Pour mettre à plat des émotions trop fortes, des problèmes familiaux ou de santé, pour tenter de relativiser tout ce qui nous arrive dans la vie, rien de tel que de pratiquer l’écriture.

En s’accordant chaque jour un moment pour coucher sur le papier les agacements, les petits conflits, les événements de la vie, nous prenons invariablement de la distance avec tout ça. Ecrire est salutaire; cela fonctionne comme une thérapie.

En écrivant, nous prenons la distance nécessaire pour éloigner les problèmes, nous analysons à tête reposée, nous voyons les choses de plus haut, nous simplifions notre vision des choses et nos relations avec le monde qui nous entoure.

Finalement, ce qui pourrait prendre des proportions importantes redevient insignifiant. En relisant, nous pouvons nous dire: “Ce n’était que ça!”.

Ecrire apporte comme une respiration, une pause bienfaisante au milieu de l’agitation de l’existence.

 

Ecrire pour faire le point 

 

L’écriture apporte des bienfaits insoupçonnés, et beaucoup de recherches sont en cours sur ce phénomène que nous redécouvrons.

En plus d’être un moyen efficace pour se détendre, écrire peut aussi vous permettre de faire le point sur votre passé pour mieux appréhender votre avenir. Cela revient à une forme de méditation, surtout si cela ne vous dit rien de rester sans bouger pendant plusieurs minutes.

Votre stylo est le secret de votre bonheur: coucher sur le papier ses émotions, ses souvenirs et ses pensées pourrait être un mode de thérapie vraiment très efficace. Vous pouvez écrire dans un journal intime, écrire sur des cartes postales, écrire des lettres ou des poèmes. L’écriture reste une technique efficace pour vous détendre, pour faire le point et surtout pour envisager l’avenir avec plus de sérénité.

 

 

Bien évidemment, de prime abord, l’écriture procure un réel plaisir: elle comporte des vertus libératrices; elle permet de canaliser ses propres violences, ses propres souffrances, elle structure la mémoire. Mais, surtout, l’écriture recèle un vrai trésor: elle a des pouvoirs curatifs!

 

L’écriture comme thérapie

 

Une étude américaine prouve que le simple fait d‘écrire à la main apporte des bienfaits physiques, de par les mouvements propres à ce geste, ainsi que des bienfaits psychiques en corrigeant sa manière d’écrire, ce qui nous ferait atteindre des états de bien-être.

Le “Journal of the American Medical Association” a récemment publié un document prouvant que l‘acte d’écrire avait une interaction avec la souffrance physique. Un panel de 300 patients atteints d’arthrite ou d’asthme devaient relever un défi: écrire sa douleur à raison de 20 minutes par jour, en décrivant le ou les moments(s) le(s) plus difficile(s) de sa vie.

Le résultat s’est révélé sans appel: au bout de 4 mois, les patients ont diminué leurs doses de médicaments, ils ont moins consulté, leurs symptômes se sont amoindris.

 

 

Les migrants, les rescapés d’une guerre, les victimes d’attentats doivent écrire pour se libérer du poids qui les étouffent. Ils le font souvent d’ailleurs, comme le médecin-urgentiste Patrick Pelloux dans son livre “L’instinct de vie” et qui a vécu l’attentat à Charlie Hebdo, pour lequel il avait collaboré douze ans. Il a écrit cet ouvrage après avoir suivi une longue et difficile reconstruction. Il a ainsi conçu cet ouvrage témoignage pour aider les autres à se reconstruire après un drame. Il mêle son expérience personnelle à ses connaissances médicales.

 

 

Les souvenirs traumatiques sont incompatibles avec les mots prononcés oralement.

Tout récit, plus ou moins autobiographique, soulage. Mettre des mots sur ses maux!

Ecrire dans un but thérapeutique est une pratique reconnue depuis longtemps pour le traitement ses symptômes de stress ou de dépression. Coucher des mots sur le papier libère, soulage. Ecrire, c’est fluidifier les émotions cachées, enfouies pour réveiller les énergies intérieures.

La parole, sur les divans des psychanalystes, a masqué le pouvoir de l’écriture. Carl Gustav Jung l’avait pourtant détecté et prescrivait à ses patients de tenir un journal intime comme thérapie.

 

                                                                                 Carl Jung

 

Grâce à l’écriture, les personnes timides pourraient vaincre leur problème et gagner en confiance en elles. S’autoriser à considérer ce qui rend timide ou non-confiant est déjà la porte ouverte à une autre manière de se comporter.

 

Les vertus du journal intime

 

Pour devenir un élément thérapeutique, le journal intime doit être personnel, régulier, honnête. Il doit rassembler ces qualités à tout prix pour agir comme un médicament de l’âme.

Il vous suffit de laisser filer ce qui vient au bout de votre plume, de laisser les mots glisser pour lever la censure du langage écrit et de ses codes. Dans votre journal, vous pouvez vous défouler et cracher votre colère, votre rage, votre impuissance, mais aussi votre timidité, votre inhibition.

