une question de survie physique et mentale.

J’avais besoin de souffler, après les dernière années compliquées et harassantes de ma vie de couple. J’avais besoin de trouver une force pour pouvoir élever seule mes deux enfants. Cela devenait urgent de prendre du temps pour m’occuper aussi de moi, pour recentrer toutes ces douleurs en moi.

J’avais mal au dos, mal aux épaules. A part promener ma chienne tous les jours, je manquais d’activité physique. Mes premiers cours de yoga ont été douloureux et compliqués. Mais, j’ai persévéré, tout en laissant mon esprit vagabonder énormément. Au fil du temps, je me suis sentie à l’aise, bien dans mon corps, bien dans ma tête!

Aujourd’hui, je ne saurai plus me passer de yoga. Il est inscrit dans ma pratique journalière comme une nécessité. Au fil des ans, j’ai appris à être plus détendue, à prendre sur moi, à positiver, à relativiser. Je me sens plus forte et plus sûre de moi-même grâce au yoga.

Je ne m’intéresse pas au regard des autres car le yoga nous apprend à nous accepter tels que nous sommes, et cela fait beaucoup de bien. Pour moi, le yoga a agi à deux niveaux: le premier, sur ma respiration. Deuxièmement, je me suis renforcée physiquement avec les postures, en devenant très souple, moi qui étais rigide à la base. J’ai découvert des parties de mon corps que je ne connaissais pas – entre autres, des muscles, merci aux courbatures!.

Le yoga m’a permis de me révéler, d’ouvrir des voies en moi insoupçonnées. J’ai réussi à découvrir qui j’étais, grâce au yoga. Cela ne se fait pas en six mois, mais sur de longues années. Ma vie a changé, j’ai pris conscience de beaucoup de choses et j’ai pu m’ancrer dans mon existence.

Sans le yoga, je ne serais jamais venue à l’écriture! Très souvent, depuis que je me suis réellement mise à l’écriture, il m’arrive qu’une idée d’histoire pointe le bout de son nez sur mon tapis. Je la garde en moi comme un mantra, et dès que je rentre chez moi, je la note. Pourquoi et comment sont survenues toutes ces idées? Je ne me pose pas la question…

C’est l’envie de devenir écrivaine publique qui m’a mise à l’écriture. De par ma profession d’enseignante depuis plus de 35 ans, j’ai toujours pas mal écrit déjà, mais toujours dans un cadre professionnel rigide qui ne me satisfaisait plus. J’ai beaucoup aidé mes élèves, souvent en difficulté avec le français.

C’est à la suite de ce constat-là que j’ai souhaité me former pour devenir écrivaine publique: pour mettre mes compétences au service des gens. Puis, installée dans une certaine routine, j’ai eu la désagréable sensation de ronronner dans mon quotidien.

Thibault, mon fils aîné, avait déjà commencé son blog, « reinventersontravail.com » sur le bien-être au travail. Il me relatait le bien-être que lui-même retirait de cette activité, en écrivant et en effectuant ses recherches pour ses articles. Pendant des mois, il m’a incitée à franchir le pas et à tenir un blog. Je répondais toujours que je ne me sentais pas compétente en informatique. La belle excuse !

C’est comme ça que l’aventure de mon blog “La Plume de Laurence” a démarré, voici plus de deux ans maintenant. Je suis la preuve qu’il n’y a pas d’âge pour commencer une aventure! Il faut y croire, oser et avancer!

En guise de conclusion

Le yoga m’a donné des racines pour ancrer ma vie, mes pensées, mes rêves et mes désirs. Grâce à cette pratique, je peux me déployer et mettre tout ce que j’ai appris au service de mon écriture.

Je ne peux plus vivre sans ces deux pratiques qui accompagnent ma vie désormais. L’une m’ouvre des espaces intérieurs dans lesquels je peux créer en toute liberté. L’autre m’ouvre sur un univers insoupçonné jusque-là.

Ecrire est devenue une nécessité pour moi, tout comme le yoga. Si je pratique l’une et pas l’autre, je ne me sens pas bien, ni dans mon corps, ni dans ma tête. Le yoga et l’écriture sont devenues la sève qui m’abreuvent pour me sentir vivre dans la joie!


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *