Crédit photo: wikihow.com

Pour celles et ceux qui ont pris l’habitude d’inventer des histoires, créer des personnages relève d’une magie incroyable. On les invente, mais on les rend aussi crédibles que des êtres humains. Il est primordial que le lecteur puisse s’identifier aux personnages ainsi sortis de notre imagination.

Nous l’avons compris, la création d’un personnage peut devenir un travail excitant et amusant à la fois. Mais, les paramètres pour réussir dans cette voie sont nombreux et sont à prendre en compte. Le but est de donner à chaque personnage, bon ou méchant, des caractéristiques uniques qui le rendent réaliste et intéressant.

Bien sûr, en plus de cela, on ne peut pas perdre le fil de ses idées et on doit garder à l’esprit tous les détails du processus créatif qui composent l’intrigue. Les personnages peuvent être dignes de ce nom, mais dans une intrigue plutôt pâle, ils perdront de leur intérêt. C’est une alchimie complexe, mais passionnante.

Pour écrire cet article, je me base en partie sur une conférence du site “Ecrire un livre accrocheur”.

Pour réussir à créer des personnages, ce n’est pas une question de talent, mais plutôt de techniques et de savoir-faire. Un personnage possède 4 éléments:

  • un protagoniste
  • un objectif
  • un enjeu
  • un antagoniste

Le héros porte l’histoire; on ne peut pas le rater. Le lecteur, quant à lui, va vivre un voyage, une aventure dans le livre que vous avez écrit. Pour parvenir jusqu’à la fin du roman, il doit donc s’identifier au héros, comme au cinéma. Cette identification entre le héros et le lecteur s’effectue sur 5 niveaux:

  1. Au niveau spatio-temporel: tout lecteur se repère dans une époque et dans un environnement donné, ce qui comprend l’espace, le temps, les horaires clairement définis. Tous ces éléments posent le cadre. Le “où” et “quand” dans une histoire sont primordiaux et doivent être facilement identifiables. Le héros est un pur produit de son histoire. Il est comme l’ancre d’un bateau. Et son univers doit être présenté dès le chapitre 1. Ayez toujours à l’esprit que le lecteur cherche de l’évasion quand il lit et cette évasion est fixée par le cadre.

2. Au niveau perceptuel: il s’agit dans une histoire d’utiliser les 5 sens et de penser à décrire les ressentis physiques du héros (il le dit ou il perçoit grâce à une description). Le cerveau du lecteur a besoin de lire les ressentis et les perceptions du héros décrits. Cela peut expliquer pourquoi les histoires visuelles fonctionnent très bien. Le lecteur doit vivre les situations. 80% de nos perceptions sont visuelles. Pensez à toutes les symboliques, aux couleurs et aussi à la sensorialité.

3. Au niveau cognitif: ici, on parle de mémoire, de conceptualisation, de raisonnement, de schémas de pensées, qui ne sont tout simplement que des processus du cerveau. Le héros, tout comme nous, a des capacités cognitives. Il doit avoir un comportement logique et doit avoir la même façon de réagir que le lecteur. Tout auteur devrait pratiquer l’ironie dramatique pour réussir son intrigue. C’est-à-dire que le héros doit avoir un comportement logique qui rappelle les mêmes éléments de l’histoire. Cela crée de la tension émotionnelle. Le lecteur aura envie que le héros arrive à la même conclusion que lui car il aime à s’immerger dans la tête du héros.

4. Au niveau moral: vous l’avez compris, le héros doit avoir les mêmes valeurs que le lecteur. Il ne doit pas retourner sa casaque et il ne peut pas trahir le lecteur si ce n’est pas justifié. Pour bien comprendre mes propos, vous pouvez admirer le travail d’Alfred Hitchcock dans le film “Psychose”, dans lequel il a créé de l’intensité émotionnelle et morale très forte. Le lecteur doit pouvoir s’immerger dans le coeur du lecteur. Quand le héros est face à un choix, celui doit être cohérent avec son comportement et ses valeurs morales.

5. Au niveau émotionnel: c’est le niveau le plus important, car le lecteur veut ressentir des émotions pendant sa lecture. C’est par ailleurs la seule raison d’être de toute histoire; c’est la clé du futur succès. L’émotion qu’un auteur arrive à créer, c’est la source même du succès. Si les personnages ressentent ces émotions, les lecteurs les percevront aussi. Mais, j’attire votre attention: le héros ne doit pas dire ses ressentis. Il doit plutôt les exprimer par son corps, son comportement et sa façon de réagir.

Le départ d’une intrigue devrait coïncider avec un incident déclencheur. Cela peut être un appel de l’aventure, et le héros refuse ce premier appel, en prétextant des contraintes dans sa vie de tous les jours. Car le héros ne peut agir autrement que n’importe quel humain. A ce moment-là, le lecteur commence à trembler pour le héros.

Après son inconfort, le héros va céder à la situation. Il a besoin de se dire qu’il lui faut une aventure. Le lecteur a besoin de suivre un héros qui sort de sa zone de confort. Rien n’est gravé dans le marbre. Et il faut bien des aventures pour que l’intrigue avance.

Le héros prend conscience de sa situation, il peut disparaître ou souffrir une mort intérieure pour mieux évoluer. Le héros peut comprendre qu’il s’est trompé dans sa vie d’avant, ce qui donne une résonnance avec le lecteur. C’est cette intensité émotionnelle qui va créer et renforcer le lien avec le lecteur. Le héros doit aller au bout de ses aventures. Pour ce faire, il est allé chercher en lui-même ce que les autres ne peuvent pas aller chercher.

Crédit photo: c2.care.fr

Il est préférable pour un héros d’être inconscient de son super-pouvoir au début et qu’il le refuse, à l’image de Harry Potter. Il doit comprendre que c’est son chemin. Il est bon aussi d’exploiter le côté sensoriel. La réaction du personnage passe par une réaction du corps, par exemple, les poils qui se dressent sur la tête. Il est bon aussi de se servir de l’environnement pour décrire l’état émotionnel du héros, par exemple subir un orage si le héros est en colère. Cela rajoute de la connotation émotionnelle.

D’une manière générale, les noms et prénosm des personnages doivent servir votre histoire. Chaque personnage doit être clairement identifié, qu’ils soient principaux ou secondaires. De plus, les noms et prénoms doivent être en adéquation avec le récit que vous écrivez. Par exemple, si vous situez votre intrigue au XVIIe siècle, le héros ne peut pas s’appeler “Bob”. Les noms et prénoms doivent parfaitement coller à leur époque.

Si vos personnages forment un groupe d’amies proches, évitez de leur donner des prénoms qui se ressemblent. Par exemple, ne les appelez pas Kate, Katy et Cathy. Il peut arriver que le nom de l’un de vos personnages ne soit pas cité dans votre histoire. Cela peut être le cas pour un personnage mineur. Cependant, en tant qu’auteur, vous devez connaître son nom et son prénom afin d’être en mesure de garder le fil de l’histoire lorsque vous réécrivez et modifiez votre travail.

Crédit photo: blog.lestroiscolonnes.com

Dotez vos personnages d’une personnalité riche. Ainsi, ils deviendront plus intéressants aux yeux du lecteur. Vous pouvez même créer des personnages un peu excentriques. Attribuez-leur des traits de personnalité et des manies qui les singularisent. Par exemple, l’un d’eux pourrait ajouter du miel et de la crème à son café, voire du Maroilles, au lieu d’y mettre du sucre. Voici des exemples de questions que vous pouvez vous poser lorsque vous réfléchissez aux traits qui caractériseront vos personnages.

  • Sont-ils extravertis ou introvertis ?
  • Quelle est leur musique préférée, s’ils en ont une ?
  • Quels sont leurs passe-temps favoris ?
  • Que font-ils avant de se coucher ?
  • Ont-ils des restrictions alimentaires ?
  • Vous pouvez aussi répondre à des tests de personnalité en vous mettant dans la peau d’un personnage. C’est une façon amusante de rentrer dans sa tête, et de découvrir des choses surprenantes.

Crédit photo: lefildelaure.wordpress.com

Une fois que vous avez déterminé les caractéristiques basiques de la personnalité de votre personnage, prenez le temps de vous demander ce qui le rend unique. Est-il proche de sa grand-mère ? Déteste-t-il la couleur rouge ? Pleure-t-il chaque fois qu’il regarde un film triste ? Même si vous ne décrivez pas tous ces éléments dans l’histoire, les connaître vous permettra de rendre le personnage plus crédible et réaliste.

Tous les personnages de votre roman doivent avoir une voix unique. Il est très probable qu’elle soit différente de la vôtre. Une partie de votre travail de création consiste à décider de la manière de parler de vos personnages et du son de leurs voix. Ensuite, vous devrez refléter cela dans les dialogues. Faites des recherches sur différents dialectes et différentes manières de parler. Basez-vous sur l’endroit et le moment où se situe votre histoire. Vous pouvez aussi vous inspirer des conversations que vous entendez dans les lieux publics.

Il peut être intéressant de relire une histoire qui vous plait en accordant une attention particulière à la façon dont l’auteur écrit ses dialogues. Vous pouvez aussi enregistrer une de vos conversations avec un ami. Cela vous permettra d’étudier différentes manières de parler. Demandez-vous quelle est la fréquence des pauses lorsque vous parlez. Analysez aussi votre vitesse d’élocution et les moments où vous changez d’intonation. Utilisez ces variables pour définir la manière de parler d’un personnage.

Crédit photo: julienhirtauteur.com

Rendez vos personnages vulnérables, ce qui ne veut pas dire faibles. Cela créera de l’empathie chez le lecteur. Il peut s’agir d’une fragilité physique ou émotionnelle. Il pourrait avoir perdu un proche récemment ou être un superhéros qui devient sourd lorsqu’il est trop stressé. Si vous voulez que vos personnages soient complexes et réalistes, ils doivent avoir des failles, tout comme le commun des mortels.

Vous pouvez écrire une scène au cours de laquelle votre héros partage quelque chose avec un autre personnage. Il peut s’agir d’un secret inquiétant ou effrayant. Cet échange soulignera son humanité. Même si le personnage est un méchant, essayez de lui donner un peu d’humanité. Si vous réussissez à amener votre lecteur à comprendre les motifs du méchant ou à compatir à sa douleur, cela ajoutera de la profondeur à votre histoire, et elle sera encore plus intéressante à lire.

Crédit photo: ecrire-et-etre-lu.com

Un personnage doit posséder des défauts et subir des échecs. C’est aussi un moyen de rendre un personnage plus humain. Votre héros a peut-être mauvais caractère. Il peut aussi avoir tendance à négliger ses amis. Si sa personnalité ne comporte que de bons côtés, comme l’altruisme, l’intelligence, le courage et qu’en plus il est séduisant, il se peut que les lecteurs le trouvent plat et inintéressant.

Au lieu de dire explicitement un défaut, pensez plutôt à le suggérer. Par exemple, au lieu d’écrire « André, guidé par sa nature égoïste, s’assura d’être servi le premier au lieu de laisser passer les plus jeunes avant lui », vous pouvez créer une scène pour décrire ce trait de caractère.

Comme les autres ingrédients, pensez à donner à votre personnage un but et une motivation. Réfléchissez à son implication dans votre histoire. Comment s’est-il retrouvé dans cette situation ? Est-ce une histoire d’amour, un récit de science-fiction ou une aventure épique ? Que va perdre votre héros ou que va-t-il gagner dans cette histoire ? Son but et sa motivation sont essentiels pour que le récit soit fascinant. Vous devez donc travailler dur pour créer un personnage vivant et engagé.

Voici quelques bonnes questions à prendre en considération lorsque vous écrivez. Votre personnage a-t-il entrepris une quête ? Que perdra-t-il s’il échoue ? D’autres personnes seront-elles touchées par un échec ou un succès ? Votre personnage doit participer activement à l’histoire. Il ne doit pas être passif et attendre que les événements se produisent. Vous devez donc prendre du temps pour réfléchir aux enjeux qui l’intéressent.

Pour ce faire, songez à vos héros préférés des émissions de télévision, du cinéma ou des livres : quels genres de situations rencontrent-ils et quelle est leur réaction face aux bons ou aux mauvais scénarios ?

Pour bien suivre le profil de chaque personnage, vous devez noter tous les détails, même les plus insignifiants, sur une fiche pour chacun d’entre eux. Cela peut aller de ses allergies à la date à laquelle un événement marquant pour lui s’est produit. Faites cela pour chaque protagoniste de votre histoire, que son rôle soit important ou non.

L’histoire que vous voulez écrire doit vous guider dans la création de vos personnages. Il est fort utile de réfléchir à l’orientation de l’intrigue et à la façon dont les personnages vivent dans l’univers que vous voulez créer.

Adaptez-vous à la progression de l’histoire. Ecoutez vos personnages, ils ont des choses à vous dire. Par exemple, dans l’univers de « Harry Potter » créé par J.K. Rowling, plusieurs personnages, comme Dean Thomas et Neville Londubat, devaient avoir des rôles plus importants. Pourtant, elle a fini par leur donner une place plus petite dans l’histoire au fur et à mesure que l’intrigue se développait. Restez donc ouvert aux éventuels changements.


Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture. L'écriture est devenue ma passion: j'écris des livres pratiques et des romans.

Suivez-Moi sur les réseaux

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>