A ce titre, j’ai écrit deux articles concernant les journaux intimes. Voici les liens:

 

Pourquoi n’écririez-vous pas un journal intime?

Connaissez-vous certains journaux intimes?

 

Ecrire de la fiction est aussi un formidable outil pour parler de soi à travers les personnages que l’on crée. Nous pouvons nous réfugier derrière nos créations, et nous dévoiler un peu, tout en restant derrière le paravent de l’histoire.

Dans votre journal intime, tout est permis. Vous avez parfaitement le droit d’exprimer votre colère, votre rage, vos peurs et vos doutes. Mais, pour ce faire, vous devez impérativement lâcher les interdits moraux de la société. Rien ne vous empêche d’être vulgaire à souhait pour vous soulager contre une personne!

Je pratique l‘écriture d’invention depuis quelques mois déjà; et je dois avouer que cela me procure un bien-être incroyable. J’ai déjà la satisfaction d’être capable d’inventer des fictions, même courtes, mais, de plus, le fait de mettre mes personnages dans des situations parfois complexes, me permet de prendre de la distance avec la vie quotidienne, et cela me fait du bien.

 

Aller mieux grâce à l’écriture

 

L’écriture permet de soigner les maux par les mots. Les bénéfices de l’écriture sur notre santé mentale et physique sont plus que jamais d’actualité. Plusieurs études ont montré que les bénéfices de l’écriture sur notre santé mentale et physique seraient nombreux.

Cela fait des siècles que la plume et le papier se sont révélés être bien plus que de simples éléments: ils déclenchent nos émotions, car nous pouvons nous exprimer sans crainte ni jugement d’autrui.

Déposer ses émotions sur la papier permet de s’en libérer. Ecrire permet de mettre de la clarté dans le tourbillon cérébral et émotionnel qui nous perturbe au quotidien. Alors, prendre le temps de les mettre en mots soulage, car, bien souvent, cela entraîne une prise de conscience qui est elle-même libératrice.

La papier accueille nos états d’âme et nous pouvons ainsi alléger notre fardeau. Il est d’ailleurs possible que l’écriture débloque certaines émotions enfouies en nous depuis longtemps. Une fois couchées sur le papier, elles perdront de leur intensité à l’intérieur de nous-mêmes. Une fois exprimées, les émotions, même les plus vives, s’atténuent.

 

 

Ecrire vous permet aussi de vous retrouver en face à-face avec vous-même. Je suis prête à parier que ce rendez-vous “écriture” va très vite devenir votre moment quotidien préféré. Vous vous sentirez plus léger d’avoir exprimé votre ressenti, vous pourrez vous reconnecter avec vous-même et vous pourrez ainsi améliorer vos relations avec les autres.

En écrivant, vous irez plus à la rencontre de vous-même. Vous comprendrez mieux votre fonctionnement, la source et la cause de vos émotions, ainsi que vos valeurs. Vous ferez ainsi la paix avec vous. C’est toujours mieux que de ruminer et de ressasser des nœuds ou des ressentiments négatifs, qui à la longue, nuiront à votre santé physique et mentale.

 

 

Ecrire peut donc avoir des effets insoupçonnés sur la santé. Sur le moral, nous pouvions le deviner; sur le physique, c’est plus inattendu. De la carte postale au journal intime, poèmes, théâtre, romans, fictions: écrire, c’est se regarder dans un miroir, c’est ausculter son “moi-profond”, c’est trier toutes ses émotions – la rage, la colère, la peur, l’angoisse…

On prête à l‘écriture des pouvoirs curatifs, des vertus libératrices car elle canalise la violence, les souffrances; elle structure la mémoire. L’écriture est une pratique reconnue depuis longtemps dans le traitement des syndromes de stress et de dépression. Mettre des mots sur le papier libère, soulage, de toute évidence.

L’acte d’écrire n’est pas un acte neutre; il véhicule notre vie inconsciente et consciente. C’est une trace de communication. Vous vous engagez physiquement dans cet acte, comme toute activité manuelle.

 

 

L’écriture peut être un bon moyen de vider son armoire à pharmacie! L’écriture devient un médicament, une thérapie quand elle permet de faire le point sur nos pensées souvent négatives qui nous empêchent d’avancer. Cela nous autorise à prendre du recul sur les aléas de la vie.

 

 

Les bienfaits de la thérapie par l’écriture sont nombreux:

  • elle apaise la souffrance morale
  • elle diminue l’anxiété et améliore le sommeil
  • elle permet de raconter son histoire et de partager avec les autres
  • elle permet de prendre du recul sur soi et de comprendre ce qui ne va pas
  • elle initie des changements dans son comportement
  • elle développe sa créativité
  • elle permet un nouvel éclairage sur sa vie ou un nouveau regard sur son parcours
  • elle permet de réaliser un projet.
  • elle permet d’avoir une meilleure vision du présent et de l’avenir à partir de son passé.

 

Ce type de thérapie peut donc s’appliquer:

  • après un deuil d’un être cher
  • après une séparation, une rupture ou un divorce
  • pendant ou après une dépression
  • pour calmer les troubles anxieux, les phobies, les TOCs ou les attaques de panique
  • pour les addictions
  • pour les troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie)
  • pour une souffrance morale
  • pour un projet…

 

Tenir un carnet thérapie ou des choses positives

 

De nombreuses personnes tiennent un journal depuis leur enfance, pour y écrire des faits curieux, des anecdotes ou des choses intéressantes qui leur sont arrivées. Dans la cadre du journal des choses positives,  il convient impérativement de consigner uniquement des choses positives que vous pouvez voir ou vivre au quotidien.

Cet exercice d’écriture est tout à fait possible: il suffit de le considérer comme un défi que vous vous lancez. Vous serez alors surpris en notant, par exemple, ne serait-ce que trois choses positives par jour, que votre vie n’est pas aussi terne que vous le pensez.

 

 

 

Florence Davoust a conçu un cahier d’écriture-thérapie aux Editions Larousse, dans lequel elle propose une véritable thérapie personnelle. Pour elle, écrire permet de trouver en soi des ressources insoupçonnées et surtout de se réconcilier avec son Moi le plus intime.

Ce livre est un journal à remplir, qui est structuré en rubriques, comme un véritable petit cahier d’écriture. Il vous permettra de vous libérer et de vous découvrir au fil des mots. Il est ludique, interactif; vous pouvez l’emporter partout.

Ce carnet aborde toutes les facettes de votre existence. Au fil des rubriques, vous découvrirez des tests et des exercices pour vous entraîner, des citations pour vous inspirer, des jeux pour vous amuser avec les lettres, des conseils d’ordre psychologique pour vous éclairer et vous enrichir.

 

 

 

Nous avons tous tendance à ruminer, sans nous en rendre compte. La plupart du temps, nous ressassons des pensées liées au passé ou nous anticipons sur des situations, des discussions qui n’existent pas encore. Nous ‘nous prenons la tête” en permanence!

Finalement, nous vivons peu au moment présent. Nous ne sommes pas capables, la plupart du temps, d’apprécier le moment présent. Le carnet thérapie permet de cesser ce cercle vicieux. Il s’agit d’écrire tous les jours dans un carnet, ses pensées, ses réflexions, son vécu de la journée, toute chose en fait que nous souhaitons écrire.

Pour ce que cela fonctionne au mieux, l’écriture doit devenir un exercice très régulier. Notre cerveau fonctionne à l’habitude, donc il faut ritualiser ce moment de l’écriture au maximum. Choisissez le moment qui vous convient le mieux, privilégiez un endroit calme et confortable, à heure relativement fixe.

Ecrivez dans ce carnet-thérapie de pensées positives aussi longtemps que nécessaire. Emmenez-le partout, il deviendra l’un de vos meilleurs amis. Décorez-le comme bon vous semble. Cela pourrait même vous inciter à écrire des articles, des livres, des e-books, voire de donner des conférences…

 

En guise de conclusion

 

Par l’écriture, toute personne fait face à ses propres difficultés. S’isoler avec soi-même pour écrire, pour reformuler les événements vécus amène de fait vers une prise de recul pour mieux s’approprier les choses.

L‘écriture est aussi un temps personnel pour se raconter. Elle permet de faire une parenthèse dans le quotidien parfois trépidant en laissant une trace. Elle libère ainsi toute tension et autorise de voir les choses de façon plus claire.

L‘écriture-thérapie est libératrice et soulage. Mais, elle est aussi résiliente en faisant la paix avec nous-même. Elle ouvre ainsi la voie au changement et à l’évolution de la personne. Nous allons ensuite vers plus de créativité, tout en améliorant notre santé.

Pour ce faire, il convient d’écrire de manière régulière, d’écrire dans le détail en faisant des phrases simples tout en restant sincère avec soi-même.

Faites donc de l’écriture votre défouloir, votre confidente, votre amie, votre béquille ou votre chemin de vie!

L’écriture est accessible à tout le monde, mais il faut avoir le courage d’écrire!

 

 


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

2 commentaires

Laure Gerbaud · 22 juillet 2019 à 18 h 04 min

Il est très intéressant cet article. Les gens qui devraient pratiquer l’écriture sont légions, ils iraient émotionnellement beaucoup mieux. Physiquement également. Mais il faut du courage pour écrire. Et là aussi, ce serait utile ; on peut apprendre une certaine forme de courage en écrivant. Et prendre tellement de recul sur nos petits malheurs… Oui, un article très intéressant et fouillé sur la dimension thérapeutique de l’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *