Je vous propose cette semaine la suite du livre de Michelle Fayet,Rédiger sans complexe”, paru aux Editions Eyrolles en 2013.

Bien que ce livre concerne plutôt les écrits professionnels, il est tout à fait adaptable aux personnes qui écrivent pour leur plaisir. A quelques différences près, selon le public auquel nous nous adressons, écrire reste le même acte!

Bien écrire, avoir du style et être lu avec plaisir ne sont pas des privilèges réservés à une élite. Personne ne naît écrivain, tout un chacun le devient progressivement!

Les deux articles écrits à partir de ce livre vous permettront de commencer à maîtriser cet exercice délicat qu’est l’écriture en vous fournissant certaines techniques dont l’auteur nous fait part.

 

Variez vos constructions de phrase

 

Vous pouvez avoir du goût pour la langue écrite, mais, sans connaissance du français, vous éprouverez des difficultés à améliorer votre style.

Vous pouvez commencer à écrire ce que vous dicte votre tête, mais, un jour, vous aurez envie d’aller plus loin-  somme toute, comme toute pratique.

L’écrit ne se construit pas comme l’oral. Toutefois, sans posséder cette connaissance viscérale du français, il vous sera possible d’améliorer le rythme de vos phrases, en suivant un certain nombre de procédés.

Certes, intuitivement, sans connaissances particulières, il est possible de percevoir des variations de style à la lecture de différents écrits, même au sein d’écrits professionnels. Certains textes sont, sans contestation, plus agréables à lire: leur contact est plus séduisant et plus fluide.

Mais, l’intuition finira par avoir ses limites!

A l’oral, vous pouvez, éventuellement, abuser de certaines répétitions, mais cela s’avère impossible à l’écrit. Les constructions répétitives doivent impérativement être évitées.

 

 

La construction de base de toute phrase est: SUJET + VERBE CONJUGUE + (éventuellement) COMPLÉMENT.

A l’écrit, prenez la peine de construire des phrases plus élaborées et percutantes. Voici un exemple:

 

 

Voici un autre exemple tout aussi parlant:

 

 

Dans tous les cas, il vaut mieux insérer le complément ou un adjectif en tête de phrase, car cela permet de rompre la monotonie de ce genre de construction.

La voix passive est à éviter, car elle alourdit la phrase.

Par contre, vous pouvez quelque peu abuser des mots de liaison, dont je vous ai données quelques tableaux la semaine passée, car ils permettent de donner de la saveur au texte.

Voici 8 points infaillibles pour varier vos constructions de phrase, plutôt dans le domaine professionnel, mais qui restent valables pour tout type d’écrit :

 

1. créez une mini-inversion de la phrase en mettant en avant un objectif ou un résultat: Afin de vous offrir le maximum de confort, nous avons conçu un canapé modulable…”

2.insérez le complément ou un adjectif en tête de phrase, mettant en valeur ainsi un point plus secondaire: Le 25 avril dernier, nous vous avons commandé un canapé-lit..”

3.rompez la construction traditionnelle (sujet + verbe + complément) par l’insertion d’une incidente (entre virgules): Vous saurez choisir, nous en sommes certains, les axes d’amélioration les plus adaptés à la situation”.

4.changez de pronom sujet pour manifester vos qualités d’écoute:Vous nous signalez, par votre lettre du 18 mars dernier, …”

5.utilisez la forme impersonnelle pour éviter la répétition du sujet et neutralisez le sens: Il est nécessaire de procéder à une vérification de vos comptes” au lieu de “Nous avons décidé ….”.

6.transformez le complément en sujet par le biais de la voix passive: Ces documents sont immédiatement transmis à l’ensemble des services”. 

7.utilisez des noms en tête de phrase en ne vous référant pas constamment aux acteurs humains: Ces échanges(sujet factuel) nous ont permis d’acquérir une meilleure maîtrise de ce type de situation”.

8.utilisez ‘celui-ci’ ou ‘ce dernier’ pour favoriser les enchaînements fluides: Nous avons transmis votre document à notre service comptable. Ce dernier vous le restituera, bien entendu, très rapidement”. 

 

Contrôlez le choix de vos mots

 

L’expression écrite visite tous les registres de la langue, capte parfois le mot le plus insolite, joue avec les constructions, crée des ruptures ou des enchaînements étonnants.

 

 

Le code lexical est tacite quand vous choisissez un registre précis. Par exemple, au lieu de dire gens”, le mot “personnes” conviendra mieux. Plutôt que de dire “cher“, pourquoi ne pas écrire “onéreux, coûteux”?. Le mot explicite convient que le mot “clair, par ailleurs utilisé à tort et à travers de nos jours. N’êtes-vous pas plus heureux d’écrire “satisfait, étonné, surpris plutôt que simplement “content?

En écrivant, il vous sera nécessaire de sélectionner les mots les mieux adaptés au type d’écrit en cours. Vous aurez ainsi une nouvelle perception du vocabulaire. En choisissant vos mots, vous contrôlerez aussi votre image. Le vocabulaire que nous utilisons révèle beaucoup de nous, même inconsciemment!

Faites aussi attention à certains mots qui possèdent des doubles sens, comme par exemple, “grand- achever“, si vous ne voulez pas finir achevé avant d’être grand!

Évitez de même les mots trop affectifs, trop abstraits ou à connotation trop négative.

En général, ayez parfaitement conscience du poids des mots. Vous pouvez en jouer dans certains cas pour renforcer la qualité de votre message, sans en abuser.

Voici quelques exemples d’amélioration de textes:

 

Modulez le ton selon la situation d’écriture

 

Il va sans dire qu’il est préférable de rythmer vos phrases, d’induire des subtilités de ton par un agencement stylistique adapté à la situation d’écriture.

Maîtriser la ponctuation sera plus que primordial. Si vous ne placez pas correctement les signes de ponctuation, votre lecteur peut carrément comprendre autre chose.

Voici un exemple avec un même texte avec une ponctuation différente, qui fait varier le sens:

“Un automobiliste roulait en ville à faible allure. A droite survint un cycliste qui traversa la rue. Sans avoir regardé, l’automobiliste sentit le danger. Le choc était inévitable. Après l’accident, l’automobiliste, dit le cycliste, est un imprudent qui ignore tout du code de la route. Les gendarmes me donneront raison, on ne circule pas sans regarder à droite, j’avais la priorité. Les dégâts étaient seulement matériels. Heureusement, l’automobiliste présenta ses papiers en règles. Les gendarmes l’interrogèrent : pour eux le responsable était bien celui qui n’avait pas respecté la priorité à droite.”

Le deuxième texte:

Un automobiliste roulait en ville à faible allure à droite. Survint un cycliste qui traversa la rue sans avoir regardé. L’automobiliste sentit le danger, le choc était inévitable. Après l’accident l’automobiliste dit : « le cycliste est un imprudent qui ignore tout du code de la route, les gendarmes me donneront raison : on ne circule pas sans regarder à droite, j’avais la priorité ». Les dégâts étaient seulement matériels, heureusement. L’automobiliste présenta ses papiers, en règles. Les gendarmes l’interrogèrent, pour eux le responsable était bien celui qui n’avait pas respecté la priorité à droite.”

 

Avez-vous bien perçu l’importance de la ponctuation?

Voici un court texte avec 3 consignes de ponctuation différente:

“L’extra terrestre arrive dans le jardin un pistolet à la main la tête haute je l’attends debout derrière la porte mon mari se cache en tremblant de peur l’étranger phosphorescent pousse la porte sans crainte je m’avance un tir un cri et tout est fini”.

Répondez aux questions suivantes: qui est dans le jardin? Qui est armé? Qui est derrière la porte? Qui a peur? Qui tire et qui crie?

Voici les 3 consignes de ponctuation qui permettront de varier le sens de chaque texte:

Première version : L’extra-terrestre est armé et fier. L’héroïne attend derrière la porte. Le mari a peur. L’étranger non.

Deuxième version : L’héroïne est dans le jardin. Le mari est derrière la porte. L’étranger a peur.

Troisième version : L’extra terrestre est armé. L’héroïne est fière et reste debout. Le mari est derrière la porte et a peur. L’héroïne n’a pas peur.

Voici les solutions:

1. “L’extra terrestre arrive dans le jardin un pistolet à la main, la tête hauteJe l’attends debout       derrière la porteMon mari se cache en tremblant de peurL’étranger phosphorescent pousse la porte sans crainteJe m’avance, un tirun cri, et tout est fini.”

2.”L’extra terrestre arrive dans le jardinun pistolet à la main. La tête haute je l’attendsdebout derrière la porte mon mari se cache. En tremblant de peur l’étranger phosphorescent pousse la porte sans crainteJe m’avance, un tirun cri, et tout est fini.”

3. “L’extra terrestre arrive dans le jardin,un pistolet à la main. La tête haute, je l’attends deboutDerrière la porte mon mari se cacheen tremblant de peur.L’étranger phosphorescent pousse la porte. Sans crainte je m’avance, un tir, un cri,et tout est fini.”

 

En utilisant une ponctuation de qualité, vous renforcerez vos messages écrits. La ponctuation correspond à un emballage qualitatif du texte. Elle accroît la lisibilité et la compréhension de votre texte. Elle clarifie ainsi la lecture.

Somme toute, un texte bien maîtrisé par la ponctuation acquiert assurément une valeur ajoutée.

 

 

Quand vous souhaitez mettre des éléments en valeur, placez les entre virgules.

Utilisez les adverbes pour moduler le tond e votre écrit, ils sont très pratiques.

Évitez le mode impératif, trop autoritaire, convenant mieux pour donner des ordres.

D’une manière générale, en respectant la rigueur grammaticale, vous ajouterez à vos écrits un facteur d’efficacité.

 

 

Sachez employer le temps qui convient

 

Pour écrire convenablement et correctement, il convient de rester cohérent dans les choix des temps en français.

Il existe ce que nous appelons communément “la concordance des temps et l’unité des temps”.

La langue française possède 17 temps, mais 5 temps sont en voie de disparition:

  • le passé simple
  • le passé antérieur
  • le conditionnel passé 2e forme -il eût reçu-
  • le subjonctif imparfait
  • le plus que parfait

 

 

Le passé simple pour relater des faits passés est actuellement moins employé, au profit du passé composé. Ainsi évolue la langue.

Par contre, au passé, les descriptions seront toujours à l‘imparfait. Le plus que parfait est bien utilisé pour évoquer des actions antérieures, mais l’auteur peut utiliser d’autres techniques pour évoquer un passé plus lointain.

Il est possible d’utiliser le présent de l’indicatif pour relater des faites passés; cela s’appelle “le présent de narration”Cette technique nous permet de revivre ce passé en direct, de lui donner plus de vie au texte, de le rendre plus léger que d’avoir toutes les phrases au passé simple ou à l’imparfait.

En effet, la narration au passé aboutit à des textes moins dynamiques et plus lourds en raison de nombreux temps composés.

 

En guise de conclusion

 

J’ai tenté de résumer en deux articles le livre de Michelle Fayet. Elle développe également certaines règles, notamment du participe passé.

Comme mon blog n’est pas dédié spécifiquement aux règles grammaticales, je n’en fais pas allusion. Mon article est d’ailleurs bien assez long comme cela!

J’estime qu’il est toujours intéressant et instructif de lire les ouvrages de certains auteurs pour faire évoluer ses prestations écrites.

C’est autant utile pour vous, chers lecteurs, que pour moi, qui ai aussi besoin de toujours améliorer mon style et mes idées. Améliorer son style n’est pas une science définitivement acquise. Nous avons tous besoin sans cesse de nous améliorer. L’écriture est un monde passionnant.  Alors, à nos plumes!

 

 

 


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

2 commentaires

lucette smits · 2 avril 2019 à 10 h 47 min

Je viens de découvrir, l’importance des ponctuations.
C’est incroyable comme tout change à la lecture. Ça donne vraiment à réfléchir pour continuer à faire travailler son cerveau, pour que nos textes soient le mieux possible.
Afin qu’ils collent vraiment avec nos pensées, car, un mot à l’écrit, n’a pas toujours la même valeur qu’à l’oral. Enfin je crois, je ne suis pas spécialiste…

    Laurence Smits · 2 avril 2019 à 14 h 44 min

    A l’écrit, tout est important: l’orthographe, la grammaire, la conjugaison, la ponctuation, la syntaxe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *