Il est vrai que les élèves français ne sont pas toujours très à l’aise dans le domaine de l’écriture, qu’il s’agisse de la production d’un texte ou de l’acte d’écrire en lui-même, stylo à la main. Hélas!

Dans un dossier publié en 2018 par le Conseil National d’évaluation du système scolaire (CNESCO), il ressort que les élèves français rédigent peu et avec difficulté. Les textes rendus sont souvent trop courts, voire incohérents.

Le problème, c’est que ces difficultés en français se retrouvent dans les autres matières dans lesquelles il est nécessaire de rédiger: sciences, histoire, géographie, etc.

Les jeunes écrivent

Les jeunes, en fin de compte, écrivent beaucoup, mais dans un contexte non scolaire. C’est plutôt rassurant! Car ils savent qu’ils ne seront pas jugés. Cette écriture, très souvent, reste secrète. Ces jeunes rédigent des fictions, leur journal intime, etc.

C’est une écriture souvent bourrée de fautes d’orthographe, mais qui constitue une sorte de défouloir, qui n’est pas destinée à être lue. Ils écrivent pour eux, car cela leur fait du bien d’exprimer leurs émotions, leur trop-plein de stress face à leur scolarité ou aux autres.

Les jeunes entre eux communiquent aussi beaucoup par écrit, sur leur smartphone, la plupart du temps: sur les réseaux sociaux, les blogs, via leurs messageries, etc. Ils rédigent avec leur langage et au moyen d’expressions qui leur sont propres, souvent en phonétique ou en utilisant des néologismes, des abréviations ou des émojis (émoticônes). En somme, une écriture que beaucoup d’adultes jugeraient peu conventionnelle!

Une approche ludique de l’écriture

Avant tout, pour donner envie aux enfants de se mettre à écrire, il convient d’adopter une approche ludique et sans jugement de l’écriture. Ecrire pour écrire, c’est ennuyeux à leurs yeux. Tout doit se faire dans la joie, avec une attitude positive. Rédiger doit, avant tout, être un jeu et un amusement. Autrement, quel est l’intérêt de la pratique?

Les enfants aiment jouer. Alors, faisons un jeu de l’écriture. Ils ne pourront jamais découvrir les joies de l’écriture s’ils sont en permanence jugés dès qu’ils écrivent et qu’ils font des erreurs d’orthographe.

Pour que cette activité devienne ludique, les enfants doivent y trouver du sens. Il faut faire en sorte que l’écriture ne soit pas perçue comme un exercice formel.

Faites réfléchir les enfants sur la question de l’écriture:

  • Pourquoi écrit-on?
  • Pourquoi les parents ou le maître ou la maîtresse écrivent?
  • Quand écrit-on?
  • Qu’est-ce qu’on écrit?
  • Comment on invente une histoire?
  • Comment on écrit une histoire?
  • Etc.

Pour que l’acte d’écrire reste ludique, il faut penser à donner de la liberté aux enfants sur le sujet ou le type d’écriture. Limitez les contraintes au maximum; elles doivent, de toute façon, rester simples, abordables et adaptées à l’âge des enfants.

Les thématiques abordées peuvent être diverses et variées. Les enfants, lorsqu’ils sont en confiance, sont intarissables et développent des trésors d’imagination. Ils peuvent ainsi exprimer leur créativité!

La liberté de la créativité

Les enfants adorent inventer et imaginer! Pour faire écrire vos enfants, appuyez-vous sur leur imagination galopante! Laissez les enfants choisir leurs supports pour écrire. Pour certains, cela sera sur un journal, pour d’autres, des feuilles conventionnelles. D’autres encore auront une préférence pour les supports numériques.

Bien que l’écriture manuscrite soit fondamentale pour le développement des capacités cérébrales des plus jeunes, il ne faut pas d’emblée rejeter l’ordinateur, surtout quand les enfants grandissent. Cela fait aussi partie de leur monde! La diversité des supports crée de l’attrait et le goût d’écrire!

Ne les obligez pas non plus à écrire forcément au stylo. Certains enfants préfèreront écrire avec des feutres ou des crayons de couleur. Ils pourront ainsi, si l’envie leur prend, dessiner en même temps qu’ils écrivent. Ils pourront ainsi mettre en peinture leurs récits, ou vice-versa.

Laissons aussi les enfants choisir leur posture: ils ne sont pas obligés de rester assis sur une chaise pour écrire. La station assise est parfois contraignante. Se sentir libre de ses mouvements aide à l’écriture. Ils peuvent écrire debout, sur les murs (quand c’est possible!), ou même allongés par terre sur des tapis ou des coussins.

Faire de l’écriture un rituel

L’intérêt de ritualiser des activités n’est plus à prouver. L’instauration de rituels présente de nombreux avantages pour l’apprentissage, dont le développement de l’autonomie.

Choisissez donc un moment pour faire écrire vos enfants, toujours au même moment. Le but est de créer une habitude saine, que nous pourrions appeler “le jogging d’écriture”.

Quand les enfants ont créé leurs textes, soyez fier et affichez-les à un endroit dédié à cela. Ecrivez, vous aussi, et affichez vos écrits. Toute la famille en bénéficiera et chacun lira les productions des uns et des autres, en y rajoutant des commentaires bienveillants. Montrez-leur qu’il est possible de prendre du plaisir à écrire!

Des idées pour faire écrire les enfants

Il existe quantité de possibilités pour faire écrire les enfants:

  • jouer avec leur prénom
  • écrire des poèmes
  • écrire avec une contrainte particulière
  • tenir un journal ou un carnet
  • écrire à un ami ou à ses grands-parents
  • imaginer la suite d’une histoire
  • écrire à un correspondant
  • écrire sur un film que l’enfant a vu
  • écrire sur une activité que l’enfant a réalisée
  • écrire un livre-photo sur des vacances
  • écrire sur certaines parties du corps, sur les saisons, ou les animaux
  • faire parler des images ou une œuvre
  • écrire sur un monstre que l’enfant aura imaginé en faisant un collage par exemple
  • écrire des listes (de courses, d’ingrédients, d’activités, des lieux à visiter, etc.)
  • écrire des cartes d’invitation, pour Noël, pour les anniversaires
  • écrire un livre (pour les plus téméraires) et pourquoi pas le vendre!
  • légender des photos, en créant par exemple un cahier de sorties de la famille pour chaque année
  • laissez des mots (post-it) chez vous un peu partout: il est fort à parier que vos enfants emprunteront le même chemin!
  • écrire des cartes postales
  • se mettre dans la peau d’un animal
  • écrire une chanson
  • écrire sur le sable avec un bâton
  • écrire avec des marqueurs sur un petit tableau blanc qu’on installe dans la maison
  • faire appel à “Rêve aux lettres”, une start up française qui permet aux enfants de devenir co-écrivain et héros d’une histoire. L’enfant est impliqué dans la rédaction de son histoire, ses goûts sont pris en compte, son imagination est relancée par un échange de lettres qui servent à construire la suite du récit.
  • etc.

Il convient surtout de montrer à ses enfants que nous écrivons au quotidien et que cela est très important. Offrez à vos enfants un carnet, qui sera son carnet à secrets. Donnez du sens à l’écrit et profitez de chaque occasion pour faire écrire vos enfants. Ecrire est le prolongement naturel de la lecture: cette dernière peut être une porte d’entrée vers l’écriture.

Aucun chemin vers l’écriture n’est à rejeter d’emblée! Ecrire est avant tout une gymnastique cérébrale. Il faut écrire beaucoup pour se décoincer et y prendre plaisir.

En guise de conclusion

Une étude menée par Marie-Claude Penloup en 2003 révèle que la correspondance domine chez les jeunes comme moyen d’expression écrite à 88%. L’invention (chansons, poèmes, romans) culmine à 48%. 22% des jeunes de 11-12 ans tiennent un journal intime.

A l’âge adulte, 2 millions de Français disent ressentir l’urgence de devenir écrivain, d’après un sondage IFOP de mars 2006. Au-delà de l’exercice esthétique, l’enjeu de l’écriture est une expérience personnelle: l’acte fondateur de s’approprier le monde et d’apprendre à se faire confiance.

Et qui sait: parmi les enfants amateurs d’écriture, il se cache peut-être une future Anne Franck ou un Raymond Radiguet?


Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

Suivez-Moi sur les réseaux

  • Bravo pour toutes les idées que vous donnez.
    Ca me donne très envie de créer un atelier d’écriture pour les enfants

  • Merci pour cet article passionnant. Pour apporter un peu d’eau à ton moulin, les post-It fonctionne bien. Mon petits-fils Gabin, 6 ans, m’en a donné un avant d’aller se cacher. Dessus, il avait écrit « je t’aime » . Touchée , Mamie !!!

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >