Trop d’auteurs pensent que leurs histoires ne valent rien, qu’elles ne sont jamais finies, que celles-ci ne sont pas à la hauteur, pas dignes d’être publiées. Qui décide de cela? Vous-même. On entend tous les prétextes, mais la plupart du temps ils ne sont pas rationnels.

Pourquoi ne publiez-vous pas vos histoires? Je vais vous le dire: parce que vous avez peur, vous avez la trouille. En refusant d’envoyer votre manuscrit, vous prouvez au monde entier que vous n’êtes pas auteur, que vous n’êtes pas à la hauteur, que vous êtes mauvais et que vous ne devriez pas écrire. Toutes vos œuvres restent donc au fond de vos tiroirs, sagement planquées.

En agissant ainsi, vous continuez à croire à ce que vous voulez, à justifier tout ce que vous voulez, mais vous ne trompez que vous-même. Comment voulez-vous savoir ce que valent vos histoires si vous ne les publiez jamais?

Ecrire de la fiction courte

Le marché de la fiction courte est limité et peu dynamique en France, contrairement aux pays anglo-saxons, et aux Etats-Unis notamment. On publie peu de recueils de nouvelles ou de fictions courtes en France. Les éditeurs français sont frileux à l’idée de publier de la fiction courte. Pourtant, c’est un exercice plus que formateur.

Je ne peux que vous conseiller de tenter votre chance, de commencer par le genre de la nouvelle et de participer à des concours dans ce genre littéraire. Il existe de très nombreux concours de nouvelles en France, et dans les pays francophones. Il m’est impossible de tous les répertorier dans cet article. Aussi, je vous donne un lien pour les consulter:

https://www.concoursnouvelles.com/

Crédit photo: pauseculture.fr

Vous pouvez aussi proposer vos fictions courtes à une revue associative qui s’appelle L’encrier renversé, dont tous les membres sont bénévoles:

http://encrierrenverse.canalblog.com/

L’Encrier renversé est une revue à laquelle on s’abonne (35€ par an environ) et qui promeut les nouvellistes de langue française de toutes inspirations. De plus, elle est organisatrice d’un concours de nouvelles, en partenariat avec la ville de Castres. Ce concours récompense 10 nouvellistes en les publiant dans la revue et en dotant les lauréats.

Pour commencer un début de carrière dans l’écriture, commencez par écrire des nouvelles, par participer à des concours. C’est très formateur. Vous passerez par de multiples émotions. Vous vous dépasserez; vous serez encore plus motivé après. En participant à un concours, le but est de vous faire connaître en vue d’être publié dans une revue.

En participant ainsi à des appels à textes, vous pratiquez, vous testez et vous essayez. Vous sortez surtout de votre zone de confort. C’est un bon laboratoire pour explorer tous les thèmes, les genres et les sujets. Vous commencez ainsi à construire votre CV d’auteur.

Crédit photo: univ-jfc.fr

Pour les amateurs de fantasy, de science-fiction ou de fantastique, il existe des revues spécialisées dans ces genres: les revues Lunatique, Présences d’Esprits, entre autres.

Des métiers pour vivre de l’écriture

Il existe de nombreux métiers autour de l’écriture, avec lesquels vous gagnerez votre vie . Vous pouvez être, sous réserve de vous former:

  • assistant virtuel
  • blogueur professionnel
  • chargé de relations publiques
  • attaché de presse
  • transcripteur audio ou vidéo, en braille
  • biographe de vie
  • biographe hospitalier
  • secrétaire administratif
  • greffier
  • juriste
  • écrivain public
  • écrivain juridique
  • correcteur professionnel
  • coach en écriture
  • traducteur
  • auteur, écrivain, romancier
  • auteur d’ebooks didactiques
  • auteur numérique
  • parolier de chansons
  • journaliste, rédacteur de piges, y compris dans les journaux locaux
  • copywriter (rédacteur web)
  • rédacteur de discours
  • rédacteur de guides
  • rédacteur web SEO (écrire pour le référencement sur Internet)
  • scénariste (y compris de jeux vidéos)
  • chargé de campagnes emailing
  • chargé de communication
  • animateur d’ateliers d’écriture (y compris dans les établissements scolaires)
  • rédacteur de questions pour les jeux
  • documentaliste
  • bibliothécaire
  • libraire
  • analyste fonctionnel

Gagner de l’argent en écrivant peut paraître inaccessible. Un grand nombre d’autrices et d’auteurs gagnent extrêmement bien leur vie en s’auto-éditant sur des plateformes de vente. Ils sont auteurs à plein temps. Certains génèrent des milliers d’euros de revenus. Tout est possible! Si on se dit à l’avance, ce n’est pas possible pour moi, rien n’arrivera! Pour réussir une carrière d’écrivain, cela commence par réussir à écrire un texte en entier et à le publier : nouvelle, novella, roman, série, etc.

Sachez que si vous avez des facilités avec les mots, cela constitue un véritable atout professionnel. De nombreuses enquêtes soulignent le recul de la maîtrise du français, tant de la langue écrite qu’orale, auprès des jeunes générations. Savoir écrire constitue une compétence appréciée et un moyen de se démarquer dans le monde professionnel.

Devenir écrivain

Je ne peux que vous conseiller de ne pas quitter votre emploi avant de commencer à toucher certains revenus réguliers de la vente de vos livres. Au départ, il est imprudent de consacrer sa vie entière à son art. Les factures ne se paieront pas toutes seules, n’est-ce-pas? Vous pouvez rêver de vous libérer de votre emploi journalier ou alimentaire, je le conçois. Mais, vous ne pouvez pas savoir à l’avance si vos livres se vendront comme des petits pains.

Il y a des hauts et des bas dans les revenus que l’on peut tirer de la vente de ses livres. Le marché est très concurrentiel, quel que soit le genre dans lequel vous écrivez. Néanmoins, pour vivre de sa plume, il faut s’imposer une discipline stricte. L’extérieur ne vous imposera rien. Le matin, personne ne vous attendra ni ne vous donnera d’obligations. Vous déterminez votre emploi du temps à votre guise. Vous êtes délicieusement libre. Vous êtes votre propre patron.

La discipline pour écrire doit venir de vous. Aucune muse ne vous fixera de rendez-vous quotidien. L’écriture est une affaire sédentaire, où on est face à soi-même et à ses personnages. Pour écrire, il faut prendre soin de son cerveau, mais aussi de son corps. Respirer dans la nature, bouger et s’activer sont des activités tout aussi importantes qu’écrire.

Il convient aussi de prendre garde aux dépendances de toutes sortes, y compris le café ou les boissons énergisantes. Tout ce que vous produisez émane de votre esprit. Il est extrêmement facile de se soumettre au réconfort que procurent les drogues diverses: la caféine, l’alcool et parfois des produits plus durs. Votre instrument pour écrire, c’est votre cerveau. A vous de voir comment vous allez vous en servir!

Si vous désirez devenir écrivain, il faut être patient. Il va falloir attendre un peu avant de connaître la gloire et la fortune. Une carrière de longue durée ne s’obtient qu’en apprenant le métier tout en travaillant dur pour se perfectionner. Le but n’est pas de rivaliser avec les autres auteurs, ni de se comparer à eux. C’est terrible pour la créativité!

Vivre de l’écriture

Les gens pensent souvent à tort qu’on ne peut pas vivre des métiers de l’écriture. Bien sûr que si! Tous les métiers cités dans cet article sont lucratifs, autrement, je ne les aurais pas cités. Tout dépend ensuite de la motivation, de l’état d’esprit de chacun pour mener à bien sa petite entreprise et du nombre d’heures consacrées par semaine à son métier.

Si vous souhaitez vivre de votre écriture, je ne peux que vous suggérer d’avoir plusieurs cordes à votre arc et de multiplier les activités dans ce domaine. Désolée, on n’a rien sans rien! En choisissant une stratégie précise, c’est-à-dire publier des livres régulièrement, animer un atelier d’écriture, ouvrir un blog, devenir écrivain public quelques heures par semaine, vous pourrez honorablement gagner votre vie.

Il n’existe aucune solution miracle: vivre de sa plume nécessite que vous deveniez un entrepreneur à part entière, ce qui demande de diversifier vos activités, de communiquer et de démarcher de nouveaux clients, de gérer de la paperasse, etc.

Crédit photo: thebookmaker.net

Le cas d’autrices, devenues riches en s’auto-publiant

Il y a presque 10 ans, Amanda Hocking, une écrivaine américaine, a publié un roman sur Kindle d’Amazon. Depuis, elle a vendu plus de 1.5 millions copies de son premier roman, ce qui a littéralement changé sa vie. Elle écrit de la fiction paranormale et a, depuis ses débuts, publié plusieurs romans. Elle n’avait pourtant aucun espoir avant de publier son premier ebook. Elle a finalement décidé de vendre sur Amazon. Elle est devenue millionnaire!

Amanda HockingCrédit photo: Carlos Gonzales, Polaris

Ne venez pas me dire, ah, c’est une Américaine, c’est normal, bla bla bla… C’est aussi le cas de certains auteurs français, comme Jupiter Phaeton, qui a fait un carton avec sa trilogie d’urban fantasy “Kacy Matthews”, “Akalie” ou “Ryvenn”. Elle génère désormais plus de 600.000 euros de revenus par an avec ses livres, rie,n que sur Amazon. Cela laisse songeur, mais c’est réel! Elle est régulièrement au top 3 des ventes fantastiques sur Kindle.

On entend toujours dire que le métier d’écrivain, ce n’est pas un métier, qu’on ne gagne pas sa vie. Bien sûr que si. Jupiter a exercé pas mal de métiers différents avant de pouvoir se consacrer pleinement à l’écriture. Elle prouve que l’autoédition est un des moyens pour vendre ses livres beaucoup mieux que de passer par les maisons d’édition. Moins de 1% des manuscrits sont publiés par les maisons d’édition. Il faut le savoir!

Jupiter phaeton – Crédit photo: babelio.com

En guise de conclusion

98% des auteurs exercent un autre métier que celui d’auteur. Cela demande donc du temps et beaucoup de patience si l’on souhaite être reconnu en tant qu’auteur. Il faut publier beaucoup, et c’est la multiplication des ouvrages publiés qui finit par générer des revenus réguliers.

Si écrire est votre passion, foncez, n’attendez plus. Formez-vous, écrivez sans cesse et allez au bout de vos rêves! Un jour, cela finira par payer. Les livres, cependant, ne s’écriront pas tout seuls. Il va vous falloir user vos doigts sur votre clavier!

Je suis fière de dire que je réalise tout moi-même pour mes livres: l’écriture, les corrections, l’illustration, la traduction en anglais, la mise au format, la publication en autoédition sur plusieurs sites. Qui aurait pu penser cela avant 2018? Pas moi, en tout cas!

J’en ai eu assez de dépendre de mon fils aîné, d’attendre qu’il ait suffisamment de temps libre pour m’aider. J’ai fait preuve d’audace un weekend et j’ai publié. Si j’ai pu le faire, vous aussi vous le pouvez…. ou vous faites appel à mes services! Je serai heureuse de vous aider!

Mes livres disponibles


Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

Suivez-Moi sur les réseaux

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>