Qui n’a jamais rêvé d‘écrire sur sa vie? Vous, je parie, vous en rêvez!

Chacun de nous, nous avons forcément beaucoup de choses à partager sur nos vies.

Pourtant, peu d’entre nous passent à l’acte d’écrire.

L’écriture introspective est peu développée en France.

Pourquoi avons-nous si peur d‘écrire sur nos vies? Peur du ridicule, du jugement?

L’objectif n’est pas forcément de trouver un éditeur et de se faire de l’argent. Le but est de partager les expériences forcément nombreuses et intéressantes de votre vie!

Alors, allons-y pour écrire l’histoire de votre vie!

 

Pourquoi écrire sur sa vie?

Vous pouvez appeler ce genre d’écriture autobiographie, confessions ou mémoires.

Le but dans cet exercice d’écriture est de vous livrer. Vous n’écrivez pas pour expier vos fautes ou sublimer des refoulements.Vous choisissez le contenu; vous faites le tri dans votre vie en écrivant!

En écrivant sur votre vie, vous n’allez pas régler vos comptes comme certaines personnalités ou fils ou fille de….pour vous venger!

Le but principal est de relater vos expériences, de vous servir des mots pour faire revivre votre propre histoire!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous allez écrire sur votre vie pour laisser une trace de votre passage sur terre à vos descendants, à vos petits-enfants par exemple.

Vous allez écrire sur vous pour vous rencontrer avec vous-même.

Vous allez  pour vous faire du bien!

 

 

Vous pensez que votre vie n’est pas exceptionnelle, que cela n’intéressera personne.

Vous vous trompez.

Toute vie est unique et forcément pleine de rebondissements, heureux ou pas.

Vous écrivez sur votre vie pour témoigner d’une époque, de votre époque.

Vous êtes la mémoire d’une époque.

Vous n’avez pas besoin d’être une star pour écrire sur votre vie.

Toute vie est composée de joies, de peines, de détours: la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Pour personne. Ça se saurait!

Otez-vous aussi l’idée qu’en écrivant sur votre vie, vous allez vous transformer en exhibitionniste!

Votre autobiographie sera votre propre regard sur votre vie et sur votre passé.

 

Pourquoi avez-vous peur d’écrire sur votre vie?

 

Je suis d’accord que ce n’est pas forcément évident de se lancer et d’écrire sur sa vie.

Vous n’avez pas écrit depuis des lustres! Je comprends tout ça, mais cela n’est pas une raison pour ne pas tenter de le faire ou pour renoncer!

Le plus dur dans cette aventure est de coucher les premiers mots sur le papier.

Auparavant, vous aurez choisi un cahier pour ce faire, ou vous aurez décidé de taper à l’aide de votre clavier.

Ecrire, d’une manière générale, est un acte de courage; c’est une démarche courageuse.

Vous n’en avez pas manqué tout au long de votre vie, alors continuez!

Ecrire sur votre vie vous obligera à regarder votre vie en face, à revisiter les bons et les mauvais moments du passé, avec les émotions qui les accompagnent!

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En écrivant sur votre vie, vous livrez une part intime de vous, votre intimité aux autres.

Le regard et le jugement des autres vous font-ils peur avant même d’avoir commencé?

Vous ne pourrez rien empêcher. C’est sûr qu’en ne tentant rien, vous ne subirez aucun reproche ou mauvais regard. C’est la solution la plus facile et la plus courante!

Mais, vous passerez sans doute à côté d’une chose que vous voulez mettre en oeuvre depuis si longtemps!

Passé un certain âge, cela nous indiffère car nous faisons les choses pour nous en fonction de nos valeurs.

Il est tout à fait naturel que vous ayez beaucoup d’hésitations, d’interrogations et de doutes avant de vous lancer.

C’est la cas dès que nous entreprenons quelque chose.

Toute histoire de vie est riche et unique.

Ce n’est absolument pas prétentieux de désirer écrire sur votre vie. Même si vous entendez cela, persévérez et oubliez les envieux, bougons et personnes toxiques de tous genres!

Ces gens n’existent que pour vous entraver au quotidien, car les personnes qui sortent de l’ordinaire ou qui ne rentrent pas dans les rangs imposés sont forcément mal considérées!

Peu vous importe!

Votre vie vaut le coup d’être racontée et lue!

J’entends aussi à l’avance le sempiternel refrain:’ je ne sais pas écrire, je ne sais pas formuler, je fais trop de fautes d’orthographe, je ne suis pas à la hauteur, etc.’

Laissez au départ la plume écrire à votre place et laissez-vous porter par elle. Ecrivez comme ça vient, sans trop réfléchir au français.

Oubliez les fautes, l’école, les mauvais souvenirs scolaires.

L’essentiel est de préserver vos souvenirs!

Vous ferez réviser vos textes par une personne compétente (un biographe, un écrivain public, par exemple) car cela vaut le coup d’investir un peu d’argent pour parfaire votre oeuvre!

 

 

Comment vous pourriez écrire sur votre vie?

 

Il existe quantités d’exercices ou de possibilités pour commencer à écrire sur vous, sans vous lancer dans une autobiographie complète.

Vous pouvez écrire sur l’origine de votre prénom ou nom de famille, pourquoi vos parents ont choisi votre prénom, si vous portez le prénom d’un ou d’une aïeul(e).

Vous pouvez commencer à écrire sur vos origines, même si vous n’avez pas fait de recherches généalogiques poussées. Lancez des hypothèses si vous ne savez pas tout en détail.

Vous pouvez écrire sur vos souvenirs d’enfant, vos souvenirs d’école, sur votre mariage, la naissance de vos enfants, le choix des prénoms que vous avez données à vos enfants. Vous aurez toujours quelque chose à dire.

 

 

Vous pouvez sélectionner une liste de mots qui vous correspondent et commencer à écrire à partir de cette liste. Ou écrire à partir de l’alphabet. Vous avez forcément un événement lié à chaque lettre de l’alphabet.

Comme Gisèle Casadesus l’a fait il y a quelques années dans son autobiographie. Elle a associé un pan de sa vie à chaque lettre de l’alphabet.

 

 

Racontez les Noëls de votre enfance, vos premières amours. Cela intéressera vos petits-enfants de savoir ce qui s’est passé dans votre vie intime. Leurs parents en disent si peu sur vous!

Dressez une liste de vos premières fois: à l’école, les chagrins, les chagrins d’amour, sans entrer dans une intimité qui ne regarde que vous dans certains domaines!

Vous pouvez imaginer la rencontre de vos parents ou de certains de vos ancêtres.

Vous pouvez raconter votre premier emploi: le lieu, l’époque, les conditions de travail, vos collègues, la rémunération, votre mission, vos peurs ou appréhensions.

Vous pouvez écrire sur ce qui vous faisait peur quand vous étiez enfants: les animaux que vous craigniez, les orages, les hivers plus rigoureux qu’à notre époque, traverser un bois seul…

Vous pouvez raconter les odeurs et les saveurs de votre enfance: les bons petits plats que faisait votre grand-mère à la campagne, la récolte des mûres sauvages avec lesquelles grand-maman faisait des tartes.

Vous pouvez écrire à partir d’une photo rattachée à votre passé, lointain ou proche. Cela peut être une bonne amorce pour commencer. Vous pouvez la décrire ou la commenter.

Si vous avez peu ou pas de souvenirs, dressez des hypothèses: qui a pu prendre la photo? Où? Quand? A quelle occasion?Quelles peuvent être les pensées des personnages?

Anny Duperey a écrit dans un de ses livres, Le voile noir. Elle part des photos de son père décédé dans un  accident avec sa mère, pour reconstituer les pièces du puzzle de sa vie qu’elle va relier avec les mots.

 

 

Vous pouvez écrire à partir d’un objet du passé reçu en héritage, ou retrouvé oublié dans un grenier, ou un objet qui vous a marqué dans votre enfance: par exemple, nous avons tous vu le chien avec la tête qui bouge à l’arrière des voitures!

Vous pouvez raconter vos déménagements, les différentes régions ou villes dans lesquelles vous avez habité.

Vous pouvez raconter l’histoire de votre jeunesse en 20 objets: 10 qui vous ont fait du bien et 10 qui vous ont fait du mal.

Vous pouvez écrire sur les lieux de mémoire: les écoles dans lesquelles vous avez étudié, les lieux de vos vacances, les lieux importants de votre vie.

Vous pouvez exécuter le portrait d’un proche à travers un détail: décrivez ce détail.

Vous pouvez écrire en utilisant des expressions verbales:

  • j’aime/ je n’aime pas…
  • je voudrais…
  • je détesterais…
  • j’aurais voulu…mais…
  • je suis capable de…
  • je suis incapable de …

Vous pouvez écrire sur les dates importantes de votre vie: dates de naissance, de décès de proches, d’anniversaires.

 

En guise de conclusion

Vous voulez écrire pour garder la mémoire et la transmettre.

Pour témoigner.

Pour vous sentir plus léger.

Pour faire le point.

Pour renaître.

Ecrire sur votre vie, ce n’est pas une fin. C’est un début!

Que vous souhaitez depuis longtemps.

Beaucoup de gens renaissent après l‘écriture de leur vie et se préparent même à une seconde vie, remplis de l’énergie qu’ils ont puisée dans leur travail d’écriture.

Pour finir de vous convaincre de franchir le pas, on sait toujours mieux où aller quand on sait d’où on vient.

Mais vous devez consigner tout cela par écrit. Car après la génération de vos enfants, qui pourra encore raconter les souvenirs liés à vous?

 

 

 


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

3 commentaires

lucette smits · 7 août 2018 à 9 h 19 min

Tu donnes beaucoup d’idées à retenir. Je suis sûre et certaine que je le ferai, du début de la vie de mes parents jusqu’au jour où je commencerai… Je le ferai, si c’est moi qui reste seule, je serai toute à mon écriture, à mes souvenirs, je veux laisser une trace de mes souvenirs d’enfance, de mon ressenti , mes joies et mes peines avec mes enfants et petits-enfants.
Il y aura quelques heures, quelques mois, quelques années, qui y seront destinés…

    Laurence Smits · 7 août 2018 à 10 h 17 min

    Il ne faut pas attendre un événement ou attendre d’être seul pour se mettre à écrire ses souvenirs. Il vaut mieux prendre un RDV avec soi tous les jours à heure fixe. Et non tout écrire d’un coup. C’est comme toute autre activité, tricoter, broder, lire. On les pratique quasiment au quotidien. C’est pareil avec l’écriture!

lucette smits · 14 août 2018 à 15 h 27 min

Je te comprends, mais j’aimerai avoir tout un espace de liberté, rien qu’à moi, à n’importe quelle heure de la journée, sans regarder l’heure, pour écrire tout ce que j’aimerai que l’on sache…Je ne veux pas écrire en cachant mes cahiers, et si par mégarde ils tombaient dans des mains indiscrètes, j’en serai profondément affligée. Donc, si “Dieu” me prête vie, ce sera un vrai bonheur que de noircir ma future “biographie”…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *