Cet article est une suite assez logique d’un article précédent et récent sur “Comment naissent les idées pour écrire?”.

Se mettre à écrire de but en blanc pour attaquer un roman est une étape qui me paraît particulièrement ardue. Il me semble plus sensé de se mettre à l’écriture de diverses façons pour stimuler l’imagination, pour créer l’envie d’écrire, pour apprendre les techniques.

Je reste persuadée que participer à un atelier d’écriture en présentiel ou en ligne, écrire tous les jours, ne serait-ce que son journal, écrire de courtes fictions à partir d’une accroche, ne peut que développer en vous la mise en écriture.

C’est la raison pour laquelle j’ai écrit pour vous en 2018 mon ebook “111 Jeux d’écriture”, disponible en téléchargement gratuit sur ce blog.

 

 

Une contrainte d’écriture: à quoi ça sert?

 

 

La contrainte est définie comme une “obligation librement choisie”. Il ne s’agit en aucun cas d’une gêne, encore moins d’une restriction non consentie, et surtout pas d’un empêchement.

En fait, la contrainte d’écriture libère l’imagination!

Il convient de prendre cela comme un jeu autour du langage pour déverrouiller votre imagination et vos idées. Comment commencer à écrire quand on ne l’a fait que d’une manière dilettante en suivant son inspiration? C’est déjà très bien, mais vous pouvez aussi vous cadrer par des contraintes.

Une contrainte est une règle d’écriture qui entraîne une règle de lecture. Les poètes se sont toujours soumis aux règles du mètre et de la rime. Les lecteurs de poésie lisaient en se soumettant aux mêmes règles. Un pacte tacite est ainsi donc signé entre l’auteur et son lecteur.

 

 

En fait, la contrainte d’écriture permet de recentrer l’écriture sur le travail d’artisanat du texte. L’écrivain en herbe redevient un ouvrier conscient de ses gestes, de ses ruses et de ses esquives.

Avec l’écriture sous contrainte, vous partez du mot pour aller vers l’idée. C’est tout le chemin inverse que vous empruntez habituellement. Les mots fournis sous forme de consigne vous limitent dès le départ, vous cadrent, mais vous ouvrent des aspects insoupçonnés jusque là dans votre processus de création.

La contrainte est donc libératrice et créatrice: elle permet en fait de sortir de sa routine habituelle. En vous forçant à appliquer un certain nombre de règles et de consignes, vous pouvez écrire quelque chose que vous n’auriez jamais eu l’idée d’écrire, ou que vous n’auriez pas pu écrire sans cela.

En fait, la contrainte permet de sortir de soi, s’obliger à trouver des idées, changer le mode d’exploitation de vos idées. Ce n’est pas un carcan; ce n’est pas préjudiciable à la liberté de création. Au contraire!

 

Des contraintes d’écriture célèbres

 

Georges Perec est un des auteurs les plus célèbres en matière de contraintes d’écriture.

 

 

Dans son roman, La disparition, écrit en 1968, Georges Perec a éliminé la lettre ‘e’ et ce, sur 300 pages. Elle n’est visible qu’une seule fois: dans son nom! Cette contrainte d’écriture compliquée a pour nom ‘le lipogramme’.

 

 

Voici un extrait de ce roman:

« Là où nous vivions jadis, il n’y avait ni autos, ni taxis, ni autobus : nous allions parfois, mon cousin m’accompagnait, voir Linda qui habitait dans un canton voisin. Mais, n’ayant pas d’autos, il nous fallait courir tout au long du parcours ; sinon nous arrivions trop tard : Linda avait disparu.

Un jour vint pourtant où Linda partit pour toujours. Nous aurions dû la bannir à jamais ; mais voilà, nous l’aimions. Nous aimions tant son parfum, son air rayonnant, son blouson, son pantalon brun trop long ; nous aimions tout.

Mais voilà tout finit : trois ans plus tard, Linda mourut ; nous l’avions appris par hasard, un soir, au cours d’un lunch. »

 

Tout au long du livre, le personnage principal, Anton Voyl, cherche quelque chose. Il suit un parcours initiatique, qui fait écho à la vie personnelle de l’écrivain.

Il est assez difficile d’écrire sans la lettre ‘e’ car c’est la lettre la plus utilisée en français. L’occurrence de ce caractère est de 12.10% dans la langue française, c’est-à- dire l’occurrence la plus fréquente.

Georges Perec a déclaré que l’ensemble complexe de règles et de contraintes qu’il avait utilisées pour écrire ‘La Disparition,’ étaient une machine à générer des idées. Les contraintes multiplient les idées que vous avez au départ!

Plus anciennement encore, en 1800, Jacques Arago est aussi connu pour avoir créé des lipogrammes en littérature, notamment dans son livre “Voyage autour du monde”, dans lequel il a éliminé la lettre ‘a’.

 

 

 

En suivant des contraintes d’écriture, vous serez tellement préoccupé par la forme de votre phrase que votre inconscient s’exprimera beaucoup plus librement. Vous mettrez vraiment tout en oeuvre au service de la résolution du problème donné par la contrainte.

Je suis convaincue que vous pouvez vous révéler à vous-même de cette manière. La contrainte vous permet d’emprunter des pistes que vous n’auriez jamais foulées. Vous réinventez des mots perdus, vous concevez des rapprochements étonnants, vous renversez des clichés.

Plus vous vous préoccupez de problèmes de structure, plus vous vous acharnez à son échafaudage, plus vous élargissez vos frontières. Votre but est de mettre la technique de la contrainte pour libérer votre imagination.

 

 

Mon expérience avec les contraintes d’écriture

 

Depuis septembre 2018, je participe chaque semaine à un atelier d’écriture dans ma ville organisé gratuitement par la médiathèque. J’ai souhaité y participer pour m’aider à écrire des histoires.

Chaque semaine, l’animateur nous donne une consigne différente et nous écrivons chez nous, à notre rythme, comme bon nous semble. Nous lisons ensuite notre production lors de la séance, devant les autres participants. Il ne s’agit en aucun cas de juger une quelconque création, mais d’y jeter un regard bienveillant. Force est de constater que chaque consigne d’écriture nous emmène sur des voies différentes et c’est cela qui s’avère amusant et instructif!

 

 

Les première semaines, j’ai eu du mal à déverrouiller mes idées et à les mettre en forme. Ecrire une histoire par semaine me semblait éprouvant. Après quelques mois d’entraînement, j’écris une courte fiction pour l’atelier d’écriture de ma ville de plus en plus facilement, car les idées me viennent plus aisément. Cela crée une routine qui libère l’esprit, et cela devient une habitude de fonctionnement.

Je me suis lancé ce défi et je dois dire que cela a stimulé ma créativité et a amélioré ma pratique. Je ne savais par où commencer à écrire: c’est donc une possibilité intéressante que d’écrire sous des contraintes.

Je considère l’écriture comme un travail sportif. Ecrire, c’est oser dire, nommer, jouer avec les mots, explorer des formes diverses, trouver une voix, trouver sa voie, inventer un rythme. Cela s’apprend!

Les consignes peuvent être très variées: des mots, des phrases à insérer, des photos, un thème à traiter.

 

                                   Atelier d’écriture à la médiathèque de Haute-Saintonge à Jonzac

 

Depuis novembre 2018, j’écris aussi une histoire pour les accroches de Pascal Perrat qu’il publie chaque semaine sur son blog, “Entre2lettres”, dont voici le lien:

https://www.entre2lettres.com/

 

Pascal Perrat a déjà imaginé plus de 420 propositions d’écriture. Il a un unique but dans ses propositions d’écriture: libérer l’imagination, voire l’enflammer. Comme il le dit lui-même, il n’a pas la prétention de former de nouveaux auteurs, ni de vous apprendre à écrire un roman ou des nouvelles.

Ce qu’il propose chaque samedi sur son blog, c’est de jouer dans une grande cour de récréation, hors des murs de toute école. Son but est d’amener les gens qui le suivent vers le créateur qui se trouve tapi au fond d’eux.

Pascal Perrat écrit sur son blog: “Chaque proposition d’écriture créative est une bataille contre la routine et l’endormissement de l’imagination; une émulation pour maintenir en éveil l’enthousiasme d’imaginer, d’inventer, de créer. Quand aucun défi n’est à relever, notre créativité somnole”.

 

 

Voici un exemple de sa 443e proposition d’écriture créative imaginée par lui:

“Un euro, rêvant de faire des ronds dans l’eau, voire de ricocher dans la vie, ternissait d’ennui dans la sébile d’un miséreux. Mon sort n’est pas brillant, pleurnichait-il.  
Or, il advint…”

A nous ensuite d’inventer une histoire sous quelque forme que ce soit.

Il explique aussi par un message audio comment son idée d’écriture lui est venue. J’ai eu du mal au début à me conformer à ses propositions. Puis, l’entrainement aidant, je m’y mets volontiers. Cela est devenu une récréation.

 

J’ai aussi pris la décision de participer à des ateliers payants en présentiel et en ligne. J’ai commencé par des ateliers proposés par Aleph Ecriture, autour de photos et de tableaux. J’ai écrit deux articles à ce propos après mon expérience:

 

Comment écrire en participant à un atelier d’écriture d’Aleph?

Comment écrire en participant à un atelier d’écriture avec Aleph? 2e partie

 

 

J’ai complété le tableau en m’inscrivant, moyennant finance, à un atelier d’écriture en ligne proposé par Aleph Ecriture aussi. Toutes les deux semaines, nous recevons une contrainte différente par mail. Nous avons ensuite une semaine pour écrire. Ensuite, nous devons faire des retours sur chaque histoire que les participants ont écrite.

Nous avons écrit à la façon de Roland Barthes: “j’aime, je n’aime pas, je me souviens”…histoire de nous découvrir aux autres quelque peu. Ensuite, nous avons du trouver 20 mots au hasard dans un dictionnaire par exemple et écrire une histoire en les insérant dans l’ordre trouvé au départ.

 

 

Tout cela est instructif. Le but est d’apprendre, d’améliorer son style. C’est ce qui me motive!

Voici le lien vers le site Aleph Ecriture, si cela vous tente:

https://www.aleph-ecriture.fr/

 

Depuis février, je propose mes propres accroches d’écriture. J’ai souhaité me lancer pour aider mes lectrices et lecteurs à déverrouiller aussi leur imagination. Je mêle différentes approches. Je me prête aussi à mon jeu. J’écris de plus en plus, et cela me plaît, au delà du raisonnable!

Depuis peu, vous pouvez les lire sur ce blog:

 

Proposition d’écriture N°12

 

Ensuite, je vous propose de lire les histoires reçues:

Textes proposition d’écriture N° 11

 

Depuis juin, je suis aussi inscrite à la masterclass de Bernard Werber. C’est un écrivain de renom sur lequel j’ai déjà publié deux articles sur ce blog:

 

 

J’ai souhaité suivre son enseignement car j’estime intéressant d’écrire en suivant les conseils de grands écrivains.

Voici le lien:

https://www.the-artist-academy.fr/masterclass-bernard-werber/

 

 

Quand j’aurai fini avec la masterclass de Bernard Werber, je m’inscrirai à celle d‘Eric-Emmanuel Schmitt:

 

 

Ecrire en s’amusant avec des jeux d’écriture

 

En 2018, j’ai écrit mon ebook “111 Jeux d’écriture pour vous aider à libérer votre écriture. Je le propose gratuitement sur ce blog; n’hésitez pas à le télécharger!

Personne ne peut se mettre à écrire sans s’exercer. Je propose donc des jeux pour vous amuser avec la langue française, pour trouver la flamme qui est en vous, pour vous donner confiance. Ce sont des bases de technique d’écriture.

Vous pouvez vous entraîner seul ou en famille, ou entre amis. Mon ebook est ludique; certains jeux d’écriture sont facilement accessibles, d’autres plus littéraires. Je suis certaine que vous passerez des moments exquis et je serai toujours ravie de lire vos créations via la rubrique ‘contact‘ de mon blog si vous souhaitez me les faire parvenir!

 

 

 

En guise de conclusion

 

Je pense que c’est très utile de s’entraîner à écrire avant de se lancer dans l’écriture de nouvelles ou d’un roman. Nombre de romanciers utilisent des contraintes d’écriture, non pas pour se limiter dans leur écriture, mais pour atteindre un objectif.

Par exemple, ce peut être en limitant le nombre de mots dans leur roman, comme Amélie Nothomb. Ou en s’imposant un thème, ou en réduisant le nombre de lieux ou de personnages possibles dans leur histoire, comme la série de livres “24 heures chrono” écrits par Joel Surnow et Robert Cochran.

Ou en portant la contrainte sur le dispositif narratif, comme l’écrivain Joseph Conrad dans son roman “Au cœur des ténèbres”, dans lequel l’intrigue est en partie une suite de dialogues. Ou en mettant en scène une seul personnage, comme Herman Melville dans “Moby Dick”.

Alors, n’ayez pas peur des contraintes d’écriture. Au contraire, elles sont souvent le moyen de rendre votre histoire plus intéressante. En prenant aussi l’initiative de définir vos propres contraintes, vous donnerez plus de légèreté à votre imagination et vous constaterez vite que vous aurez plus d’idées.

Alors, à vos plumes!

 

 


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

2 commentaires

lucette smits · 2 juillet 2019 à 14 h 40 min

Effectivement, écrire avec des contraintes, doit être très réjouissant . Notre inspiration doit être curieuse pour trouver “le mot qui fera l’intrigue” C’est à faire… Super!!!

    Laurence Smits · 2 juillet 2019 à 15 h 46 min

    Mais tu le fais déjà avec mes propositions d’écriture depuis quelques mois: c’est une contrainte d’écriture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *