Crédit photo: coolibri.com

Je sais que les auteurs débutants se posent souvent la question suivante: de quoi a-t-on besoin pour écrire? La réponse la plus sensée tient en un mot: RIEN! On n’a besoin de rien, hormis le matériel pour écrire. On s’en fait toute une histoire. Cela se comprend: sauter le pas et se mettre à écrire, c’est carrément flippant!

Toutes les peurs, tous les doutes, toutes les frustrations remontant à l’enfance ressortent dès que le désir d’écrire se fait sentir. On ne se sent pas légitime. On se compare tout de suite aux plus grands écrivains. Et on attend, et on attend…Plus on attend, plus on a peur, plus on flippe!

Vous pouvez aussi lire des tonnes de méthodes, de livres, de conseils. C’est bien. Si vous ne dépassez pas vos peurs et vos blocages, vous n’écrirez jamais. On a la chance de vivre à une époque où on peut publier soi-même ses livres. J’en suis la preuve. Nul besoin de dépendre d’un éditeur et de son bon vouloir. Un seul mot: lancez-vous!

Besoin de rien pour écrire

Je ne le répèterai jamais assez: l’écriture n’est pas un don inné, qu’on reçoit en cadeau de la part de fées. Personne n’a un talent naturel. On a des prédispositions. Certes. Mais, si vous ne faites rien de vos prédispositions, elles n’aboutiront jamais à rien. Car, que vous le croyiez ou pas, écrire s’apprend. Cela peut s’apprendre, sans passer des dizaines d’années à s’entraîner, à souffrir mille martyres en silence dans son coin. De toute façon, quand on commence à écrire, on apprend et on progresse tous les jours.

Au départ, on a le goût assuré des mots, le goût acidulé de la langue française, le goût intense de la lecture, le goût certain des histoires. Mais, cela ne fait de personne un auteur ou une autrice. Pour écrire, il faut se frotter à l’écriture. Au début, ça pique, comme quand on se pique aux orties. Ca fait mal, c’est dur. De la même façon, pourriez-vous courir un marathon sans aucun entraînement?

Pour progresser dans l’art d’écrire, il faut s’inspirer des livres qu’on lit, se choisir un genre littéraire dans lequel écrire. La première des choses, c’est cesser de se juger en permanence, de se dire qu’on est incapable d’écrire sans jamais avoir essayé, qu’on ne vendra jamais de livres, que personne ne voudra lire nos histoires, etc.

Crédit photo: fr.wikihow.com

Des livres de conseils pour écrire

Pour écrire, il est utile de s’inspirer du travail des autres. Il convient d’abord de s’entraîner à écrire des histoires courtes, ou d’écrire à partir de consignes d’écriture. On a toutes et tous besoin aussi de se former, de s’entrainer, de recommencer encore et encore. En s’entraînant grâce aux conseils des autres, je ne prétends pas que vous allez devenir un auteur à succès. Je ne suis pas du genre à faire croire au miracle. Néanmoins, si tel est le cas, super pour vous!

Pour ce faire, j’ai conçu 2 livres pour vous. Le premier que j’ai publié s’intitule: 111 JEUX D’ECRITURE. En vous amusant à écrire à partir de ces jeux d’écriture, vous progresserez, c’est sûr. Pour écrire, il faut d’abord jouer avec la langue et y prendre plaisir.

Une fois que vous aurez fini de vous amuser en manipulant la langue, il existe tout un tas de conseils que je vous prodigue dans ce livre: 299 CONSEILS POUR MIEUX ECRIRE. Pour réussir à écrire, il faut mettre en place un contexte propice à l’écriture. Cela passe aussi par changer son mental. Entre autre.

Une de mes amies s’est mise à écrire, suite à la publication de ce guide pratique. Mon livre regorge de conseils utiles pour vous décomplexer, pour vous donner la légitimité dont vous avez besoin.

Il existe s’autres livres, comme “Les Techniques de style” de Jean Kokelberg. Ce livre donne une tonne de conseils pour améliorer son vocabulaire, sa syntaxe, pour jouer avec les répétitions et maîtriser les si difficiles figures de style.

Vous avez aussi le célèbre “Mémoires d’un métier” de Stephen King:

Il existe tant de livres que je ne saurai vous en dévoiler ici une liste exhaustive. Il ne suffit pas d’améliorer la structure de vos phrases. Vous devez aussi maîtriser la structure de votre récit et la construction de vos personnages.

La construction des personnages

Vous pouvez passer des années à concocter des fiches de personnages, sans jamais réussir à écrire votre roman. C’est sûr, vous devez connaître vos personnages. Certains auteurs mettent en place des fiches très détaillées. Cela les rassure et leur offre un cadre strict. Vous pouvez construire des fiches et des fiches sur Excel ou un autre logiciel. Vous pouvez tout prévoir jusqu’à la longueur des ongles de votre personnage principal. Et après? Que faites-vous de tout ce matériau?

Je ne fais pas partie de ce cercle qui détaille tout avec une grande minutie. J’aurai l’impression de me laisser enfermer dans une grille de détails qui m’étoufferaient. Beaucoup de choses se mettent en place dans ma tête et s’articulent ensuite comme un puzzle. J’aime laisser les personnages évoluer selon leur gré. Stephen King agit ainsi. Il prévoit une ligne directrice et laisse ses personnages évoluer au gré de leurs envies.

En construisant des fiches détaillées sur les personnages, vous risquez d’oublier l’essentiel: donner un rôle et un objectif à chacun des personnages. C’est bien qu’ils soient détaillés, mais après? Comment vous les faites intervenir et interagir entre eux?

Crédit photo: ficellesdauteur.fr

La construction des scènes

Construire ses scènes est un autre point à prendre en considération pour un auteur débutant. Vous pouvez, tout comme vos personnages, mettre en place un découpage détaillé de vos scènes, faire des plans. Vous pouvez tout noter soigneusement, en y passant des heures infinies. Ensuite, vous pouvez écrire en suivant scrupuleusement le plan ainsi élaboré. Bien sûr, au préalable, vous aurez établi un plan d’écriture que vous suivez à la lettre.

Mais, que savez -vous de la structure d’une histoire en général ou d’une scène en particulier? Une scène de roman, quel que soit le genre littéraire, n’est pas que du bavardage. Les lecteurs ne veulent pas lire du blablabla. Ils veulent une histoire qui va les tenir en haleine. Un roman digne de ce nom ne doit pas traîner en longueur et doit être cohérent.

Un roman doit apporter des éléments de conflit qui enrichissent l’histoire et la font avancer. Un événement perturbateur doit survenir pour gêner le personnage principal. C’est ce qui va faire qu’il va avancer dans sa vie de personnage. Du même coup, il va faire avancer l’intrigue.

Crédit photo: audereco.com

A agir comme je le décris en tout détaillant, vous allez perdre beaucoup de temps. Le temps, c’est des pages de roman. Le temps, pour un auteur, est un allié fort précieux.

Des conseils pour écrire

Pour réussir à écrire, vous devez changer votre état d’esprit. Vous devez savoir dans quoi vous allez vous lancer. Ecrire un roman ne s’improvise pas et demande plusieurs mois de votre vie. Vous l’avez compris, il ne suffit pas d’aligner des mots les uns après les autres sur du papier pour réussir. Ecrire n’est pas une discipline réservée à une élite qui aurait été élue par des dieux.

Ecrire un roman, c’est comme courir un marathon: c’est du travail. En prime, c’est de l’artisanat. Mais, en vous persuadant que c’est possible d’écrire, tout en sachant que c’est difficile, vous changez votre état d’esprit. Vous vous mettez mentalement en conditions d’écrire.

Ensuite, il convient d’organiser votre vie pour que l’écriture y ait une place conséquente. Vous allez devoir rogner sur certaines activités qui vous bouffent du temps inutilement. Je vous laisse choisir lesquelles. Vous devez mettre en place un fonctionnement qui vous est propre pour vous mettre à écrire. Pour réussir à écrire un roman, il faut tenir dans la durée et posséder un mental fort, un mental de gagnant, qui résiste à toute épreuve.

Crédit photo: bookboon.com

Pas de roman à succès si vous n’avez pas travaillé votre histoire. Vous avez une petite idée derrière la tête. Il ne vous reste plus qu’à la transformer en une centaine de pages. Avec un état d’esprit propice à l’écriture, dans une vie organisée, vous franchirez cette étape allègrement. Auparavant, vous vous serez formé à votre métier d’auteur.

Comme les autres arts, le métier d’auteur s’apprend, dans lequel on peut toujours s’améliorer. Pour apprendre à conduire, on se forme, n’est-ce-pas? C’est plus douloureux pour certains que pour d’autres. Il en va de même pour l’écriture.

En guise de conclusion

Pour écrire, vous avez surtout besoin de vous-même. Vous ne pouvez compter que sur vous-même. Si vous passez votre temps à geindre, à vous plaindre, à flipper au moindre mot écrit, vous n’irez pas bien loin. Vous devez croire en vous, sinon, qui le fera à votre place?

Un architecte va-t-il sans cesse se poser cette question pour construire une maison: “comment fait-on pour construire une maison?”. S’il vous posait cette question, vous le fuiriez. C’est la même chose avec un roman ou tout autre livre. Vous devez essayer, posséder une motivation à toute épreuve, maîtriser un tant soit peu la langue française, vous trouver un genre littéraire, vous trouve rune thématique, élaborer un plan.

Ouf! La liste est finie pour les points principaux. Après, il va vous falloir vous lâcher dans le grand bain, même si cela vous fait peur! Mettez en place votre routine et n’y dérogez pas! Imaginez à l’avance le bonheur que vous ressentirez quand vous aurez apposé le mot FIN à votre livre! N’attendez plus, au boulot, à vos stylos!


Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

Suivez-Moi sur les réseaux

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>