Connaître un peu les origines de notre langue pour mieux écrire

 

Cela peut vous paraître curieux, mais pour apprendre le français, il faut en passer par l’histoire !

 

La place du français

Notre langue est une somme d’origines différentes, d’emprunts divers, de règles instituées, qui se sont accumulés au fil des siècles.

 

Il est vrai que le français regorge de spécificités et de règles que l’on considère souvent comme bien particulières.

Mais pas plus qu’en espagnol, langue voisine de la notre de par ses origines et sa proximité géographique  que j’apprends depuis 3 ans.

Le français est la 5eme  langue la plus parlée dans le monde, après l’espagnol et l’hindi.

C’est d’ailleurs la 3eme  langue que l’on retrouve sur les 5 continents de notre chère planète !

 

 

 

Notre langue est reconnue par les plus grandes organisations internationales, comme l’ONU ou Interpol, dont elle est une des langues officielles.

Le français rayonne donc dans le monde grâce à sa culture et à son histoire.

Cette langue n’a pas dit son dernier mot, face à l’invasion de l’anglais.

Le français, et je suis sûre que vous vous en doutiez, arrive en tête des langues réputées les plus romantiques du monde (sondage Babbel/ 2015).

 

Les origines du français 

 

Le français actuel est une langue multiple, que l’on considère comme complexe, mais pas plus qu’une autre.

C’est une langue qui s’est enrichie de nouvelles idées et donc, de nouveaux mots, tout au long de son histoire et de son évolution.

 

 

Savoir un peu de l’origine de notre langue, c’est partir en quête de ses origines, comme on part en quête de ses origines familiales en pratiquant la généalogie.

Le monde est riche de plusieurs milliers de langues, toutes plus enrichissantes les unes que les autres.

La diversité linguistique existant sur notre planète est fascinante.

Une langue se développe par la volonté d’un chef ou d’un roi d’étendre son territoire, par les guerres ou les colonisations.

Comme je le disais au tout début, l’évolution d’une langue est étroitement liée à l’histoire du pays dans lequel elle a trouvé ses racines.

Cela s’est étendu au fil des millénaires, et personne ne peut dire quelle est le début exact des langues. Mais, on peut en suivre les évolutions.

 

 

Au départ, il y avait les Gaulois, nos chers ancêtres qui parlaient des langues celtes.

Le gaulois aurait légué à notre langue 180 mots, comme ‘char, bec’.

Puis, les Romains sont arrivés en colonisateurs avec le latin, qui s’est répandu dans toute l’Europe.

Le latin était la langue parlée de Rome.

La puissance de Rome en a fait la langue universelle au 1er siècle de notre ère, qui s’est étendue comme langue d’étude dans les universités jusqu’à la fin du Moyen-âge, et la langue des cours royales au fil des siècles, qui les distinguaient des langues parlées par le peuple.

Les Grecs ont aussi colonisé le bassin méditerranéen avant les Romains, et nous ont laissé quantité de mots et de racines, toujours utilisés de nos jours, comme ‘électrocardiogramme, psychiatrie, télécommunications’.

Le grec a enrichi le latin, qui a enrichi toutes les autres langues pareillement tout au long de son histoire.

L’Europe est divisée globalement en 2 groupes de langues pour simplifier: les langues romanes et germaniques.

Le français fait partie des langues romanes avec 700 millions de locuteurs.

Cette famille comprend aussi le castillan (l’espagnol), le portugais, l’italien, le roumain, le romanche, et toutes les langues régionales, comme le sarde, le catalan, le corse, le sicilien, l’occitan, etc.

 

 

D’ailleurs, si vous en faites l’expérience, sans jamais avoir appris l’espagnol ou l’italien, vous pourrez en comprendre le sens global dans un texte.

Nous avons en commun une grande proximité linguistique, lexicale et culturelle.

 

Après la chute de l’Empire romain, les tribus germaniques ont envahi l’Europe entière à partir du Ve siècle. La tribu des Francs a donné son nom à notre pays, à notre langue et à notre ancienne monnaie.

Le germanique a surtout donné du vocabulaire tournant autour de la guerre ou de la vie affective, comme ‘hache, honte, haine, flèche, guerre, framboise, blé’.

D’ailleurs, le français est la plus germanique des langues romanes.

C’est une langue du nord, c’est-à-dire une langue d’oïl, en opposition avec les langues d’Oc parlées dans le sud, au-delà de la Loire.

Le français était un dialecte de l’Ile de France au Moyen-âge.

A la Renaissance, notre bon roi François Ier en a fait notre langue officielle par l’Ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539.

 

Les origines du français actuel   

Mais, c’est comme tout le reste : une langue a ses codes et ses règles, sans lesquels elle ne peut survivre. Les règles grammaticales s’établissent réellement au XVIe siècle, et le lexique s’épure à cette période.

Et la langue de Molière naît donc au XVIIe siècle.

 

 

Les règles ont surtout été fixées et codifiées par un groupe d’intellectuels, comme le groupe de La Pléiade ou par des institutions comme l’Académie Française.

Puis, l’histoire a fait que notre belle langue s’est développée à un échelon international jusqu’à la moitié du XIXe siècle.

Le français a rayonné partout, devenant la langue universelle, par ses colonisations, le développement du commerce et son rayonnement culturel.

Le milieu du XXe siècle a vu la suprématie de l’anglais, et les emprunts lexicaux d’origine anglaise ont proliféré.

Seuls nos cousins Québécois luttent de toutes leurs forces contre cette invasion, qui est souvent horripilante.

Alors que nous possédons tout le vocabulaire nécessaire, certains présentateurs ou journalistes, pour ne citer qu’eux, préfèrent utiliser le mot anglais : pourquoi ?

Mais ce débat fera l’objet d’un autre article par la suite.

 

 

D’ailleurs, plusieurs gouvernements ont essayé des réformes du français, soit pour protéger l’intégrité de notre langue, comme la loi Toubon en 1994 ; ou ils se sont essayés à réformer l’orthographe en 199O, réforme jamais vraiment appliquée par le corps enseignant notamment.

Les emprunts du français

Au fil de son histoire, le français a beaucoup emprunté à toutes les langues.

Vous seriez sans doute très étonnés de savoir que 417 mots en français sont empruntés à l’arabe, comme ‘chiffre, caravane, jupe, azur, orange, abricot, zéro, douane, hasard.

Le français est la langue aussi de la gastronomie, et dans d’autres langues, on utilise les mots français de la cuisine, notamment en anglais.

Il est évident que ma présentation est succincte, car le thème est si vaste, mais tellement passionnant.

 

Quand on s’intéresse aux langues, on s’intéresse au monde, et aux peuples qui habitent ce monde et le font évoluer.

 

Les langues évoluent, changent et meurent aussi, comme le latin et le grec ancien entre autres.

Quand vous parlez français, vous parlez d’autres langues sans le savoir.

Vous faites aussi de l’histoire sans le savoir.

C’est tout ça qui en fait sa richesse ; et qui dit richesse dit complexité.

Mais ce n’est pas insurmontable !

 

 

 

 

 


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

3 commentaires

christine Georgeon · 16 avril 2018 à 9 h 16 min

Prête à relever le défi !!!! J’ai envie de redécouvrir la langue française, son histoire et sa richesse.
Défi n°1: apprendre un mot nouveau par jour et l’utiliser le plus souvent possible. Bravo pour ce blog Laurence ! A bientôt. Christine

    Laurence Smits · 20 avril 2018 à 9 h 56 min

    Christine, c’est un beau défi à relever!
    Je pense que nous méconnaissons notre langue française et que nous utilisons plus ou moins toujours les mêmes mots.
    Rien de plus intéressant que de s’enrichir l’esprit et d’apprendre, de toujours apprendre!
    MERCI

smits jacques · 30 avril 2018 à 8 h 19 min

TU FAIS VRAIMENT HONNEUR A TON BEAU MÉTIER? SI DIFFICILE DANS LA CONJONCTURE ACTUELLE? MAIS TELLEMENT BEAU POUR APPRENDRE ET TELLEMENT DÉLICIEUX A TE LIRE…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *