Nous écrivons tous au quotidien: textos, mails, messages sur les réseaux sociaux, textes, listes, journal, articles, petits mots, devoirs, rédactions, etc. L’écriture nous permet un lien vers le monde extérieur – et aussi intérieur, à notre insu.

De par de nombreux sondages, il est avéré que bon nombre de Français déclarent aimer écrire. 1/3 d’entre eux souhaiteraient écrire un livre, soit 22 millions d’aspirants auteures et auteurs. Peu passent à l’action. Pourquoi?

Le premier pas à faire pour parvenir à écrire est sûrement de se donner le droit d’écrire. Beaucoup d’aspirants écrivains souffrent du syndrome de l’imposteur. Quand on a envie d’écrire, il faut aussi aller chercher les raisons qui nous poussent vers cette activité. Pourquoi veut-on écrire?

Ensuite, pour réussir à franchir le pas, il faut balayer les excuses limitantes que nous nous donnons toutes et tous. Une par une. Pas le choix. Autrement, l’envie du départ ne restera qu’une envie ou une résolution bidon d’un début d’année…

Qui est Florence Servan-Schreiber?

Comme elle le dit dans son livre “Bloum, écrire pour s’épanouir” sur lequel je me base pour rédiger cet article, Florence Servan-Schreiber ne n’est pas frottée à l’écriture avant l’âge de 40 ans. Comme tant d’autres, l’école l’a traumatisée avec l’écrit. Elle est restée longtemps fâchée avec l’écrit . Mais, écrire la démangeait.

Elle est donc plutôt passée par l’oral en devenant diplômée en psychologie transpersonnelle d’une université américaine.

Florence Servan-Schreiber

Elle a touché à plusieurs métiers, curieuse de nature. Elle s’est consacrée à la qualité de service dans les plus grandes entreprises françaises. Puis, elle a rejoint le groupe Psychologies, fondé par son père Jean-Louis Servan-Schreiber. Elle s’est ensuite formée au management du développement durable, comme complément au développement personnel.

Après la crise économique de 2008 et la suppression de son poste, elle s’est formée à la Psychologie Positive auprès du professeur Tal Ban Shahar. Elle en a tiré un livre “3 kifs par jour et autres rituels recommandés par la science du bonheur”, devenu un best-seller.

Dès lors, l’écriture a fait son entrée dans la vie de Florence Servan-Schreiber, en devenant un plaisir et non plus une corvée. Elle devient formatrice, conférencière et lance les “Ateliers d’inspiration au bonheur”. En 2014, elle a continué son exploration de la psychologie positive en écrivant le livre “Power Patate, vous avez des supers pouvoirs!”.

En 2015, elle a fondé la “3kifsacademie” pour apprendre la psychologie positive, s’épanouir et kiffer en suivant des cours en ligne. En 2016, elle est montée sur scène pour jouer le premier spectacle au monde autour de la psychologie positive: “La fabrique à Kifs”. A la suite, elle a publié “La Fabrique à Kifs -muscler son bonheur grâce à la psychologie positive”.

En 2018, elle a publié un journal à compléter, “3 ans de kifs”.

En 2020, elle a lancé “L’atelier d’écriture pour s’épanouir et kiffer”, qui a rencontré un succès immédiat et a donc publié “Bloum”.

Le livre “Bloum: écrire pour s’épanouir et kiffer”

Publié en 2020, ce livre est divisé en 7 parties principales:

  • se faire du bien
  • soigner
  • s’éclater
  • progresser
  • bloomer
  • écrire
  • jouer

Je ferai donc un résumé sommaire de certains des conseils. C’est un livre qui se lit facilement. Florence essaie de détourner les conseils donnés sempiternellement dans les livres sur l’écriture. Elle explique les difficultés qu’elle-même a rencontrées pour se mettre à écrire, notamment ce livre.

A la recherche d’un roman miracle, elle a exploré, découvert, beaucoup lu et expérimenté tout un tas de recommandations émanant des experts. Sans succès. Elle a donc tourné longtemps autour de son blocage. Comme tant d’autres parmi nous!

Au fil du temps, elle a compris qu’elle n’était pas faite justement pour écrire des romans. Florence a besoin de relever des défis, de partager avec d’autres et de se faire plaisir avant tout. Donc, “Bloum” n’est pas un roman, “C’est un collier sur lequel j’ai enfilé des perles”, annonce-t-elle.

Ce livre sert à aiguiller les uns et les autres en allant de découvertes excitantes pour se motiver. En mettant en pratique les conseils donnés par Florence, “vous allez kiffer écrire des textes qui vous feront avancer, douter, jouir, progresser, vous découvrir, vous révéler, vous relier, vous affirmer, vous réparer, vous amuser, vous étonner, mieux vous comprendre, vous soulager”.

Se faire du bien

L’écriture qui fait du bien est intime. C’est celle que nous confions dans notre journal intime, destiné à nous seul. Ecrire pour soi est en soi déjà une libération. Le point essentiel est d’y trouver du plaisir. C’est sans doute un des seuls espaces où nous ne venons pas nous censurer, où les autres ne nous jugent pas.

En effet, Florence Servan-Schreiber affirme qu’écrire la langue française est compliquée et complexe à apprendre. A ses yeux, l’écriture occupe une position injuste par rapport aux autres arts, parce qu’elle touche, en France, à “la langue orgueilleuse et sadique”.

Voltaire, au XVIIIe siècle, affirmait déjà que l’orthographe de la plupart des livres français était ridicule et que seule l’habitude pouvait en supporter l’incongruité. Rappelons-nous que l’orthographe n’est pas la langue, mais un code graphique, un simple outil qui permet de retranscrire une langue orale. Avant le XVIIIe siècle, tout le monde écrivait comme il le voulait…L’Académie française, créée par Richelieu, a ensuite pris le contrôle du langage!

Voltaire

Tout le monde a le droit d’écrire. Comme le dit Florence, “si vous savez parler, vous savez écrire”! Vous écrivez comme un artiste ou un écrivain, et non comme un académicien – et c’est tant mieux! Plus vous vous exercerez à nommer ce qui vous habite, plus votre style pourra se dessiner. Peu importe le niveau que vous aviez en français à l’école!

Ecrire dans un journal intime nous procure des bienfaits médicaux et psychologiques évidents. Vous pouvez y déposer vos secrets, qui ne sont en rien criminels. Ainsi, les pensées les plus tordues, les révélations que vous n’osez pas faire à votre entourage, trouveront toute leur place dans ces pages intimes.

Médicalement parlant, cela est bénéfique: vous purgez tout ce que vous refoulez, vous diminuez les tensions. Bref, vous vous faites du bien sur le long terme. Les ruminations, les rêves perturbants et l’anxiété ne seront plus que de lointains souvenirs.

Ecrire ce que vous pensez vous mettra en joie et vous allègera, vous libèrera. Sans compter la confiance en vous que vous gagnerez dans cette activité solitaire, mais bienfaitrice. Au passage, votre intelligence émotionnelle progressera, car vous chercherez des nuances dans vos propos. Vous enrichirez ainsi votre vocabulaire. C’est la première des étapes vers une écriture plus fournie!

Je le dis depuis toujours sur ce blog et dans mes livres: si vous écrivez avec régularité, vous aurez plus d’aisance avec les mots, avec les pensées, avec les idées, et donc, avec votre créativité.

Soigner

Pour retrouver un certain équilibre dans votre vie, écrire est une excellent idée! “Ecrire apaise l’anxiété, résorbe l’ennui, filtre la réalité, ancre les souvenirs, crée de l’élan, distrait du pire et stimule la fierté qui nous habite. Ecrire pour être lu relie, pour se lâcher défoule, pour se plaindre apaise, pour témoigner persuade. Et son on écrit ans aucune raison, on est déjà dans l’action”.

Ecrire peut être thérapeutique, épanouissant – j’en suis convaincue. Le rôle de l’écriture mériterait d’être plus considérée par la science, même si elle commence à être évaluée pour ses bienfaits. Ecrire peut aider à traverser une maladie avec plus de facilité. Ecrire nous décharge des pensées négatives pesantes qui nous encombrent. Ecrire allège la charge et nous permet de mieux fonctionner.

James Pennebaker a mis au point la technique de l’écriture expressive, qui consiste à raconter un événement personnel traumatisant ou générateur de stress. Les traumatismes vécus, en étant retranscrits en mots, deviennent de simples souvenirs.

James Pennebaker

L’écriture expressive est un mécanisme de résilience. C’est ainsi que l’écrivain américain, Ernest Hemingway s’est déchargé, en écrivant, des horreurs qu’il avait vues pendant la Première Guerre mondiale. C’est l’écriture qui lui a permis de se réadapter à la vie quotidienne.

Ernest Hemingway

L’écriture expressive est donc une alliée plus efficace à désencombrer le passé et ce qui se terre dans notre tête. de toutes les façons, en écrivant, nous nous délestons de ce qui nous encombre, nous nettoyons notre esprit, nous ouvrons notre cœur, nous oublions pour un temps l’agitation de nos vies.

S’éclater

Ecrire est un acte créatif, comme la sculpture, la peinture, la photo, etc. Nous sommes toutes des créatives , tous des créatifs. Si vous pensez ne pas l’être, vous faites erreur. La créativité est un état d’esprit et une façon de se placer dans le monde. Vous avez surtout oublié combien vous avez été créatifs quand vous étiez enfant!

Soyez assuré que la puissance créatrice est partout, autour de vous, en vous. “La créativité est une bouffée d’énergie et de vie. La créativité est un véhicule pour façonner, ressentir, compenser, s’affirmer, s’émerveiller et se renouveler”, dit Florence Servan-Schreiber.

Etre créatif, c’est être curieux, avoir envie d’apprendre, de découvrir, de se lancer des défis.

“Si l’on attend la grande idée qui changera le monde pour se mettre au travail, on risque de ne jamais commencer. Parce que la créativité n’attend pas dans l’obscurité qu’on vienne la sonner. Elle a besoin d’être entretenue au fil de l’eau. Ce que l’on crée provient de ce que l’on assemble au quotidien”, écrit Florence.

Je suis entièrement d’accord avec elle.

Quand nous écrivons, nous restons de perpétuels élèves, car nous apprenons tout le temps. Nous sommes toujours les élèves de la vie, de tout!

Florence Servan-Schreiber dénonce les quatre “pampires” qui freinent nos envies et nos ambitions:

  • la planque
  • la peur
  • le perfectionnisme
  • la procrastination

Les conditions parfaites d’écriture n’existent pas. Les diplômes pour devenir un écrivain parfait n’existent pas. Quand nous luttons contre nos peurs, nous luttons contre nous-même! La pensée créatrice est accessible à tout le monde! Il faut donc accepter le risque que nous ne sommes pas forcément prêts. Ce qui nous porte vers l’écriture, c’est le désir! Lui seul peut nous faire avancer!

L’écriture doit être entretenue pour progresser. L’entraînement affine l’expression, muscle et harmonise notre cerveau, comme tout acte vivant. Rien ne peut se faire en claquant des doigts. Seuls le travail, la continuité, l’application et la détermination peuvent nous procurer ce bonheur infini grâce à l’écriture.

Progresser

Nous conservons en France une vision vieillotte et romantique de l’écrivain traversé par l’inspiration. Cela n’existe pas et nos amis les Anglo-Saxons l’ont compris de longue date. L’écriture est comme toutes les autres formes d’art. Elle s’enseigne, surtout dans les pays Anglo-Saxons. Cela commence en France avec quelques cursus proposés dans les universités depuis quelques années.

Les ateliers d’écriture fleurissent désormais sur notre territoire français et c’est tant mieux! Cela permet de désacraliser l’écriture et de la rendre accessible à toutes et tous. Un atelier d’écriture est un lieu d’expérimentation, où tout un chacun lit sa production une fois finie et en ressort gonflé à bloc grâce aux commentaires bienveillants, aux encouragements, aux propositions de progrès, aux suggestions et aux compliments qui y sont donnés.

Dans un atelier d’écriture, la pression du temps impose une réelle concentration, tout comme la pression de la contrainte. Nul besoin de posséder des connaissances. Il suffit d’écrire avec le cœur. De toute façon, pour tout, le réel est notre meilleure inspiration. Dans un atelier d’écriture, nous nous rendons compte que créer, ce n’est pas qu’une question de temps.

C’est un lieu de partage, de sociabilisation, de liberté. C’est un lieu où nous avons le plaisir de créer sans objectif, que celui de nous faire plaisir. C’est un lieu où nous pouvons “desserrer les boulons”, comme le dit si bien Florence.

L’effort de l’écriture vous apaisera et surtout, vous apprendrez à mieux vous connaître!

Bloomer

Le problème avec les humains en général, c’est qu’ils ont beaucoup d’envies, et dès qu’il s’agit de fournir des efforts, la motivation est en berne, même pour quelque chose qu’ils désirent fortement.

Bloom, c’est l’atelier d’écriture, créé par Florence Servan-Schreiber, qui fait du bien. Il consiste à éveiller la curiosité et de se laisser faire à partir des instructions. Il suffit d’avoir l’élan de se lancer et d’écouter sa petite voix intérieure qui a des choses à dire.

Cet atelier d’écriture en ligne dure 4 mois. C’est un temps incompressible pour évoluer, se dévoiler et avancer. Ecrire ne provoque pas la transformation immédiate. Elle accompagne avant tout une progression. L’objectif de cet atelier est d’apprendre à mieux se comprendre et s’apprécier, apprivoiser ses contradictions et à cesser de ruminer.

La méthode Bloom consiste à écrire sans pression, à être guidé au sein d’une communauté et non pas dirigé, pour prendre de plus en plus de plaisir à écrire.

Cette expérience a eu lieu en 2020 et a remporté un gros succès. Florence insiste sur le fait que les gens font erreur en croyant leur vie banale et ennuyeuse et que cela les empêche de créer. Un atelier d’écriture est un bon moyen pour prendre confiance en soi, pour suivre les conseils, pour dépasser ses blocages.

C’est ainsi que j’ai commencé, en suivant des ateliers d’écriture en présentiel et en ligne pendant un an. Cela m’a déverrouillée à coup sûr. J’ai cessé alors de me cacher derrière des excuses bidon, qui ne trompaient que moi-même. J’ai découvert le plaisir d’écrire et surtout, que ma créativité était alerte, au rendez-vous. La question que je me pose: où était-elle pendant toutes ces décennies? Quelle que soit la contrainte d’écriture, cette créativité jaillissait de moi sans problème et sans complexe!

J’ai traité ce thème d’atelier d’écriture par 3 fois sur le blog. Ecrire élargit la vie et avoir un public, une fois passées les peurs de lire en public, propulse votre écriture. Pour qui a besoin d’un motivateur, un atelier est un excellent incubateur. Réussir à écrire donne envie de recommencer!

Ecrire

Les excuses habituelles pour ne pas écrire -le manque de temps, de disponibilité, des plages de tranquillité, un lieu à soi, sur quoi écrire, etc.- sont fréquentes. C’est surtout la peur de ne pas y arriver qui se cache derrière tout ça. Si on ne commence jamais quelque chose, comment peut-on savoir si on est fait ou pas pour cette pratique?

La seule façon de tirer des bénéfices d’une nouvelle activité est de s’y coller. Vaincre ses résistances s’obtient, nous dit Florence, par l’introduction de rituels, comme pour convoquer les neurones. C’est ce qu’on appelle communément l’effet pavlovien. Il faut se programmer en associant plusieurs actions pour réduire la peur et calmer le doute pour réussir à écrire.

Bien sûr, il ne faut pas se laisser perturber par ses propres distractions et vaincre la redoutée procrastination. Mettre en place un calendrier d’écriture a sauvé Florence Servan-Schreiber.

En guise de conclusion

Ce livre “Bloum: écrire pour s’épanouir et kiffer“ de Florence Servan-Schreiber, n’a pas pour vocation de vous apprendre à rédiger un roman. Il a été créé pour désacraliser l’écriture, et vous livrer les clés pour libérer votre plume.

Cette “professeure du bonheur” explique à quel point le fait d’écrire peut libérer, soigner, redonner confiance et faire du bien. A travers sa propre expérience, des analyses, des anecdotes et des conseils, Florence rappelle que le plus important est de prendre du plaisir.

Je me retrouve complètement dans tout ce que Florence dit dans son livre, car c’est aussi ce que j’écris dans mes articles depuis trois ans dans mon blog.

Florence Servan-Schreiber nous montre par de nombreux exemples, anecdotes personnelles, que l’écriture peut être une véritable stratégie de santé mentale et qu’elle n’est pas réservée à une élite, comme on voudrait bien nous le faire croire ! Et pour passer de la théorie à la pratique, l’auteur nous propose 30 exercices pour nous y mettre sans attendre. Y plus qu’à…

Mon livre de conseils bientôt en vente…

299 conseils pour mieux écrire est un guide pratique qui vous permettra de concrétiser votre désir d’écrire et d’oser concrétiser votre projet d’écriture en cours.

Vous restez bloqué car vous manquez de méthode. Vous vous sentez isolé dans votre pratique d’écriture ou dans l’écriture de votre livre. Vous ne savez plus comment faire pour commencer à écrire ou finaliser votre projet en cours.

Mon guide va vous aider dans toutes les étapes de l’écriture. Mes 299 conseils pour mieux écrire vous permettront de progresser, d’aller plus loin, d’oser écrire, et surtout, de vous faire plaisir !

Lancez-vous un défi : écrire le livre de vos rêves. N’est-ce-pas ce que vous avez toujours voulu faire ?

Ecrire demande du travail, de la rigueur et de mettre en pratique des théories et des conseils. Ecrire procure une joie infinie, mais cela ne s’improvise pas.

Dans ce livre, vous trouverez 299 conseils pour mieux écrire pour vous aider à assouvir votre passion et progresser dans l’art de l’écriture.

Si vous voulez soutenir la création et le contenu hebdomadaire gratuit sur mon blog, vous pouvez m’offrir le prix d’un café en suivant ce lien:

https://ko-fi.com/laurencesmits

Je vous remercie par avance de votre geste.


Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

Suivez-Moi sur les réseaux

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>