Pourquoi les lecteurs sont-ils si accrocs au polar?  En effet, le polar ne connait pas la crise!

Le polar ou roman policier ou roman noir ou thriller est un genre littéraire à part entière. La “lipo”, comme on surnomme la littérature policière est devenue au fil du XXe siècle un genre majeur. C’est même devenu le genre le plus lu, après avoir été longtemps considéré comme un sous-genre littéraire.

Un roman sur quatre acheté est un livre policier. Plus de 9% augmentation dans les ventes en 2014-2015. 

Tous les éditeurs se mettent à publier des polars. Chaque maison d’édition publie en moyenne une dizaine de titres chaque année, sans compter les polars étrangers traduits en français et les auteurs auto-publiés.

20 millions de romans policiers sont vendus chaque année en France!

Le polar est devenu une passion, voire une folie! Surtout pour les femmes qui représentent 70% des lecteurs de ce genre littéraire.

La littérature policière rencontre un grand succès dans tous les pays. Elle fait désormais partie de notre culture générale, avec de très grands écrivains.

 

Le développement du polar

 

Le polar, entre les années 50 et 80, était un roman de gare, que les gens lisaient pendant leur voyage, pour s’occuper. Il était considéré comme un genre populaire.

D’ailleurs, le mot ‘polar‘ vient de ‘populaire‘; c’est pour cette raison que le terme de ‘roman noir‘ est plus approprié.

La définition réelle de ‘polar‘ est ‘roman ou film policier’.

Le roman policier est un genre bien construit. La trame y est fondée sur une intrigue, et sur une recherche méthodique faite de preuves, pour rechercher un criminel.

Dans un roman policier, la question principale à se poser est: qui a tué telle personne? Cette question forme le nœud de l’intrigue.

Ce genre littéraire comporte six ingrédients:

  • le crime ou le délit
  • le mobile
  • le coupable
  • la victime
  • le mode opératoire
  • l’enquête

Ce genre peut se décliner à l’infini:

  • roman d’énigme ou de mystère
  • roman à suspense ou thriller
  • roman noir
  • roman d’espionnage
  • roman policier historique
  • roman policier humoristique
  • roman policier ethnique
  • roman policier de science-fiction
  • etc.

La trame de base tourne autour d’éléments concrets, d’indices, d’observations et de déductions.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier roman policier se nomme “Histoires extraordinaires” d’Edgar Allan Poe publié en 1840, mais connu en France en 1856 grâce à la traduction de Charles Baudelaire.

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le XXe siècle a vu de grands auteurs remporter un succès phénoménal et international, tels qu’ Agatha Christie, Gaston Leroux, Boileau et Narcejac, Claude Simenon, Mary Higgins Clark, Conan Doyle, Fred Vargas, Harlan Coben, Maxime Chatham, entre autres…

Au début de l’apparition de ce genre de roman, les scènes se déroulaient dans des lieux limités et formaient souvent des huit-clos, comme “Le mystère de la chambre jaune” de Gaston Leroux, qui, lui, se déroule dans une pièce close.

Cela renforce l’intrigue et le suspense et permet de tenir le lecteur en haleine.

 

 

Le polar peut se dérouler dans différents mondes: celui de la gastronomie, de l’économie, de la politique. Ce qui fascine les lecteurs, qui peuvent explorer plein de mondes différents grâce à ce genre.

Pourquoi le polar s’est-il développé autant? Le roman policier a pris la place que tenait le roman au XIXe siècle, quand Honoré de Balzac ou Emile Zola embarquaient le lecteur dans des aventures épiques, mais qui évoquaient aussi la société de leur temps, de la bourgeoisie aux classes populaires.

Le polar est une évolution de ce roman, dans un monde de plus en plus noir. Il colle à la vie, à une époque et à sa violence.

 

Pourquoi lit-on des romans policiers?

 

 

 

En lisant des romans policiers, les lecteurs aiment à avoir peur, apprécient le frisson du danger, qui les sort de leur réalité quotidienne pas toujours rose.

Les polars sont dépaysants, et permettent aux gens de changer de monde ou de plonger dans des réalités sociales inconnues pour eux, comme les bas-fonds de l’humanité.

Bien sûr, personne n’a envie de devenir un assassin, et lire des histoires policières peut éventuellement expliquer la fascination pour les assassins de toutes sortes, d’où le succès incroyable des séries policières en tous genres à la télévision.

Ne serions-nous pas tous des criminels en puissance, sans aller jusqu’au crime?

Certains lecteurs aimeront plutôt la rationalité d’une enquête, comme un exercice intellectuel consistant à résoudre des mystères, comme un jeu de Sudoku géant.

Le polar est un genre littéraire qui rassure le lecteur, car il aborde la société actuelle, la réalité sociale, son évolution, ses questions, ses incertitudes, le tout pour échapper à une certaine monotonie de l’existence, pour s’évader, sans ‘se prendre la tête’ ou de risques.

Le lecteur peut aussi s’identifier à l’enquêteur ou au meurtrier, surtout lorsqu’il prend les traits d’un homme sympathique et séduisant, comme Arsène Lupin créé par Maurice Leblanc.

 

 

Mais, ce qui relie toutes ces fictions noires, c’est qu’elles nous parlent aussi et principalement de la mort.  Le polar permet d’explorer les facettes de l’humain, d’aller au bout de la violence, à l’origine du mal.

Ce genre littéraire colle à son époque, à sa violence, face à un  monde de plus en plus formaté. Petits, nous lisions des contes de fées où les sorcières, les loups et les géants mangent les enfants.

Adultes, nous plongeons dans les romans policiers et les faits divers, cherchant l’interdit, la transgression, le frisson, en restant tout de même assis bien confortablement dans nos fauteuils, et ce jusqu’à la dernière page, où l’honneur est sauf, puisque tout rentre dans l’ordre en respectant la loi.

Le crime est-il donc une activité humaine des plus fascinantes?

 

 

Le polar permet de reconstituer un crime passé, de lancer le héros dans une enquête qui se déroule sous nos yeux, fait évoluer les événements sous les yeux du lecteur, rend le proche exotique et le lointain familier.

Le roman policier permet un type d’évasion rapide que la “vraie” littérature ne permet pas ou plus. Cela se lit vite et plus aisément que toute littérature classique.

Le polar reste une littérature divertissante, que les gens aiment bien, car l’histoire les tient en haleine.

 

 

Cette littérature a permis aussi de faire entrer bon nombre de lecteurs dans la lecture, après les lectures obligatoires au collège et au lycée. Le polar a poussé les gens à lire, ce qui est bénéfique en soi! Cela a redonné aux uns et aux autres le plaisir de lire et a fait de ce genre un plaisir littéraire!

Lire des polars est une détente addictive: on en lit beaucoup pendant les vacances, même si certaines histoires sont anxiogènes ou peuvent aboutir à des drames sociaux épouvantables.

 

Le polar, les grands auteurs et le cinéma

 

Je ne ferai pas un catalogue de tous les auteurs de ce genre littéraire, tant ils sont nombreux et je n’évoquerai pas toutes les séries policières existantes à la télévision ni tous les films policiers qui ont été tournés.

Il y a vint ans, Mary Higgins Clark séduisait les lectrices en publiant” La nuit du renard” et s’installait pour longtemps parmi les meilleures ventes. Aujourd’hui, c’est Harlan Coben qui prend la relève avec des héros qui ressemblent aux lecteurs et ne les inquiètent plus vraiment.

 

      

 

Stéphen King peut être considéré comme un génie, avec ses histoires à suspense. Pour en avoir lu un certain nombre,  certaines m’ont empêchée de dormir et me hantent encore!

 

 

 

Que dire de Georges Simenon qui peut être considéré comme le roi du polar? Et d’Agatha Christie qui a connu une renommée internationale grâce à son détective Hercule Poirot? Que penser de Mary Higgins Clark aussi avec tous ses romans à succès? Et Maxime Chattam, de nos jours, un des auteurs français les plus vendus après Guillaume Musso et Marc Lévy?

Au top des 20 meilleures ventes dans le monde: Dan Brown, Camilla Läckberg, Harlan Coben, Maxime Chattam et Patricia Cornwell, qui tiennent toujours la corde entraînant de plus en plus de publications dans le même domaine.

Quant au cinéma, dès le début, des polars ont été réalisés. C’est aussi un genre cinématographique qui fascine, en allant jusqu’à l‘espionnage, qui est une autre forme de ce genre.

La vague scandinave déferlante autour du roman policier, comme avec Millénium, de Stieg Larson qui a vendu plus de 40 millions d’exemplaires ,s’exporte dans tous les pays.

 

 

Les pays avec le plus grand nombre d’auteurs de polars sont: les pays Scandinaves, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et la France.

Le polar est un territoire si vaste qu’il ne se limite pas à un seul pays, ni à une seule enquête de police et encore moins à une histoire répétitive. Les romans policiers peuvent être noirs, décalés, poétiques ou humoristiques et ne connaissent pas de frontières.

 

En guise de conclusion

 

Quand bien même nous sommes environnés d’informations sordides, horribles ou plus traumatisantes les unes que les autres, nous restons fascinés par les horreurs des criminels, tant qu’elles restent confinées dans les livres.

En fait, le lecteur de polar picore partout pour satisfaire sa gourmandise littéraire, car c’est un genre qui se lit très bien.

La littérature policière, ou lipo, agit comme un sparadrap sur nous: elle nous soigne, nous permet d’aller mieux et nous apporte un bien-être comme un baume!

Quand le lecteur plonge dans un polar, il sort de la réalité à problèmes, sort de sa réalité banale. Il est captivé, tout ça, pour juste quelques dizaines d”euros, avec un résultat proche de l’hypnose.

Il existe une quantité impressionnantes de salons et de festivals dédiés à ce genre littéraire, dont ceux de Lyon, de Cognac et de Beaune.

Il existe également des revues, Temps Noir ou 813. Le roman noir est entré dans les écoles et les universités et s’étudie comme n’importe quel genre littéraire.

Soyons réalistes, car aucun auteur de polar ne recevra jamais de Prix Nobel, même si certains auteurs ont depuis toujours la reconnaissance du public et ont vendu à des millions d’exemplaires!

 

 

 

 

 


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

1 commentaire

lucette smits · 8 janvier 2019 à 15 h 56 min

C’est vrai que c’est passionnant, captivant, ça peut nous effrayer dans certaines situations. Bref, on ne voudrait plus s’arrêter de lire tellement on veut savoir la finalité de ce roman. Il va sans dire que les écrivains ont très souvent une imagination débordante….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *