Je continue à vous présenter le livre de Laure d’Astragal Atelier d’écriture”. J’ai déjà  écrit sur les étapes jusqu’à la 21ème. Le livre propose 73 étapes pour arriver à écrire un roman. L’autrice précise sur la première de couverture que sa méthode va tout changer dans votre désir d’écrire et vous permettra de passer du rêve à la réalité.

Normalement, à l’issue des 21 premiers exercices, votre désir d’écriture devrait commencer à se formaliser dans votre tête, plus précisément à se concrétiser. Vous êtes parfaitement capables de raconter des choses et vous savez comment stimuler votre imagination.

Vous avez su aussi apprécier ces moments d’écriture précieux, d’autant plus que vous vous êtes entraînés avec régularité au quotidien.

 

Etape N° 22: écrire à partir de mots “voyageurs”

 

Ces mots voyageurs sont une forme d’écriture à contrainte, qui s’avère très utile pour déverrouiller l’imagination rapidement. Dans son livre, Laure propose une liste:

  • couleur: rouge
  • animal: chat
  • nombre: cinq
  • météo: pluvieux
  • défaut: mépris
  • qualité: jovialité
  • objet de cuisine: autocuiseur
  • vêtement: gabardine
  • légume: poireau
  • personnage de théâtre: Arlequin

 

Il convient d’utiliser tous ces mots en écrivant un texte d’environ 60 mots .

Voici le texte de Laure d’Astragal:

Arlequin mit les cinq poireaux à cuire dans l’autocuiseur rouge. Le chat, couché sur la gabardine, regardait tantôt l’extérieur pluvieux avec mépris, tantôt son maître avec jovialité”.

 

 

Voici mon texte avec les mêmes mots:

“Mon chat, Arlequin, arborait un pelage noir comme ma gabardine. Il me regardait toujours avec mépris, rarement jovial,  montrant des yeux rouge sang. Il se tenait droit comme un poireau et se vautrait, gros comme mon vieil autocuiseur, ronronnant aussi fort que la soupape en pleine activité”.

 

 

Voici une autre liste de mots pour continuer l’exercice:

  • noir
  • labrador
  • cinq cents
  • neige
  • mensonge
  • mansuétude
  • épluche-patates
  • slip
  • courgette
  • Jean Valjean

 

Voici mon texte:

Je débarquais un matin d’hiver dans la région du Labrador dans le nord-est du Canada, le ciel noir plein de neige à venir, ne possédant que cinq dollars en poche et un slip. Je trouvais vite un travail dans le restaurant du coin : on me mit un épluche-patates dans les mains pour éplucher des courgettes. J’appréciais la mansuétude des gens d’ici, francs, honnêtes, détestant le mensonge. Je me sentais tel Jean Valjean, un forçat de la patate”.

 

 

Voici une autre liste:

  • blanc
  • dinosaure
  • vingt-sept
  • canicule
  • avarice
  • générosité
  • cric
  • soutien-gorge
  • chou
  • Colombine

 

Voici mon texte:

Colombine n’arrivait pas à enfiler son soutien-gorge blanc. Une de ses mains était plâtrée depuis plus de vingt-sept jours. Son accident était arrivé en pleine canicule. Elle était purement et simplement tombée dans une rangée de choux de Bruxelles dans son potager. Il avait fallu un cric pour la sortir de là. Elle avait vu des dinosaures devant les yeux en tombant. Par générosité, un voisin était venu l’aider, alors qu’elle était bien connue pour son avarice légendaire.”

 

 

J’espère que vous êtes content des textes produits, tout comme moi. Peut-être vos phrases n’ont-elles pas beaucoup de sens? Peut-être manque-t-il ce petit ‘truc’ qui donne envie aux autres de vous lire? En conclusion, pour être lu, il vous faut donc pouvoir prétendre être intéressant.

Il vous faut alors réfléchir aux thématiques sur lesquelles vous souhaitez écrire,  ou à une problématique qui vous tient à coeur ou un événement qui vous touche ou vous perturbe de près. Pour débuter, il est toujours plus aisé de commencer avec ce que l’on connaît.

 

Qu’est-ce qu’un roman?

 

Voici la définition du Petit Larousse: Oeuvre littéraire , récit en prose généralement assez long, dont l’intérêt est dans la narration d’aventures, l’étude de moeurs ou de caractères, l’analyse de sentiments ou de passion, la représentation, objective ou subjective, du réel”. 

 

 

Pour commencer une idée de roman, il faut absolument délimiter un périmètre dans lequel se passe votre histoire. Surtout, évitez de tomber dans la complainte personnelle. Cela ne saurait faire de votre écrit un bon roman. Parlez des circonstances plutôt que de personnes. Plus vous aurez de choses intéressantes à dire sur un domaine particulier, plus vous pourrez alors intéresser vos lecteurs en leur permettant de découvrir un milieu qu’ils ne connaîssent pas ou peu.

Un roman est constitué d’actions s’organisant en une intrigue, répondant à une structure-type en 6 étapes, commune à tous les récits.

 

  1. un état initial assez bref qui onstalle lieu, l’époque, le personnage principal
  2. un événément déclencheur qui perturbe la situation initiale et la remet en cause
  3. une suite de péripéties et de rebondissements qui modifient la situation des personnages en intensifiant les conflits
  4. une crise avec une révélation, point culminant où le personnage comprend qu’il doit changer
  5. un événement rééquilibrant qui amorce le déroulement de l’intrigue
  6. une résolution, un état final stable du personnage principal, heureux ou malheureux.

 

     

    Vous n’êtes pas obligé d’utiliser une structure chronologique. Vous pouvez commencer votre histoire proche de la situation finale et développer ensuite le passé par des retours en arrière.

     

    Les thèmes d’un roman

     

    Dès le début, le lecteur comprendre les “valeurs” qui seront abordées dans votre roman. Choisssez plutôt un grand espoir ou une crainte profonde. Pour commencer, posez-vous les questions suivantes:

     

    • quel est le livre ou le film que j’aime le plus?
    • de quoi parle-t-il?
    • ai-je lu plusieurs livres à ce sujet?

     

    Utilisez les thèmes que tout le monde connaît dans la ‘vraie’ vie: la naissance, la maladie, la mort, l’amour, le mariage, le sexe, le travail, la famille, …Traitez-les de votre point de vue moral, avec votre jugement personnel.

    Voici quelques exemples de sujets:

    • le sacrifice
    • le conflit
    • le divorce
    • l’argent

     

     

    Le sujet résume votre intrigue, alors que le thème traite de l’universalité du sujet. Le thème répond à cette question: “de quoi parle l’histoire?”.

    Evitez de commencer par votre autobiographie. Car, dans ce genre littéraire,  vous ne pouvez raconter que vos souvenirs, par définition tronqués avec le temps, ne révélant que votre réalité à vous et votre vérité. De toute façon, avant de vous lanver dans l’écriture d’un texte long, prenez le temps de réfléchir au calme, de vous poser sur ce que vous allez écrire. Cette étape peut d’avérer plus longue et ardue que vous ne le pensez.

    Pour trouver matière à écrire, regardez autour de vous, asseyez-vous à la terrasse d’un café; bref, partez à la cueillette d’idées avec un carnet pour lister tout ce que vous observez. Soyez attentif aux messages que la vie vous envoie!

    Si vous hésitez, exploitez aussi la piste de vos émotions en vous demandant:

    • qu’est-ce qui me fait peur?
    • qu’est-ce qui me met en colère?
    • qu’est-ce qui me blesse?
    • qu’est-ce qui me touche?
    • qu’est-ce qui me fait sourire?
    • qu’est-ce qui m’attriste?
    • qu’est-ce qui me scandalise?

     

    Les journaux et les faits divers peuvent être une mine d’inspiration pour un écrivain. Choissez un fait divers et laissez votre imagination faire le reste à partir de la situation. La revanche ou la vengeance sont des thèmes souvent traités en écriture. Ne révélez jamais le nom de personnes existantes. Transformez les noms, les lieux et l’époque. Personne ne doit se reconnaître si vous désirez vous venger de quelqu’un.

     

     

    Etape 23: travailler sur les images

     

    Cette étape est un exercice de création d’histoire. Pour ce faire, choisissez une image. Racontez ensuite une histoire de 10 lignes minimum à partir de cette image, en lui trouvant un titre.

    Voici mon image et mon texte (donné en proposition d’écriture):

     

     

    Jonathan vient de se marier. Il a déjà dit ‘oui’ à sa promise. Il se demande s’il n’a pas commis une grave erreur. Il étouffe dans cette salle de réception; il a besoin de prendre l’air, seul.

    Il s’était promis de refouler tous ces sentiments étranges qui étaient venus l’assaillir au cours des semaines précédant le mariage. Il se demandait bien pourquoi c’était venu comme ça. Il n’en avait pipé mot à personne, encore moins à sa future femme. Cela l’avait perturbé au point de rompre le mariage, mais il n’avait pas osé à la dernière minute. “C’était des trucs de film, ça” en avait-il conclu. 

    Jonathan, le jeune marié, n’aime pas être contraint, ni subir le joug administratif, comme cela avait été le cas ce jour. Cela aurait du être le plus beau jour de sa vie. Ca l’était pour Sandrine, sa femme désormais, mais sûrement pas pour lui. Il avait accepté pour lui faire plaisir. Lui aurait voulu que chacun vive de son côté, en se voyant le weekend uniquement. 

    Il avait vu tellement de situations négatives sur le mariage, à commencer par ses propres parents qui s’étaient entredéchirés pour leur divorce. Il avait l’impression amère d’être tombé dans un piège à rats. Quelle force allait-il trouver au fond de lui pour paraître heureux et finir cette horrible journée et accomplir son devoir conjugal dans les règles de l’art?”

     

    Vous pouvez aussi choisir 2 images: l’une avec un personnage et l’autre avec un lieu. Vous imaginez ensuite une histoire sur une dizaine de lignes. Votre personnage se trouve confronté à un souci ou un problème qui suscite l’intérêt du lecteur.

    Voici mes images et mon texte:

     

             

     

    Julia était ravie de visiter Paris, espoir si longtemps contenu depuis tant d’années. Enfin, elle se trouvait dans la ville de l’amour, dans la ville que tout le monde voulait au moins voir une fois dans sa vie. C’était l’été, elle était jeune, jolie et heureuse. Depuis quelques mois, elle avait rencontré Arthur dans son village natal. Ils s’entendaient bien, malgré un léger problème de communication entre eux. Son compagnon parlait peu, bougonnait souvent, ne s’intéressait pas à ses passions à elle. Ce mardi, la visite de la Tour Eiffel était au programme. Devant la queue interminable qui attendait debout devant les ascenseurs, Julia décida de prendre les escaliers pour parvenir au second étage. Elle avait pris son large chapeau noir pour se protéger du soleil, mais, en plein milieu de son ascension, le vent le fit virevolter sans qu’elle n’ait le temps de réagir pour le rattraper. Elle s’exclama, cria, dans l’indifférence la plus totale de la part d’Arthur. Elle lui demanda de descendre chercher son chapeau, auquel elle tenait tant car il lui venait de sa grand-mère, décédée depuis l’an dernier. Ce dernier fit la sourde oreille et ne daigna pas se laisser influencer par les suppliques de sa compagne. Elle descendit quatre à quatre les marches pour tenter de récupérer son précieux héritage. A la place, elle fila à leur hôtel, prit sa valise et déguerpit chez une amie résidant en banlieue, en pleurs. 

     

    S’entraîner régulièrement à écrire à partir d’images peut s’avérer un exercice très intéressant.

     

    Etape 24: résumer un film

     

    Pour faire cet exercice, choisissez un film que vous avez vu récemment. Résumez l’histoire en 2 lignes maximum. Cela s’appelle un ‘pitch’ dans le milieu cinématographique. Le fait consiste à résumer l’intrigue en quelques mots de la façon la plus attractive possible.

    Pour comprendre comment fonctionne ce genre d’exercice, vous pouvez lire des résumés sur Internet ou dans des magazines de télévision. Un pitch se résuma avec l’équation suivante: personnage principal + problématique + action.

    Le site d’Allociné peut aussi vous aider par les bande-annonces proposées: http://www.allocine.fr/

     

     

    Etape N° 25: enrichir les mots par des émotions

     

    Votre imagination a besoin de nourriture riche et abondante. Marchez au calme pendant 10 minutes avec un crayon et un carnet et établissez une liste selon la consigne:

    • un ustensile (ou un outil)
    • un fruit
    • un récipient ouvert
    • un vêtement
    • un récipient qui se ferme
    • un liquide
    • un bijou
    • un jouet
    • un meuble
    • un objet inutile

    Prenez le temps d’écrire en face de chaque objet une émotion ou une sensation parmi la liste suivante:

    • joie
    • tristesse
    • douleur
    • plaisir
    • colère
    • calme
    • honte
    • impudence
    • bonheur
    • malheur
    • sympathie
    • bienveillance
    • dégoût
    • compassion
    • mépris
    • amour
    • haîne
    • indignation
    • envie
    • jalousie
    • émulation
    • crainte
    • enthousiasme
    • peur
    • audace
    • courage

     

    Voici mon choix:

    • une tronçonneuse: la peur
    • une fraise: l’envie
    • une bouilloire: le plaisir
    • un maillot de bains: l’audace
    • un bocal: le malheur
    • un thé: le calme
    • une boucle d’oreille: la joie
    • un vélo: l’émulation
    • un pied d’armoire: la douleur
    • un dressing plein à craquer: la honte

     

    Rédiger ensuite une phrase ou un court paragraphe pour expliquer ces associations.

    “En fait, pour associer l’objet avec une émotion, je me suis basée sur ma vie, sur ce que j’aime ou n’aime pas, ou ce que j’ai réllement vécu. Par exemple, pour le pied d’armoire, je me suis tapé un pied dedans par mégarde. Il s’agissait d’une armoire en bois massif. Résultat des opérations; Deux orteils cassés.”

     

     

    Etape N° 26: éveiller ses sens

     

    Laure d’Astragal, à ce stade, propose d’éveiller son sens de l’odorat, de raconter une expérience sensorielle. Elle suggère de lister du vocabulaire ayant trait aux odeurs. Ensuite, rédigez de 15 à 20 lignes sur un souvenir en utilisant le vocabulaire trouvé.

     

    Voici une liste possible sur l’odorat:

    • sentir
    • nez
    • odeur
    • renifler
    • flairer
    • humer
    • parfum
    • arôme
    • relent
    • puer
    • embaumer
    • empester
    • odorant
    • malodorant
    • puant
    • fétide
    • écoeurant
    • aromatiser
    • effluve
    • nauséabond
    • pestilentiel
    • âcre
    • suave

     

     

    Voici mon texte:

     

    “Pour faire découvrir les différentes odeurs à mon second fils, nous partîmes un jour nous promener en rase campagne, comme nous en avions l’habitude. Il devait avoir aux environs de deux ans. Nous habitions à la campagne, face aux champs. C’était l’automne – un automne doux-  et les feuilles rousses commençaient leur lente descente vers la terre. L’environnement était rempli de senteurs propres à cette saison et, dans mon souvenir, les odeurs étaient plutôt agréables. L’automne sentait bon, embaumait avec la terre labourée, retournée, belle dans ses nouvelles teintes, parée pour attendre l’hiver. 

    Mon fils marchait encore cahin caha, se heurtant aux cailloux parsemés sur son chemin, se raccrochant à sa poussette. Il faisait bon, nous étions assez légèrement vêtus en cette fin d’octobre. Puis, la terre fraîchement labourée m’attirait et je proposais à mes enfants de s’allonger dans le champ avec moi et de renifler l’odeur de cette belle terre. Ca sentait l’humus, ça sentait une odeur très particulière, plaisante par ailleurs. C’en était même enivrant. Il avait dû pleuvoir peu de temps auparavant, et nous pouvions humer des arômes de champignons, de betteraves, de feuilles mortes, de moisissures, d’herbe fraîche ou en décomposition. En un mot, ça sentait la nature. Une nature odorante et aromatisée comme on ne peut sentir en ville. “

     

    En guise de conclusion

     

    Si vous voulez écrire continuellement, il faut nourrir votre imaginaire absolument. L’imagination fonctionne comme un muscle qu’il faut entretenir sans relâche. Inventez autant d’histoires que possible. Ecrivez sur ce qui vous touche tout en pensant à intéresser vos lecteurs.

    Vous ne pouvez pas imaginer les ressources et richesses infinies qui tapissent dans les zones d’ombre de votre cerveau. Partez à leur découverte, et vous partirez aussi à la découverte de vous-même!

    Pour écrire, vous devez avoir des choses à raconter. Ces choses sont partout autour de vous, en vous. Il suffit d’y prêter attention pour que le geyser de l’inspiration jaillisse, inépuisable!

     

     

     

     


    Laurence Smits

    Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

    2 commentaires

    lucette smits · 30 octobre 2019 à 14 h 38 min

    Tous tes textes nous plongent dans la vraie vie. Les odeurs, les couleurs, les états d’âme, tout ce qui fait que nous sommes vivants et que souvent on ne voit plus ce qui nous entoure…

    Catherine Gonin · 1 novembre 2019 à 17 h 33 min

    Passionnant article, comme d’habitude, avec des exercices qui titillent l’imagination et stimulent les neurones. Le chemin vers le roman est un long périple peut être sans issue, mais le parcours est si intéressant. Merci de jalonner notre chemin qui est ainsi fait de divers plaisirs d’écriture.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *