Cette semaine, pour fêter l’arrivée de l’été, je vous propose de jouer avec les sonorités.
C’est un jeu d’écriture sans fin, dans lequel vous pouvez imaginer tout ce que vous voulez comme sonorités.
Il constitue un des jeux de mon ebook“111 jeux d’écriture” en téléchargement gratuit sur mon blog, La Plume de Laurence.

Le but de cette accroche d’écriture consiste à insérer le maximum de mots avec la sonorité que vous aurez choisie.

 

Par exemple:

  • un texte en –OU
  • un texte en –ULE
  • un texte en –I, etc.

 

Voici mon exemple avec des mots se terminant avec le son ‘UL’:

«  A côté du véhicule dans lequel je circule, je vois une tarentule avec plein de tentacules au crépuscule. Je pense que je suis sur la lune, mais non, je n’ai pas encore pris ma pilule. Je vois ensuite ses mandibules bouger. 
Je suis sur le cul.
Pour une seule journée, c’est un vrai cumul de choses ridicules.
A mon retour dans ma cellule, j’en fais part à mon voisin le consul Ursule qui déambule.
Par une formule de son cru, il essaie de me convaincre que c’est plutôt une libellule au milieu d’un champ de campanules.
Je lui fais part que je ne suis pas aussi nul qu’il le pense. J’acquiesce que j’ai beaucoup de bulles dans ma tête, que ça forme comme un tulle. Mais de là à me prendre pour un nul, quand même !
Je n’aime pas la formule de ce consul. Il ne pense qu’au calcul à longueur de journée.
Je me sens comme sur une bascule, ne sachant plus qui affabule.
Le consul me congratule tout de même.  Il m’accule et je capitule.
Il annule ses propos et je brûle dans ma vésicule de le remettre en selle sur sa mule.
Il me jugule tant bien que mal et je récapitule ses propos.
Entendant la grosse pendule du village sonner, il sort des tubercules de son sac et les dépose dans le vestibule de sa maison. J’ai des scrupules à sortir ma ligule pour aller plus vite. D’un coup, des groupuscules de molécules sautent des plantules pour former des macules sur mon bras. Le tout forme une virgule.
Cela ressemble aux turricules de vers de terre qui trémulent dans des luzules des bois.
J’articule un mot puis deux, et je manipule ces cuticules avec précaution. Cela ressemble maintenant à des caroncules.  Je déambule dans le jardin, je me désarticule peu à peu comme une crapule avec mon bidule sur le bras.
Tout bascule et je m’accroche aux barbules. En bougeant, ma clavicule se fait sentir et se désopercule. Aïe !
Le sang circule mais j’ai une fébricule. J’ai mangé trop de férules, je vomis, je flocule, je hulule.
C’en est fini de mon rêve ridicule! »

Je me suis amusée à inventer cette histoire comme une petite folle. Vous pouvez vous aider d’un dictionnaire ou d’Internet.

Laissez-vous guider par votre intuition, votre imagination, votre envie d’écrire!
C’est un exercice de créativité. Laissez filer vos idées avec des mots, même simples!

N’hésitez pas à consulter mon blog, La Plume de Laurence.

Pensez à m’envoyer vos créations via la rubrique me contacter’ du blog.

Créativement vôtre,

LAURENCE SMITS, La Plume de Laurence

 

 

 


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *