Crédit photo: leblogduherisson.com

On dit de plus en plus que l’écriture fait du bien, qu’elle soulage, qu’elle peut guérir de certains maux. Les mots possèdent en effet un pouvoir qu’on soupçonne mal encore. Ecrire sur ses problèmes, sur ses ressentis, c’est aussi les mettre à distance. On en garde la trace. Certes, cette trace ne s’effacera jamais, mais coucher sur le papier ce qu’on a au fond de nous libère le cœur.

Encore faut-il qu’on se libère du poids du regard des autres, de notre propre poids, des peurs qui nous bloquent sans cesse. Que risquons-nous si nous écrivons sur notre vie? Que risquons-nous à coucher notre vécu sur le papier au fil des lignes?

Ecrire sur soi, sa maladie, ses maux, ses ressentis, c’est un sacré face-à-face avec soi-même. Ecouter sa petite voix, écouter son cœur, écouter ses émotions et retranscrire tout ça dans un cahier, sur des pages blanches! Nous écrivons avec toutes les pores de notre peau, avec tous nos organes, avec nos tripes et avec notre cœur. Cela explique pourquoi écrire soulage. On oublie que l’écriture a plus d’une vertu.

L’écriture comme soin complémentaire

Depuis le premier confinement de mars 2020, les maisons d’édition croulent sous les manuscrits. Elles ont reçu au moins 30% de récits en plus qu’en temps normal: journaux de confinement, témoignages, romans, fictions, essais, etc. Comme un autre effet de la pandémie liée au coronavirus, les ateliers d’écriture en ligne ont connu un boom incroyable. Cela reflète une bonne santé psychique globalement. En effet, écrire agit sur notre bien-être.

Ecrire permet de faire une synthèse sur ce qui nous arrive, sur ce que l’on ressent, sur ce que l’on vit. L’écriture expressive, qui consiste à faire écrire au patient ce qu’il ressent, est un outil thérapeutique développé dans les années 1980 par le psychologue américain James Pennebaker.

Crédit photo: marketingsociety.com

James Pennebaker a montré qu’écrire sur nos émotions dans un journal intime, a un impact sur nos relations sociales ou sur notre sommeil par exemple. Cette mise à distance par l’écrit permet en effet de trouver un sens à notre vécu, aux événements qui nous arrivent et donc de passer à autre chose plus facilement, plutôt que de passer son temps à toujours ressasser.

La méthode de ce psychologue est depuis largement utilisée dans le traitement des troubles psychopathologiques comme la dépression, le trouble obsessionnel, le stress post-traumatique, etc. Ecrire équivaut à un traitement léger, sans médicament, et qui permet d’apporter un sentiment de bien-être aux patients. Ecrire atténue le niveau de stress et le niveau d’anxiété.

L’écriture-thérapie, comme l’art thérapie, peut aussi être utilisée comme médecine complémentaire pour traiter différentes pathologies physiologiques: hépatite, cancer, polyarthrite, etc. pour lesquelles les traitements sont lourds et difficiles à supporter. Ecrire agit sur la circulation sanguine, la tension, le rythme cardiaque ou la respiration. L’écriture facilite la gestion de la douleur et permet un meilleur rétablissement.

La médecine de l’écriture

Ecrire quand on ne va pas bien est un moment propice à faire jaillir les mots longtemps enfouis en nous. Ces mots sont transformateurs. Les mots posés peuvent à eux seuls faire vaciller le monde. On pense à tort que l’écriture, ce n’est que de l’amusement. On se trompe. Ecrire, c’est se poser, entrer dans un face-à-face vertigineux avec le plus profond de soi-même.

Il ne s’agit en aucun cas de rebondir sur ce que l’on vient d’écrire, ni de commenter, encore moins de juger. Il s’agit plutôt de se laisser traverser par les mots couchés pour en tirer la moelle qui va nous aider.

Crédit photo: collectiondememoires.fr

Chaque vie mérite d’être déployée dans sa subtilité, dans la finesse de nos contradictions et cela est rendu possible par l’écriture de soi. Encore faut-il accepter d’écrire, de sortir ce qui nous fait souffrir, d’exprimer nos souffrances et d’accepter le résultat. En effet, nous ne nous écoutons que très peu. Voire pas du tout. On écoute les autres, on tente de les aider, mais on s’oublie soi. C’est préjudiciable.

Ecrire, c’est se laisser l’opportunité de creuser en soi une trace, qui parfois ne s’effacera jamais. C’est un cadeau que l’on se fait, un temps précieux que l’on s’accorde comme on donne volontiers des encouragements à un enfant qui monte pour la première fois sur un vélo sans roulettes.

Il ne suffit pas d’ouvrir un cahier pour former des phrases. Il faut apprendre à donner à son for intérieur une place qui lui revient de droit comme on tend un filet de sécurité pour un funambule. Alors, seulement, nous pouvons expérimenter la médecine de l’écriture.

Crédit photo: embarqueavecmoi.fr

Pour que l’écriture devienne médecine, il ne suffit pas d’écrire. On peut écrire pour se cacher, pour détourner l’attention, pour se justifier, pour commenter, pour critiquer. Vous pouvez affirmer des choses pour vous les approprier, vous démarquer, pour susciter l’envie ou la pitié. Pourquoi écrivez-vous alors? Qu’avez-vous à offrir à vous-même qui mérite intérêt?

A l’inverse de cette attitude, écrire des mots bien vivants va activer la sensation de se redresser, de gagner en vitalité. Une écriture qui porte une médecine nous rend plus humain. Il s’agit alors d’écrire sur soi-même, pour entendre ce qui est enfoui au fond de nous, pour être surpris par un mot ou une image qui remonte.

On écrit pour se défaire, pour laisser au centre et derrière soi ce que l’on ne veut plus, ce dont on veut se débarrasser à tout prix. On écrit pour construire, se construire, pour se reconstruire, pour se donner du courage, pour amorcer des changements dans sa vie. On écrit pour ne plus avoir à se mentir.

Il y a tant à créer avec l’écriture qu’il serait dommage de la négliger en se racontant juste des histoires. Celles et ceux qui commencent à écrire en vérité avec eux-mêmes savent que d’y entrer signifie rentrer chez soi, dans son intériorité. C’est aussi un espace inédit où notre vulnérabilité est accueillie. En écrivant, on transforme notre ordinaire de manière imperceptible et pourtant bien réelle.

La maladie et l’écriture

Il existe une maladie où l’écriture aide les malades: la maladie d’Alzheimer. Alors que 900.000 personnes souffrent d’Alzheimer en France, des chercheurs développent des techniques basées sur l’écriture pour détecter les premiers symptômes et soigner les malades. Pour ces malades, ne plus être capable d’écrire un mot à leur famille ou de signer un chèque est un traumatisme.

Alors, assister à des ateliers pour rééduquer le geste d’écrire fait que ces malades peuvent encore se raccrocher à un bout de vie. Dans cette maladie, les aspects rédactionnels sont les premiers touchés avec des textes courts et de moins en moins cohérents. L’orthographe est ensuite altérée signalant peu à peu une agraphie lexicale.

L’écriture est une composante du langage, complexe et fragile à la fois. L’écriture, y compris les exercices de dictées, est de plus en plus considérée comme un outil de diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer. Dans certains centres, des ateliers d’écriture sont expérimentés.

Crédit photo: francetvinfo.fr

L’écriture comme une catharsis

D’un point de vue psychologique, l’écriture de son vécu est particulièrement bénéfique pour son effet cathartique. Elle permet de nommer nos émotions, de mieux les comprendre, d’avoir plus d’outils pour analyser une situation. C’est une des fonctions principales du journal intime qui s’est développé au XIXe siècle, et qu’on retrouve dans les journaux de confinement qui ont fleuri en 2020.

En réécrivant notre vie, on ne revit pas la situation. On la recrée. On recrée un souvenir. Le fait de revenir dans le moment présent pour analyser un événement du passé va permettre de relativiser, de donner de la cohérence et de retrouver un état d’esprit beaucoup plus positif par rapport à un événement, même s’il a été traumatique.

L’écriture a un autre bienfait: elle renforce notre “mémoire de travail”, cette mémoire à court terme qui nous permet de stocker et d’analyser des informations. En mettant ces informations à distance grâce à l’écriture, il est plus facile de les intégrer.

Crédit photo: citation-celebre.leparisien.fr

En guise de conclusion

Ecrire régulièrement, ne serait-ce qu’une vingtaine de minutes plusieurs fois par semaine, permet de chasser les pensées négatives et toxiques, qui ont des effets néfastes pour notre corps et notre mental. L’écriture, comme l’art ou la méditation, peut aider à vivre.

Ecrire soulage les douleurs du corps, atténue les symptômes de la dépression, libère du stress, améliore le sommeil et aide à atteindre ses objectifs. De plus, en prenant l’habitude d’écrire régulièrement, en créant un rituel d’écriture, on gagne en confiance en soi, en optimisme, en motivation, en rigueur, mais aussi en créativité.

En écrivant, on crée un cercle vertueux qui dépasse largement le cadre thérapeutique. L’écriture émotionnelle est en tout cas un médicament puissant. On peut le prescrire à volonté, ça ne fait que du bien et il n’y a aucun effet secondaire!

Un guide pour aller au fond de vous

Vous commencez à libérer vos émotions, mais vous voulez vous connaître mieux? J’ai ce qu’il vous faut en boutique!

En 10 étapes, et pour moins de 7€ l’ebook ou moins de 12€ pour la version brochée (papier), vous commencerez sur vote chemin de la connaissance de vous-même.

Le livre est disponible en français et en anglais.

Vous pouvez le trouver:

  • sur Amazon en version Kindle (il est en promo en ce moment, profitez-en!) ou brochée
  • sur la Fnac en version ebook en promo et ne version brochée
  • sur Book en Demand, dans la partie librairie, en tapant le nom du livre/ moins cher que sur Amazon et la Fnac
  • et sur d’autres librairies en ligne
  • dans les centres culturels Leclerc sur commande
  • ou chez votre libraire habituel

Dans quelques semaines, vous pourrez poursuivre la connaissance de vous-même grâce au livre que je prépare: MIEUX SE CONNAITRE GRACE A 10 TESTS DE PERSONNALITE.

Pour oser enfin libérer la créativité en vous, pour OSER ENFIN ECRIRE, vous avez le guide pratique 299 CONSEILS POUR MIEUX ECRIRE.

Ce livre vous aide à franchir tous les obstacles pour vous mettre à écrire.

Vous trouverez ce livre sur les mêmes sites et dans les mêmes conditions que le précédent.

Si mes livres ne sont pas pour vous, parlez-en à vos amis, failles et connaissances: ils seront sûrement intéressés!

Merci aussi de laisser des avis sur les sites si mes livres vous ont plus, je vous remercie à l’avance!


Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

Suivez-Moi sur les réseaux

  • J’ai testé moi-même l’écriture pour mieux se sentir ou guérir de maux profonds en soi. En quelques semaines j’ai senti une libération, je dors mieux et je peux respirer sans boule dans le corps. A faire absolument, c’est une vraie thérapie…

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >