Les vacances de fin d’année sont là, on y est! Comme le temps passe vite, c’est incroyable! L’année 2021 vient bientôt tirer sa révérence.

En attendant, je vous livre le chapitre 31 des aventures d’Amanda. Elle essaie de s’affirmer, tout doucement. 

« Dis-donc, ma puce, tu vas devoir jeter tes petites robes d’été. Tu rentreras plus jamais dedans. Tu ressembles à une pastèque maintenant. Ça donne pas trop envie de faire l’amour… », me dit mon mari sur un ton qui se veut drôle mais qui me percute en plein dans le mille.

Je me sens dévalorisée, réduite à quoi…à pas grand-chose, juste un corps avec lequel il aimait faire l’amour mais qu’il n’a pas touché depuis…c’est drôle, j’ai même du mal à m’en souvenir…depuis que mon ventre se voit bien en fait !

« C’est ton fils que je porte tout de même. Je suis la mère de l’enfant que tu vas élever avec moi. C’est le bébé que je porte depuis bientôt neuf mois. C’est vrai, j’ai pris vingt-trois kilos, mais je t’interdis de t’inquiéter de mon poids en trop comme le fait le gynéco, car je le retrouverai mon poids d’avant. Vous ne pensez qu’à ça, vous les mecs ! Mes rondeurs disparaîtront mais rien ne sera plus comme avant ! C’est beau une femme enceinte » je lui rétorque en pleine face, le décontenançant quelque peu.

« N’empêche que tu es énorme et que ça me donne pas envie de te toucher. J’ai l’impression de vivre aux côtés d’une baleine ! » dit-il en claquant la porte d’entrée.

C’est la seule réaction que j’ai face à mon ventre difforme, à mes vergetures bien voyantes, à mes jambes gonflées et à mes pieds qui ne supportent plus de chaussures fermées. Je suis heureuse, moi, d’exhiber mon gros ventre. Je suis fière de faire partir de ce clan de femmes qui donnent la vie. Que peut-il y a voir de plus beau, de plus magique que la naissance d’en enfant ?
Je ne suis plus désirable aux yeux de mon époux, la belle affaire ! Je suis désirable à mes yeux à moi. Je me plais ainsi et je n’écoute plus personne. Tout le monde a un avis sur la grossesse des femmes, surtout les hommes !
C’est sûr que mon cher mari ne fait aucune couvade, contrairement à certains futurs pères qui grossissent à vue d’œil, comme leurs femmes. Le mien n’a rien changé à sa façon de vivre. Il rentre de plus en plus tard, comme pour passer de moins en moins de temps en ma compagnie.
J’ai essayé d’évoquer le sujet de ma grossesse, mais il refuse toute discussion. Je suis persuadée qu’il a peur de devenir papa. Je sais qu’il ne souhaitait pas vraiment avoir d’enfants maintenant, qu’il craignait que ça chamboule trop sa petite vie bien réglée. Il craint sans doute que sa vie soit finie, que sa liberté chérie ne soit plus qu’un vague souvenir après la naissance du bébé, qu’il se sente obligé de rester à surveiller le bébé dans son berceau la nuit…
Max refuse le dialogue. Il a plutôt l’habitude de prendre la fuite pour régler un problème ou quand il se sent pris en flagrant délit d’idiotie. Ou alors il est jaloux, car je lui vole la vedette depuis quelques mois. Tout le monde se tient à mes côtés, me couve de prévenances, sauf lui. Toutes les conversations gravitent autour du bébé et non plus de lui, de ses blagues ou aventures de jeux. Il doit se sentir rejeté. Pourtant, j’essaie d’être aux petits soins pour lui, de lui donner de l’affection, de l’intéresser à l’évolution du petit bout qui arrive. Peine perdue.
Je tente de l’impliquer dans ma joie, dans les préparatifs et mes préoccupations de future maman. Plus la date de l’accouchement, plus j’ai du mal à penser à autre chose.
Le futur papa n’aime pas mon ventre tout rond. Max éprouve du dégoût. Il ne ressent que peu d’empressement face à ce petit inconnu qui gigote dans mon ventre. Il n’a pas compris qu’un jour, mon ventre redeviendra plat. Enfin presque, je l’espère…
Mon mari me considère déjà comme une maman et non comme une femme désirable, attrayante sexuellement. J’ai compris qu’il n’est simplement pas excité devant mon ventre qui s’est arrondi au-delà du raisonnable médicalement parlant, devant mon corps qui a perdu ses charmes d’antan. Il a pris l’habitude de grimacer devant ma poitrine volumineuse, débordant du soutien-gorge pour femme enceinte qu’il trouve particulièrement disgracieux.
Je reste dans ma bulle et je prends un infini plaisir à attendre l’arrivée de notre fils.


Quant à moi, à vous toutes et vous tous chères lectrices et chers lecteurs, je vous souhaite de belles fêtes de NOEL et de fin d’année.

Je vous envoie tout le bonheur possible.

Profitez-bien de ces moments de bonheur à engranger pour vous réchauffer ensuite quand l’hiver sera bien installé!

Je vous envoie toutes mes amitiés et je vous remercie, du fond du coeur, de me suivre si fidèlement. Merci pour tout!

Je continue à publier les chapitres de mon roman pendant les vacances. Portez-vous bien et surtout continuez à prendre soin de vous!

Créativement vôtre,


Laurence Smits, LA PLUME DE LAURENCE



Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

Suivez-Moi sur les réseaux

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>