Crédit photo: superprof.fr

On considère que 10% des enfants d’âge scolaire sont dyslexiques. Leur scolarité est composée de frustrations, d’efforts non récompensés, de colères, d’incompréhension, voire de rejet. On pense que leur avenir est mal assuré. On pense que ces enfants ne peuvent pas progresser. Ou qu’ils ne feront pas d’études longues. Beaucoup de préjugés persistent sur la dyslexie.

La dyslexie n’est pas une maladie, ni un défaut d’éducation de la part des parents, ni une intelligence inférieure à celle des autres, ni un blocage psychologique, ni un handicap, comme cela a été cru pendant très longtemps. Trop longtemps. Les dyslexiques ont, en fait, un cerveau différent. Un cerveau extra-ordinaire! C’est tout le contraire de ce que les gens pensent. A tort! On les met en échec, alors qu’ils ne le sont pas au départ.

Les enfants, qui ont éprouvé tant de difficultés et d’angoisses pour apprendre à lire et à écrire à l’école, ont en fait des talents et des aptitudes incroyables dans d’autres domaines que scolaires. Pour rédiger cet article, je m’inspire du magazine “Innovation en éducation”, fort instructif, de Julien Peron.

La dyslexie, c’est quoi?

La dyslexie, comme les autres troubles commençant par -dys – dyspraxie, dyscalculie, dysorthographie, dysphasie, etc.- est un trouble. C’est un trouble de la lecture, qui gêne l’acquisition du langage. C’est un trouble spécifique des apprentissages, qui touche principalement le langage écrit. Par voie de conséquence, la lecture (dyslexie), l’écriture (dysgraphie) et l’orthographe ( dysorthographie) restent des compétences nébuleuses à acquérir pour les enfants dyslexiques.

Les enfants en souffrant ne sont pas des êtres “fainéants”, “bêtes”, “des cas pour la société” ou autre préjugé comme on peut encore en entendre. Ils sont différents. En quoi cela pose-t-il un problème? Pourquoi faudrait-il toujours accepter que tout le monde soit pareil? C’est bien de cultiver sa différence, non? Surtout que nous vivons de plus en plus dans un monde homogène, aseptisé au niveau du cerveau!

Les dyslexiques fonctionnent avec une autre logique. Ce sont des jeunes qui souffrent d’un manque d’attention, de concentration à l’école, mais qui possèdent une mémoire extraordinaire. Ce sont des enfants plus accaparés par les sons et la musique des mots que par l’écriture de ces mots, mais qui possèdent une imagination plus fertile que la moyenne.

Crédit photo: numeor1-scolarite.com

Un enfant dyslexique a des aptitudes de perception et d’attentions spatiales supérieures aux autres. Ce n’est donc pas un handicap! C’est un enfant très créatif en général. Le problème, c’est que les études sur ce trouble ont focalisé sur les points négatifs, au lieu de se tourner vers les points positifs – car il y en a!

Un enfant dyslexique a une autre organisation cérébrale. Il a juste besoin que le monde autour de lui – sa famille, l’école- valorise et encourage sa créativité, comprenne ses émotions et ses ressentis, qu’on s’intéresse à lui. Les résultats scolaires comme l’orthographe ne sont pas des signes d’intelligence. De plus, cela fait 100 ans que les troubles dyslexiques sont connus par les médecins. L’évolution est lente…

La dyslexie impacte la personne qui en souffre tout au long de sa vie. Il faut apprendre à vivre avec et à compenser par d’autres facilités. Les conséquences de ce trouble sont variées, qui peuvent considérablement influencer la qualité de vie de ces personnes. Surtout si les troubles ne sont pas détectés suffisamment tôt. Beaucoup d’enfants à haut potentiel intellectuel, dits précoces, souffrent de ces troubles -dys.

Crédit photo: infodyslexie.org

Des entrepreneurs dyslexiques célèbres

Au cas où vous l’ignoreriez, beaucoup d’entrepreneurs, célèbres ou pas, sont dyslexiques. C’est rassurant, non? Richard Branson, le fondateur de Virgin, Steve Jobs le père d’Apple, les fondateurs de HP, William Hewlett et d’IBM, Thomas J. Watson, mais également Léonard de Vinci, Darwin, Edison, Ford et Einstein étaient dyslexiques. Les présidents Jefferson et Kennedy auraient également été dyslexiques, comme Walt Disney et comme l’est Steven Spielberg. 

Tous ces exemples sont de baux parcours de réussite pour tous les enfants dits “différents”. C’est plutôt le moule rigide de l’école qui ne les comprend pas et qui ne leur convient pas. Je ne jette pas la pierre aux enseignants. Ils font ce qu’ils peuvent avec le peu de moyens qu’on leur donne! J’en sais quelque chose, étant moi-même enseignante!

La dyslexie, c’est toujours beaucoup de souffrances pour les enfants et leur famille. La vie est une école. La vie est faite d’expériences. La vie ne se résume pas aux diplômes qu’on peut acquérir dans le système scolaire. La vie, c’est le potentiel que nous possédons tous en nous et qu’on développe ou pas.

Crédit photo: apeda.be

Une scolarité chaotique ne détermine pas de l’avenir d’un enfant. “Dyslexie” et autres troubles -dys ne sont que des étiquettes qu’on colle sur le front des gamins. Comme on aime si bien le faire pour d’autres domaines aussi, surtout en France! L’atout de ces enfants est de cultiver leurs différences. Comme ces entrepreneurs dyslexiques célèbres, qui ont changé la face du monde, soit dit en passant. Il a bien fallu qu’ils acquièrent une sacrée confiance en eux pour croire en leurs rêves, malgré tous les obstacles sur leur chemin!

La société nous conditionne, dès notre plus jeune âge, et nous fait croire qu’on peut s’en sortir dans la vie par les diplômes. On ne devient pas SDF parce qu’on n’a pas le bac! Réussir sa vie, ce n’est pas afficher ses diplômes sur un mur et s’en satisfaire. A mes yeux, ces entrepreneurs célèbres dont j’ai cité le nom plus haut, ont développé une sacrée force mentale pour aller au bout de leurs idées. Quel exemple pour nous tous!

L’exemple de Julien Péron

Dès l’école primaire, Julien Péron a été diagnostiqué enfant dyslexique. “ On n’avait pas besoin de me dire que j’étais différent; j’étais le seul dans la classe qui faisait 60 fautes d’orthographes ! Manque de concentration, la tête dans les étoiles et le regard tournée vers la fenêtre en train d’imaginer la vie et une école dans laquelle je me sente bien : une école de la vie ! 30 ans après, je réalise un film qui porte le même nom : L’école de la vie, une génération pour tout changer “.

Crédit photo: esprityoga.fr

Julien Péron n’a aucun diplôme. Ce n’est pas faute d’avoir essayé! Mais, il s’en est sorti quand même et va toujours au bout de ses idées créatives. Il a créé sa première entreprise à 23 ans, dans une chambre de bonne de 10 m2 à Paris au 6e étage sans ascenseur. Sans diplôme, sans argent, dyslexique et dysorthographique.

Aujourd’hui, 40 ans après, il est:  

Créateur du magazine Innovation en Éducation 

Créateur du jeu de cartes C’est quoi le bonheur pour vous? 

Créateur du Festival pour l’école de la vie 

Créateur du Congrès Innovation en éducation 

Réalisateur et producteur des films » C’est quoi le bonheur pour vous ? » (que je vous conseille de regarder- il est en accès libre sur Youtube) et » L’école de la vie, une génération pour tout changer » 

Président fondateur depuis 2003 des sociétés Neo-bienêtre et Neorizons 

Créateur et accompagnateur des Voyages vélo, yoga et méditation, et des rencontres inter-professionnelles du bien-être en 2003 

Membre du conseil de développement de la ville de Montpellier et du parlement des entrepreneurs d’avenir 

Membre d’Honneur de la Ligue mondiale pour le droit au bonheur 

Conférencier international 

CCP en permaculture 

– 15 ans d’expérience dans le marketing et la communication, dans le domaine du bien-être et de l’écologie, en France et dans le monde

 Et Julien Peron a pleins de projets en prévision !

Je vous joins le lien d’une de ses conférences, très instructive:

L’exemple de Pascal Perrat

J’ai déjà consacré un article, il y a 2 ans, sur l’incroyable parcours de mon ami, Pascal Perrat.

Cet homme, dyslexique, repoussé par le système scolaire et par sa famille, a écrit plusieurs ouvrages:

Son parcours de vie l’a fait devenir auteur, bloggeur, conférencier, mentor en écriture littéraire, journalistique et marketing. Il se revendique comme un éveilleur d’idées. Un sacré pied de nez à ses débuts et à son enfance difficile! Vous pouvez retrouver son histoire sur son blog, Entre2lettres.com.

En guise de conclusion

Dans nos sociétés, l’intellect est toujours mis en avant, au détriment du développement de l’être. Tout le monde est différent, personne ne va à la même vitesse, tout le monde apprend différemment. Il existe 8 formes d’intelligence: logico-mathématique, verbo-linguistique, musicale-rythmique, corporelle-kinesthésique, visuelle-spatiale, interpersonnelle, intrapersonnelle et naturaliste-écologiste. Donc, chacun développe sa propre intelligence, qui n’est pas celle de son voisin, ni de sa sœur ou de son frère.

Certaines de ces intelligences sont plus ou moins développées en nous. Il conviendrait de savoir dans lesquelles nous performons, et surtout d’aider tous les enfants à le savoir. Nous développons toutes et tous nos intelligences de différentes manières. On ne nous apprend pas à être élève. Ni à devenir parent. A peine à devenir enseignant! Qui nous apprenait à être curieux ou à le rester comme quand nous étions petits? Qui nous apprend à développer notre créativité? Un enfant dyslexique n’est pas différent: c’est simplement qu’on ignore ses formes d’intelligence et sa créativité. Ces enfants et leurs parents ont besoin d’être écoutés, accompagnés et acceptés!

Mon guide de conseils en vente

En vente pour l’instant au forma Kindle d’Amazon. La version papier arrive sous peu…

Vous avez eu envie l’an passé d’écrire un livre ?

Vous avez commencé à écrire un livre mais vous vous êtes arrêté en cours de route.

Faute de méthode, vous avez renoncé !

Vous avez tout arrêté, faute de croire suffisamment en vous.

Vous avez tout arrêté parce que vous ne vous sentez pas digne d’écrire.

Mais, au fond de vous, demeure l’envie irrésistible d’écrire des histoires et pourquoi pas l’envie d’écrire un roman.

Mais, vous n’osez pas.

Vous avez peur. Surtout du ridicule.

Votre entourage vous décourage ou pire se moque de votre envie.

Faute d’impulsion et d’encouragement, vous laissez tomber !

Vous n’arrivez pas à mettre en forme votre manuscrit sans parvenir à trouver votre style.

Vous ne voulez plus vivre ce sentiment d’échec au fond de vous que vous avez déjà connu par le passé.

Vous avez envie de vous sentir libre et léger par la pratique de l’écriture.

Vous voulez faire de l’écriture une passion. Votre passion !

Vous désirez aller jusqu’au bout de votre envie d’écrire, vous prouver que vous pouvez achever votre projet et que vous en êtes digne.

Alors, ne perdez plus votre temps.

Ne tournez plus en rond comme un hamster qui tourne en rond dans sa cage.

Ouvrez la cage de la créativité.

Ouvrez la cage de votre créativité !

Persistez et allez au bout de vos idées de livres.

Il est temps de changer quelque chose dans votre vie…

Mais vous ne savez pas comment faire.

Vous avez besoin de conseils simples qui ont fait leurs preuves auprès d’écrivains pour enfin saisir cette opportunité d’écrire. ENFIN !

Au fond de vous, vous savez à quel point il est important d’assouvir vos désirs et vos envies, à quel point vous avez besoin de ressentir ce plaisir infini que représente l’écriture à vos yeux.

Vous avez besoin de prendre du temps pour vous, dès maintenant…et pas dans 12 mois.

C’est maintenant le moment idéal pour saisir cette opportunité qui se présente à vous grâce à mon livre « 299 conseils pour mieux écrire ».

Si vous voulez vous mettre à écrire sans savoir vraiment comment commencer, si vous avez besoin d’un coup de pied à l’étrier pour vous mettre sérieusement à l’écriture, si vous cherchez des solutions pour mieux écrire, ce guide pratique est fait pour vous !

Voilà pourquoi je serai honorée que mes conseils puissent vous faire avancer dans votre projet d’écriture.

Ces 299 conseils d’écriture pour mieux écrire vous aideront à avancer et à progresser dans votre projet personnel.

Etes-vous prêt à utiliser mon guide pratique afin de vous préparer à une année merveilleuse d’écriture et plus?

Si vous voulez soutenir la création et le contenu hebdomadaire gratuit sur mon blog, l’achat de livres pour écrire sur le blog, l’hébergement du blog et l’envoi payant des newsletters, vous pouvez m’offrir le prix d’un café en suivant ce lien:

https://ko-fi.com/laurencesmits

Je vous remercie par avance de votre geste.


Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

Suivez-Moi sur les réseaux

  • Quel bon article, auquel j’adhère complètement ! Dans ce domaine, l’école crée de la souffrance chez les enfants et chez les parents qui sont mal accompagnés pour gérer ces difficultés. Bravo pour cette mise lumière et en réhabilitation.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >