Lorsqu’on est amateur de science-fiction et de fantasy, on a naturellement des histoires et des mondes plein la tête. Ces deux genres littéraires à part entière font sacrément appel à l’imagination. Les écrivains de ces genres développent une créativité à toute épreuve. Ce sont des genres très recherchés.

La plupart des gens n’ont qu’une vague idée de ce que sont la science-fiction, la fantasy et le fantastique. En fait, il n’existe aucune définition clairement établie de ce que sont ces trois genres, qui se sont beaucoup développés sur les marchés anglo-saxons notamment. Le point commun entre tous est d’imaginer une autre réalité.

Ces trois genres, comme vous avez pu vous en rendre compte dans le premier article sur cette même thématique, regroupent une grande diversité de sous-genres. Donner des définitions est extrêmement complexe. On peut néanmoins repérer des mécanismes narratifs caractéristiques.

Les points communs entre tous ces genres littéraires permettent des phénomènes de rencontres, de mixité, de jeux sur les limites, d’intrusion dans des genres plus stéréotypés, laissant ainsi libre cours à la créativité des auteurs, pour une littérature vivante, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Pour écrire cet article, je me base sur le livre, “Comment écrire de la science-fiction et de la fantasy” d’Orson Scott Card.

La littérature imaginaire selon Orson Scott Card

Au fil de ces dernières décennies, la littérature de l’imaginaire et de la science-fiction s’est considérablement développée, en la rendant plus libre et plus accueillante. Il n’y a pas de formule particulière à suivre pour écrire dans ces genres-là. Juste quelques codes et éléments à maîtriser.

En fait, la littérature de l’imaginaire comprend toutes les histoires qui prennent place dans un environnement contraire à la réalité connue et qui spéculent sur les technologies du futur, se situant dans des mondes alternatifs. Les histoires de fantasy et de science-fiction se déroulent dans des mondes qui n’ont jamais existé ou qui ne sont pas encore connus.

C’est l’environnement qui détermine l’imaginaire. Cela a pour effet d’emmener le lecteur dans des endroits qui ne lui sont pas familiers. Les lecteurs de la littérature de l’imaginaire exigent une certaine étrangeté dans les histoires, mais pas trop. Ces passionnés veulent passer du temps dans des mondes qui ne sont pas du tout similaires au monde qu’ils peuvent observer autour d’eux.

Crédit photo: biblio.bas-rhin.fr

Ces genres de la littérature de l’imaginaire sont ouverts aux expériences et aux innovations. Beaucoup de ces écrivains passent de la fantasy à la science-fiction et vice versa. Cela n’est qu’une seule communauté littéraire.

Qui est Orson Scott Card?

Orson Scott Card est l’un des auteurs de science-fiction, de fantasy et de romans historiques les plus connus, les plus lus et les plus estimés dans le monde.

Orson Scott Card – Crédit photo: wilikpedia.org

Orson est né en 1951 aux Etats-Unis. En 1985, il a reçu le prix Hugo du meilleur roman pour “La stratégie Ender” ainsi que le prix Nebula du meilleur roman. Il est plutôt orienté vers la fantasy. Il a participé à la réalisation de plusieurs jeux vidéos. Il a aussi scénarisé des mini-séries.

Ses œuvres tournent toujours autour du facteur humain, de la technologie ou de son absence. Ses personnages sont souvent de jeunes enfants, qui vivent une trajectoire initiatique. La religion est aussi souvent présentée dans ses œuvres. C’est un auteur très productif.

Dans cet ouvrage, il partage son savoir et son expérience dans les genres de l’imaginaire. Il donne des définitions, des conseils pour construire, peupler et dramatiser les mondes de ses histoires.

La différence entre science-fiction et fantasy

Si l’histoire se passe dans un univers qui suit les mêmes règles que le nôtre, c’est de la science-fiction. Si elle se passe dans un univers qui ne suit pas nos règles, c’est de la fantasy. En d’autres termes, la science-fiction parle de ce qui pourrait être mais qui n’est pas et la fantasy parle de ce qui ne pourrait être.

La magie, les superstitions, les monstres tels que les dragons ou les chevaux ailés, des génies qui sortent des bouteilles, les malédictions: tout ceci appartient à l’univers de la fantasy. Avec ce genre, tout est possible. Il n’y a aucune limite à l’imagination, à partir du moment où l’auteur crée un monde étrange.

Le voyage temporel, les vaisseaux spatiaux, la présence de métal ou de plastique, les lourdes machines: tout cela appartient à l’univers de la science-fiction.

Crédit photo: differenceall.com

De l’idée à l’histoire

Il n’existe pas deux histoires qui se développent de la même façon. Les bonnes histoires ne surgissent pas lorsque l’on tente de les écrire au moment où vient la première idée. L’écriture, c’est souvent une alliance entre deux idées qui n’ont aucun rapport entre elles et qui suivent leur propre chemin dans l’imagination d’un auteur. Il arrive que des idées mûrissent pendant des mois, voire des années.

Certains écrivains doivent tout créer avant d’essayer de fournir un travail narratif. D’autres entament la narration sur-le-champ et la retravaillent encore et encore, en laissant les nouvelles idées leur venir pendant la rédaction de chaque jet.

Les idées viennent de partout. Tout ce qui nous arrive est potentiellement une histoire. Tout a le potentiel pour devenir une histoire. Il suffit de répondre à ces 3 questions quand on a une idée:

  • pourquoi?
  • comment?
  • pour quel résultat?

Crédit photo: fr.wikihow.com

Pour écrire des histoires qui ont un minimum d’intérêt, l’auteur doit se rendre compte qu’il n’y a jamais une seule réponse à aucune des questions qu’il peut se poser. Tout événement a plus d’une cause et plus d’un effet. Quand on écrit, les surprises sont incessantes!

Les règles de la littérature de l’imaginaire

Tout auteur de l’imaginaire doit absolument aiguiser sa compréhension du monde. Il doit énoncer ses règles. Le lecteur doit les connaître d’emblée: que ce soit un voyage stellaire, qu’il n’y ait pas d’humains dans l’histoire, que l’action se déroule dans l’hyperespace, que des vaisseaux générationnels apparaissent, que des personnages fassent un voyage cryogénique, qu’ils utilisent la propulsion RAM ou la dilatation temporelle, ou la vitesse de distorsion, ou tout simplement un voyage dans le temps, etc.

Il faut que le lecteur comprenne pourquoi les personnages interagissent de cette façon et dans quel monde ils évoluent. Il doit comprendre ce qui est en jeu, quel que soit le genre de la littérature imaginaire utilisé.

Crédit photo: ladn.eu

Etablir des règles est aussi indispensable avec la fantasy. Avec la magie, il faut être très clair sur les règles. Celles-ci déterminent le monde que l’auteur crée et les décisions qui en découlent. Les mondes ne sortent pas de nulle part. Chaque fois qu’un auteur invente une créature extraterrestre, il doit investir beaucoup d’efforts pour déterminer ‘pourquoi’, en terme d’évolution. S’il sait précisément pourquoi cette créature fait ce qu’elle fait, alors l’auteur peut développer son comportement avec beaucoup plus de précision et de détail.

L’auteur doit connaître l’histoire des communautés présentes dans son récit. Tout personnage, extraterrestre ou pas, a une biographie. Plus un auteur en sait sur le passé de ses personnages et sur le pourquoi de son héritage, son monde en sera d’autant plus complexe et intéressant. Il faut bien que les gens et la société dans lequel ils évoluent paraissent réels.

Certains écrivains, comme Tolkien dans “Le Seigneur des Anneaux” vont même jusqu’à créer les différents langages, avec des structures comme nos vraies langues. Voici un exemple de langue de la Terre du Milieu:

Crédit photo: fr.wikipedia.org

Les langages que Tolkien a inventés ont l’air réels, parce que, en partie, ils sont fondés sur de véritables langues humaines. Si un auteur invente des langages, il devrait posséder des concepts que personne ne peut traduire. Mais, il conviendra de fournir la traduction au lecteur.

Quant au décor des mondes dans la littérature imaginaire, cela peut aller des choses simples, comme des planètes à faible gravité avec de très grands arbres et animaux, à des planètes en rotation rapide balayées par les vents et dotées de cycles jour-nuit très courts, à des systèmes complexes susceptibles de donner naissance à de multiples histoires.

En créant le milieu étrange dans lequel son histoire se passe, un auteur doit d’abord comprendre, aussi bien que possible, le milieu familier dans lequel sa propre vie se déroule.

Crédit photo: ecrire-et-etre-lu.com

La construction du récit

Un auteur, quel que soit le genre dans lequel il écrit, doit avoir la volonté de tout changer pendant la phase de création par rapport à son idée originelle. C’est une condition indispensable pour que l’histoire soit fidèle. La première idée n’a rien de sacré. Ce n’est qu’un point de départ. L’histoire finale pourrait se révéler complètement autre. Donc, un auteur doit être adaptable et ne pas rester figé sur un plan initial.

Si l’histoire ne ressemble à rien de ce que l’auteur avait envisagé au départ, où est le problème? Elle est meilleure, plus riche, plus profonde, plus vraie, que l’idée d’origine. L’idée a fait son travail: elle a suivi son chemin et a fait réfléchir l’auteur.

Crédit photo: ficellesdauteur.fr

En guise de conclusion

L’une des plus grandes valeurs de la littérature de l’imaginaire, c’est que la création de mondes étranges et imaginaires est souvent le meilleur moyen d’aider les lecteurs à voir le monde réel avec de nouveaux yeux et à remarquer des choses qui leur resteraient autrement cachées.

La littérature de l’imaginaire n’est pas une échappatoire au monde réel, et l’écriture n’est pas un moyen de poursuivre une carrière littéraire sans faire de recherches! Au contraire, l’imaginaire est une lentille par laquelle on voit le monde réel mieux qu’on ne pourrait le faire avec l’œil que nous a donné la nature.

Loin de couper les lecteurs de la réalité, la littérature de l’imaginaire forge la créativité, le sens critique et la prise de recul sur le monde. C’est aussi bien que la littérature dite classique! Les romans de science-fiction, de fantasy ou de fantastique sont injustement dénigrés et méritent plus que jamais d’acquérir leurs lettres de noblesse!

Un guide pour vous éclairer pendant vos vacances d’été

Mon guide “299 CONSEILS POUR MEIUX ECRIRE” est pour l’instant uniquement disponible en version Kindle sur Amazon, ce qui est très pratique pour lire sur sa tablette ou liseuse pendant vos vacances d’été!

299 conseils pour mieux écrire est un guide pratique qui vous permettra de concrétiser votre désir d’écrire et d’oser concrétiser votre projet d’écriture en cours.

Vous restez bloqué car vous manquez de méthode. Vous vous sentez isolé dans votre pratique d’écriture ou dans l’écriture de votre livre. Vous ne savez plus comment faire pour commencer à écrire ou finaliser votre projet en cours.

Mon guide va vous aider dans toutes les étapes de l’écriture. Mes 299 conseils pour mieux écrire vous permettront de progresser, d’aller plus loin, d’oser écrire, et surtout, de vous faire plaisir !

Lancez-vous un défi : écrire le livre de vos rêves. N’est-ce-pas ce que vous avez toujours voulu faire ?

Ecrire demande du travail, de la rigueur et de mettre en pratique des théories et des conseils. Ecrire procure une joie infinie, mais cela ne s’improvise pas.

Dans ce livre, vous trouverez 299 conseils pour mieux écrire pour vous aider à assouvir votre passion et progresser dans l’art de l’écriture.


Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

Suivez-Moi sur les réseaux

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >