Les écrivains ou tous les aspirants à l’écriture peuvent avoir beaucoup de mal à gérer leur temps. Pour remédier à ce désagrément, il convient de créer des listes de tâches et de les planifier dans un agenda. Autrement, sans rigueur, il est compliqué d’avancer.

De la même manière, pour tenir votre engagement à l’écriture, il va falloir prendre des mesures, comme vous lever plus tôt ou vous coucher plus tard, et surtout, prendre du temps pour écrire – c’est bien là le principal!

Pour écrire, il faut gérer son temps, s’imposer un délai raisonnable pour achever chaque chapitre, trouver aussi du temps pour ses recherches. Mais, surtout, il est nécessaire de faire des pauses, de se divertir, de s’aérer le corps et l’esprit, éapes nécessaires pour se ressourcer et alimenter vos réserves créatrices.

Il existe surtout un seul mot d’ordre: FAITES-VOUS PLAISIR!

Pour écrire cet article, je me base toujours sur le livre de Laure d’Astragal, “Atelier d’écriture”.

 

     

 

Etape 33: évaluer son temps libre 

 

Pour évaluer le temps dont vous disposez pour écrire, il vous suffira de lister vos principales activités récurrentes de la semaine.

Evaluez le temps passé à vos occupations en toute sincérité avec vous-même:

  • temps passé à travailler
  • temps passé dans les transports
  • temps passé à dormir
  • temps passé à préparer ou prendre les repas
  • temps passé à la toilette et à l’habillage
  • temps passé à aider les autres
  • temps passé avec des amis
  • temps passé à l’intendance, aux courses, au ménage, au téléphone, à regarder la TV

 

Il vous faut prendre conscience du temps très souvent gaspillé dans des futilités: le temps est un allié précieux! Mais, il peut aussi devenir votre pire ennemi! La question est: en une semaine, combien de temps avez-vous consacré à vous-même?

 

 

Etape 34: les occupations hebdomadaires

 

Laure d’Astragal propose de tracer un tableau de 5 colonnes verticales:

  • l’une en bleu pour le temps passé à dormir
  • l’une en orange pour les activités professionnelles et les transports
  • l’une en rouge pour les activités faites pour les autres (sauf pour votre profession)
  • l’une en jaune pour les occupations “d’intendance”
  • l’une en vert pour les activités  personnelles, réalisées par vous-même.

 

Ensuite, il vous faut dresser un bilan:

  • que constatez-vous à partir de votre tableau?
  • aviez-vous conscience de la situation avant cette étape?
  • avez-vous envie de changer quelque chose dans votre répartition hebdomadaire?

 

 

Etape 35: instaurer un périmètre de sécurité

 

Le livre de Laure d’Astragal vous propose de dessiner un cercle en couleur. A l’intérieur, inscrivez les points de votre organisation de vie que vous voulez garder ou qui vous conviennent. Placez à l’extérieur du cercle les points qui vous dérangent ou ceux dont vous voulez vous débarrasser.

D’une autre couleur,  écrivez ce qui dans votre environnement est bienfaiteur et malfaisant, ce qui vous encourage à écrire et ce qui nuit à votre envie d’écrire.

Le lendemain, relisez votre page à tête reposée et tirez-en les conclusions qui s’imposent. Cette étape peut prendre du temps. Vous devez vous demander comment vous pourriez vous organiser pour satisfaire votre désir d’écrire.

 

 

Etape 36: enquêter sur soi

 

Pendant 10 minutes, vous citez 5 aspects de votre personnalité que vous aimiez de vous quand vous étiez enfant.

Je me suis prêtée au jeu:

  1. la curiosité
  2. la vivacité et la persévérance
  3. l’amour de la lecture
  4. raconter des choses sur tout
  5. me projeter et inventer des situations

 

 

Ensuite, listez 5 réalisations effectuées dans votre enfance dont vous soyez fier, y compris des farces, et ce pendant 10 minutes.

 

Voici mon résultat:

 

  1. mes canevas
  2. décider d’apprendre l’anglais en 6e contre l’avis de mes parents
  3. apprendre à l’école
  4. les opérations “commando” chez mes voisins
  5. avoir réussi un gâteau pour la première fois

 

 

Notez ensuite 5 plats ou gourmandises que vous aimiez quand vous étiez enfant:

 

Voici mes plats préférés (rien d’original en fait!):

 

  1. le steak-frites du samedi midi
  2. la purée de pommes de terre
  3. les gâteaux du dimanche
  4. les pâtes
  5. le poulet rôti

 

 

Etape 37: s’autoriser du temps pour soi

 

A partir de maintenant, sur votre agenda personnel, vous ferez apparaître les 3 lettres suivantes: TAM, une fois par semaine au moins:

  • TAM cinéma
  • TAM exposition
  • TAM bricolage
  • TAM jardinage
  • TAM écouter un disque
  • TAM piscine
  • etc.

 

Vous le ferez uniquement pour des choses que vous aimez et auxquelles vous consacrerez délibérement votre temps sans faire autre chose simultanément et bien évidemment, uniquement pour vous et vous seul!

Ce n’est en aucun cas une attitude égoïste, mais salvatrice pour éviter de tomber dans un rythme frénétique, épuisant à la longue et qui sapera, de toute façon, toute votre inspiration. L’inspiration nécessite du carburant pour se renouveler; donc, fournissez-lui de quoi se nourrir et se développer!

Vous devez vous donner rendez-vous avec vous-même sur votre agenda. Vous ne devez jamais repousser le moment d’écriture pour donner la priorité à autre chose. L’envie de tout abandonner est souvent plus commode que celle de persévérer. Résistez jour après jour!

 

Développer l’audace d’être soi

 

Quand vous aurez bien avancé dans votre pratique d’écriture, vous pourrez vous lancer à écrire des formats plus longs, voire des romans.

Pour devenir un auteur -connu ou pas, il va falloir vous affirmer d’une manière ou d’une autre. Il ne suffit pas de savoir improviser et de prendre du plaisir en découvrant des histoires pour vous épanouir en tant qu’auteur. Il va falloir vous démarquer dans votre pratique et vous faire remarquer.

Si vous prenez le temps de penser aux auteurs que vous adorez, ceux dont vous lisez tout, vous réaliserez que chacun se définit par ses récurrences, qu’elles soient de fond (sujets, thématiques, univers), de forme (voix, format) ou de construction (archétypes de personnages, structures dramatiques).

 

 

Les récurrences sont comme un ADN de l’auteur, une empreinte qu’il est le seul à laisser, parce qu’elle est le fruit de sa personnalité, de son expérience, de sa vie autant que de son écriture. Cette patte de nous que nous laissons à travers les pages que nous écrivons n’est pas si évident à exprimer.

Un voile recouvre cette empreinte , celui de la peur de n’être pas assez bon, de la crainte d’être vu, jugé, hué, voire adulé. Il n’y a pas de ‘vrais’ ou de ‘faux’ auteurs, comme si le talent était autre chose que l’art d’être soi à l’intérieur d ‘une technique maîtrisée.

 

 

Ecrire requiert un apprentissage, même si cela n’est pas agréable à entendre. Ce n’est pas clair non plus: comment se former? Comment apprendre à écrire? Comment devenir un auteur?

Toutes les questions que vous vous poserez feront partie des étapes que vous traverserez pour écrire sur le long cours. Les prises de conscience plus ou moins heureuses, les erreurs successives que vous commettrez, vous permettront -entre autres- d’améliorer votre écriture.

L’écriture prend du temps. C’est la raison pour laquelle vous n’êtes pas toujours dans un état d’esprit propice à l’écriture, pas toujours bien relié à votre histoire. C’est ainsi que votre identité d’auteur se brouille. Rien n’est jamais acquis; il convient de toujours se remettre en question!

 

 

L’accumulation de vos expériences vous aidera à avancer sur le chemin de votre écriture en acceptant vos points forts et vos faiblesses, en reconnaissant que vos textes ne pourront pas toucher tout le monde de la même façon. De plus, cela ne dit rien de leur qualité.

Il n’y a qu’à travers cette expérience que vous pourrez développer l’audace d’écrire avec ce qui vous rend unique, singulier et auteur!

 

Trouver des sources d’inspiration

 

Je reste persuadée qu’il est très peu efficace de chercher des idées coûte que coûte. Vous pouvez aussi apprendre en observant. Il existe de nombreuses sources d’inspiration pour trouver des idées de roman.

Ecoutez les gens, gardez les yeux ouverts. Le monde qui vous entoure, vos proches, votre famille, votre propre vie, sont une source intarissable de nouvelles idées. Regardez des documentaires, car ils présentent la réalité de personnes que vous ne connaissez pas, et ils donnent souvent des idées.

L’émission, par exemple, “Dans les yeux d’Olivier”, épisodes disponibles sur Youtube, peut être une grande source d’inspiration. Lire des romans, et plus largement, les oeuvres de fiction, sont un formidable outil pour façonner l’imagination.

 

 

En voyageant, vous vous ouvrirez à de nouvelles cultures, de nouveaux paysages, qui vous permettront d’apprendre à ouvrir les yeux et à regarder autrement. En plus d’être très agréable, c’est un excellent exercice d’observation!

Florence Servan-Schreiber, autrice française et spécialiste dans la psychologie positive, a pris l’habitude de noter et de partager en famille ses 3 ‘kifs’ du jour. Il est aussi possible de parler de ‘gratitude’, c’est selon les auteurs.

Il me semble intéressant de décliner cette idée et de noter, chaque jour, 3 idées, événements, situations, rencontres, personnages, qui ont marqué votre journée. De ce travail peut découler la naissance de nouvelles idées!

 

 

Le “Et si…?” est l’un de mes exercices préférés pour trouver des idées. Cela peut se pratiquer de façon assez naturelle. Il s’agit de réécrire une histoire que vous venez de regarder ou de lire. Vous n’avez pas aimé un détail? Un personnage? Une relation amoureuse? Et si cela avait été différent? Et si vous l’aviez écrit? Comment l’auriez-vous fait?

De nombreuses fan-fictions débutent ainsi. Une fanfiction (ou fanfic) est un récit que certains fans écrivent pour prolonger, amender ou même totalement transformer un produit médiatique qu’ils affectionnent tout particulièrement; qu’il s’agisse d’un roman, d’un manga, d’une série télévisée, d’un film ou d’un jeu vidéo. C’est en fait une fiction dérivée.

 

Si vous avez du mal à trouver des idées, prenez le temps de la réflexion, rêvassez sous la douche, sortez votre chien, car ces moments pouvant paraître futiles peuvent parfois aboutir à de nouvelles idées. Combien de fois en promenant ma chienne, j’ai eu une idée d’histoire! La nature et le calme sont porteurs!

 

Etape 38: L’éveil des sens- le toucher

 

A cette étape, Laure d’Astragal propose de raconter une expérience sensorielle. Il convient, dans un premier temps,  de lister du vocabulaire ayant trait au toucher.

Voici ma liste:

  • main
  • doux
  • dur
  • caresser
  • effleurer
  • frôler
  • chatouiller
  • palper
  • tripoter
  • tâter
  • toquer
  • tact
  • peau
  • attouchement
  • frottement
  • palpation
  • malaxation
  • tactile
  • rêche
  • rude
  • rugueux
  • lisse
  • velouté

 

Ensuite, pendant 30 minutes, vous rédigerez 15 à 20 lignes sur une expérience de toucher en utilisant le vocabulaire que vous aurez choisi.

 

 

Voici mon texte:

 

Dans mon jardin, mon occupation préférée est d’utiliser les mains pour toucher et palper. Le contact avec mes arbres est un acte des plus précieux que j’accomplis comme un rituel et comme un rendez-vous avec mes compagnons.

J’aime passer la main sur l’écorce assez rugueuse de mon gros noyer, en observant les traces de mousse ici et là sur son tronc ou ses branches. Puis, trônant fièrement au fond du jardin, se dresse le cerisier, d’un brun acajou lisse, glissant quand il est mouillé. Il possède des zébrures très intéressantes, pour ne pas dire artistiques. Mais, l’arbre que je préfère, celui que j’ai choisi pour méditer, est le bouleau. Son écorce est très lumineuse, d’un blanc ivoire, d’une extrême douceur au toucher, contrairement à son voisin le plus proche, l’acacia. Ce dernier possède beaucoup de fentes, parfois profondes. Son bois est dur, ses épines redoutables et elles vous laissent un souvenir quelque peu douloureux à celui qui, par inadvertance, les oublie. 

Je ne possède pas de chêne dans mon jardin. Mais, dans la campagne avoisinante, au bout d’un chemin boueux en cette saison et au bord d’une route passagère, trône un chêne fier plus que multi-centenaire. Il me plaît, de temps à autre, de lui rendre visite et de caresser son écorce puissante, pour puiser dans son énergie et me revigorer.

Comme le bouleau, si je caresse le tronc de mon olivier, il est lisse, doux, presque comme du velours. En fermant les yeux, je pourrai deviner quel arbre se laisse caresser sous mes mains. Les arbres ont leur personnalité propre, ont des propriétés tellement importantes pour notre santé et notre bien-être. 

 

 

En guise de conclusion

 

Petit à petit, vous commencez à naître à vous-même par l’écriture. Mais, pour grandir dans ce domaine, vous devez persévérer dans vos efforts quotidiens. Sans doute ressentez-vous une impression de puissance grâce à votre activité d’écriture.

Néanmoins, vous devez encourager votre créativité en vous faisant confiance. Nourrissez votre créativité, suivez votre guide intérieur, votre intuition. Ne laissez pas les autres vous dérouter de votre chemin!

Fuyez tous ceux qui sont prêts à casser votre enthousiasme, ceux qui ne font aucun effort pour vous comprendre ou vous suivre, ceux qui tiennent des propos négatifs sur votre activité, ceux qui vous font des reproches, ceux qui envahissent votre espace.

Votre temps d’écriture est sacré. Faites confiance à vos ressources, acceptez ce qui se passe en vous, laissez votre esprit s’ouvrir à son rythme. Si vous ressentez de la joie en créant, vous êtes sur la bonne voie!

 

 

 

 

 

 

 

 


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *