Crédit photo: aproposdecriture.com

Les personnages que vous inventez pour votre roman seront le sel dont le lecteur se délectera au fil des pages. Votre livre deviendra d’autant plus crédible que vous aurez soigneusement défini l’environnement et le milieu dans lesquels évoluent vos personnages.

Le personnage est l’élément clé du roman, que ce soit une personne fictive ou réelle. En effet, je ne vous apprends rien, l’histoire de n’importe quel roman tourne généralement autour de la destinée du personnage principal.

D’ailleurs, certaines œuvres portent même le nom de l’héroïne ou du héros en titre, comme Madame Bovary de Gustave Flaubert ou Anna Karénine de Léon Tolstoï.

C’est grâce aux personnages que le lecteur peut s’investir dans le récit, en s’identifiant à elle ou lui, ou au contraire, en le rejetant et en l’utilisant comme contre-exemple.

Le personnage et son contexte

C’est en définissant son environnement, le milieu dans lequel chaque personnage évolue que vous définirez sa crédibilité. Certains écrivains, comme Katherine Pancol ou Marc Lévy, dressent des fiches signalétiques de chacun de leurs personnages, tant sur le plan physique que moral. Ils savent ainsi comment leurs créations vont se comporter face à une situation et comment ils vont réagir émotionnellement.

Un personnage de roman reste avant tout un être de papier, une construction littéraire faite de mots émanant tout droit de l’imagination de l’auteur. Cependant, en le dotant d’une identité propre, d’un physique et d’un caractère personnalisé, le personnage devient vraisemblable.

Le romancier le fait agir, parler et évoluer selon une certaine logique qu’il a lui-même décidée, de sorte que tout personnage acquiert une épaisseur, une densité, qui rendent possible l’identification au lecteur.

Tout romancier offre une illusion plus ou moins réaliste à son lecteur, car il a assemblé un personnage à partir de rien. Il crée une représentation, une vision qu’il décrit au fil des pages. Le lecteur cherchera son degré d’intégration dans la société, les valeurs qu’il incarne, les relations avec les autres et tentera de comprendre son évolution.

Les différents types de héros

Commençons par le héros positif, auquel tout lecteur aime à s’identifier. Il porte en lui des valeurs fortes, il se distingue par des qualités exceptionnelles, physiques ou morales, à tel point qu’il peut se transformer en super-héros en cas de nécessité.

A contrario, le héros négatif est dépourvu de sens moral. Il fait preuve de violence et de cruauté. Malgré tout, sans s’identifier pleinement à lui, le lecteur reste fasciné et est amené à réfléchir sur ses propres tendances obscures.

L’antihéros se présente comme un être banal et ordinaire, évoluant dans un monde qui le dépasse ou dans un univers quotidien sans relief. Le lecteur est ainsi amené à réfléchir sur la société dans laquelle il vit, sur ses propres limites et sur sa condition.

Le héros de roman ne doit pas se fondre harmonieusement dans son environnement, sans quoi, il n’y a plus d’histoire. Il doit avant tout poursuivre un objectif, par l’histoire ou les protagonistes, qui n’est pas attendu.

La construction du personnage

Le romancier attribue un état civil à ses personnages: origines, nom, âge, situation de famille, métier. Ces données vont confirmer l’univers du roman et conditionner ses enjeux, sa signification d’ensemble.

Dans Germinal, Emile Zola choisit de représenter les mineurs du Nord de la France au XIXe siècle et donne ainsi à son roman un sens politique et social fort.

Le portrait des personnages est complété bien évidemment par des traits physiques et psychologiques, présentés soit de manière directe dans des descriptions, soit de manière indirecte à travers les détails disséminés dans le récit. Cela concerne les comportements, les paroles et les actions.

Doté d’un physique précis et d’un caractère que le lecteur peut imaginer, le personnage acquiert ainsi une certaine consistance, une certaine épaisseur et crée l’illusion réaliste.

Les personnages secondaires

Les personnages secondaires sont essentiels. Ce sont eux qui donneront consistance et épaisseur au héros principal. Au-delà de leur propre existence, ils contribuent à la façonner.

Le rôle de ces personnages est accessoire et utilitaire: ils doivent servir l’intrigue. Ils ont un rôle important mais limité dans l’histoire. Donc ce ne sont pas leurs actes qui définissent ce type de personnages, mais ils incarnent plutôt des stéréotypes simples et facilement identifiables.

Nul besoin donc d’écrire toute leur biographie. En général, une simple formule composée de quelques mots suffit amplement à définir, de ci de là, un personnage secondaire.

Crédit photo: tintinmania.com

Je vous mets en garde: la fadeur ne serait pas non plus de mise pour vos personnages secondaires. Il faut quand même qu’ils affichent leur tempérament, afin de laisser une trace immédiate dans l’esprit du lecteur, à l’instar des personnages secondaires dans Tintin inventés par Hergé.

Donnez à chaque personnage secondaire une caractéristique que le lecteur retiendra immédiatement: un détail physique (grand, gros, borgne, bossu, nez crochu), un défaut (bègue, sale, méfiant, enrhumé), un élément de réputation (le meilleur épéiste, le seul survivant d’une catastrophe, le meilleur cuisinier du quartier), etc.

Ne tombez pas non plus dans la caricature, sauf si cela sert l’intrigue ou si vous écrivez un roman psychologique. Ne vous tracassez pas trop si votre personnage secondaire manque de subtilité . Il n’est pas là pour ça. Réservez la finesse de caractère à vos personnages principaux. Les autres sont plutôt là pour mettre un peu de vie et de piquant dans le décor.

Le personnage comme une représentation de l’humain

Les personnages de roman, suivant les époques, incarnent toujours une certaine conception de la personne, de ce qui fait sa consistance et son identité. Ils renvoient à une certaine idée de l’humain, propre au romancier et à son époque.

Le roman peut être centré sur l’évolution et l’apprentissage du personnage principal. Le lecteur suit ses mutations possibles, ses prises de conscience et sa capacité à changer. Dans ce cas, le romancier doit bien identifier les facteurs profonds de cette transformation.

C’est aussi l’idée, pour ce genre de personnage, que la vie a un sens. Le héros peut ainsi atteindre la dimension de la légende ou du mythe, comme Don Quichotte, rêveur idéaliste qui défend les opprimés.

Le roman peut aussi avoir une dimension sociale et politique. Il permet de présenter la vision que l’auteur a de la société et transmettre son point de vue, inciter éventuellement ses contemporains à une prise de conscience. C’est ce que nous appelons communément la littérature engagée.

Le roman peut aussi aider à comprendre l’humain. Il donne alors au lecteur l’occasion d’explorer sa propre psychologie. Par exemple, Rastignac, le personnage d’Honoré de Balzac dans Le Père Goriot est un provincial ambitieux qui débarque à Paris. Le héros peut aussi être déterminé par son milieu social et son hérédité, comme les héros dans les romans d’Emile Zola.

Créer des personnages de roman

Créer des personnages de roman crédibles n’est pas chose aisée, vous vous doutez bien. Vos personnages doivent apparaître aussi réalistes que possible en vue de favoriser l’adhésion du lecteur. En effet, ce dernier doit pouvoir s’incarner dans un héros, même s’il provient d’un monde imaginaire.

Le personnage doit présenter une certaine complexité psychologique pour susciter l’intérêt du lecteur. Il faudrait éviter de réduire votre personnage à un seul aspect de sa personnalité. Prenez le temps de déployer plusieurs facettes de sa personnalité. Présentez au lecteur un portrait fait de nuances, ce qui permettra d’enrichir votre récit et qui favorisera l’attachement du lecteur envers votre protagoniste.

Aucun personnage ne peut être trop parfait: la perfection n’existe pas chez les humains, ni chez des êtres créés de toutes pièces. Si vous allez dans cette voie, vos créations paraîtront fausses, superficielles et non authentiques. Tout personnage, comme tout être humain, a de petits défauts. Le lecteur ne l’aime pas moins pour autant.

Crédit photo: pisqels.com

Nous sommes d’accord sur un point: les personnages de roman ne sont pas à l’abri des contradictions, tout comme les êtres humains. Par conséquent, il est possible que votre protagoniste agisse parfois de manière incohérente. Mais, en tant qu’écrivain, il est de votre devoir de justifier ces contradictions. Autrement, le lecteur risquerait de considérer que votre personnage manque sérieusement de vraisemblance.

Un livre qui peut vous aider

Mon livre est actuellement en vente au format Kindle d’Amazon au prix de 9.99€.

299 conseils pour mieux écrire est un guide pratique qui vous permettra de concrétiser votre désir d’écrire et d’oser concrétiser votre projet d’écriture en cours.

Vous restez bloqué car vous manquez de méthode. Vous vous sentez isolé dans votre pratique d’écriture ou dans l’écriture de votre livre. Vous ne savez plus comment faire pour commencer à écrire ou finaliser votre projet en cours.

Mon guide va vous aider dans toutes les étapes de l’écriture. Mes 299 conseils pour mieux écrire vous permettront de progresser, d’aller plus loin, d’oser écrire, et surtout, de vous faire plaisir !

Lancez-vous un défi : écrire le livre de vos rêves. N’est-ce-pas ce que vous avez toujours voulu faire ?

Ecrire demande du travail, de la rigueur et de mettre en pratique des théories et des conseils. Ecrire procure une joie infinie, mais cela ne s’improvise pas.

Dans ce livre, vous trouverez 299 conseils pour mieux écrire pour vous aider à assouvir votre passion et progresser dans l’art de l’écriture. Mon livre est en vente aux formats papier ou numériques.

En guise de conclusion

En conclusion, il n’est pas nécessaire d’inclure tous les renseignements dans votre récit, pour que votre héros soit crédible. Pensez cependant à assurer une certaine variété dans la caractérisation de vos personnages de roman, afin que cela se fasse de manière naturelle et que le portrait général qui s’en dégage apparaisse cohérent et réaliste.

Le lecteur a besoin de rêver, surtout en ces temps compliqués. Certains personnages savent nous mettre des étoiles dans les yeux et nous donner envie de leur ressembler ou de les rencontrer. Une étude a récemment prouvé que les personnages de roman ont une incidence sur les choix et les comportements des lecteurs dans leur vie quotidienne!

La matière première pour créer des personnages, c’est l’humain! Le personnage est le souffle vital du roman. Le romancier ne doit donc pas se laisser submerger par ses personnages.

Si vous voulez soutenir la création et le contenu hebdomadaire gratuit sur mon blog, l’achat de livres pour écrire sur le blog, l’hébergement du blog et l’envoi payant des newsletters, vous pouvez m’offrir le prix d’un café en suivant ce lien:

https://ko-fi.com/laurencesmits

Je vous remercie par avance de votre geste.


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *