Je publie de manière quelque peu décalée cette semaine, mais le temps me manque. En effet, je corrige le manuscrit d’un auteur et bien évidemment, cela empiète sur mon temps disponible.

Sans plus attendre, je vous livre le chapitre 11 de mon roman en épisodes:

Max la menace




« Je suis un HPP », Max lance-t-il à la cantonade sous les regards interrogateurs de ses copains. « Haut potentiel de poker ».

Il est content de son coup et tous ses comparses de jeux de ce samedi soir s’esclaffent. C’est la soirée poker. C’est la passion de mon mari et ça prime sur tout le reste. C’est son tour de mener la danse chez nous.

« J’ai été diagnostiqué par un spécialiste !! », continue-t-il sur sa lancée. « Si je ne joue pas au poker ou à des jeux au casino, je souffre d’un …c’est quoi, déjà : ah, oui, je souffre d’un manque qui peut nuire à ma santé !! C’est bon, on a bien chauffé nos méninges les gars, alors on joue ? »

La soirée commence entre rires et alcool. Je ne participe pas à ces festivités. Je ne sais pas jouer au poker et je ne veux pas apprendre. Surtout pas. Je n’aime pas la bande de potes de Max.
Pendant ces parties de jeux, je regarde des films à la télévision ou des vidéos que je loue pour l’occasion. J’ai installé un écran de télévision dans notre chambre. J’ai aussi investi dans un casque. Il vaut mieux.

La bande de Max est composée de quatre gars : Michel le bel, Patrick le cynique, Pascal la pédale et Philippe la pipe. Pour le groupe, Max est identifié comme Max la menace.
C’est le seul de la bande avec un sobriquet qui annonce clairement la couleur. Ils sont tous à son image, grandes gueules et avalant goulument les verres d’alcool dans une brume nicotinée. Ils jouent avec des jetons pour s’entraîner.

Mon mari est notoirement un mauvais joueur invétéré. Il n’aime pas perdre. Il joue pour gagner et le fait savoir à chaque début de partie. Même si le groupe ne joue pas pour de l’argent, les visages sont sérieux, fermés, concentrés. Pour lui, la vie est un jeu, et donc, une compétition permanente.

Je dois avouer que notre mariage n’a rien changé à ses habitudes. Il m’a prévenue dès le début de notre relation. Les vendredis et samedis soir sont consacrés au jeu. C’est sacré. Il joue avec sa bande de potes depuis son adolescence. Ils y passent une partie de la nuit et récupèrent le dimanche.

« Eh les gars, c’est comme d’hab. Je joue ma vie. Si je perds, je meurs », Max répète chaque weekend.
« On est les champions les gars », Michel continue d’une voix qui commence à se voiler.

Et tout le monde se met à chantonner à tue-tête: « on est les champions, on est les champions, on est on est les champions ». On se croirait au stade face à des supporters d’un club de foot.

« Vos gueules les mouettes ! On est dans un appart, les gars. Vous allez réveiller les voisins du dessous. Ils vont encore se plaindre demain à la concierge », menace Max.
« Et après, les mecs, on finit la nuit en boîte ? » propose Philippe une fois la partie terminée et qui n’a aucune envie de se retrouver seul chez lui. Il a surtout envie de tirer son coup.

Tout le monde se lève en titubant dans un bruit chaotique de chaises.

« Tu veux pas qu’Amanda vienne avec nous », suggère Pascal, brinquebalant.
« Ça va pas toi avec tes idées à la con ! A cette heure-là, elle roupille comme un loir. C’est un vrai bonnet de nuit ! Si elle vient avec nous, on pourra pas s’amuser. Elle rangera l’appart demain pendant que je roupillerai. Vous en faites pas pour elle les gars ! Elle aura son compte demain soir ! », Max réagit dans un éclat de rire général.

En pensant ouvrir la cage de l’ascenseur, Patrick, ivre, se trompe de porte et dévale les escaliers dans le noir jusqu’à l’étage inférieur. Plus de peur que de mal. La situation est habituelle. Tout le monde rigole.



Rendez-vous mardi prochain pour le chapitre 12. D’ici là, passez un beau weekend.

Portez-vous bien et surtout prenez soin de vous!

Créativement vôtre,


Laurence Smits, LAURENCE SMITS


Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

Suivez-Moi sur les réseaux

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>