Dans le précédent article, j’ai décrit de manière générale les conseils et astuces que l’écrivain américain Bob Mayer dispense dans son livre « Ecrire un roman et se faire publier ».

 

 

Il donne aussi beaucoup de détails concernant la manière de faire progresser l’intrigue, comment faire exister et vivre les personnages.

Le personnage principal dès le début

 

Le plus important est de décrire le personnage principal dès les premiers chapitres.

Le but étant d ‘accrocher le lecteur et lui permettre de s’identifier au héros ou à l’héroïne.

 

Bob Mayer conseille de fabriquer des personnages à partir de gens réels.

Cela simplifie la tâche quand on est aspirant écrivain.

Cela donne une base sur laquelle s‘appuyer.

Mais, le plus important est de choisir une seule façon de présenter le personnage et de s’y tenir.

Autrement, vous perdrez vos lecteurs et peut-être vous-même dans l’écriture !

Vous devez avoir une idée très précise de votre personnage.

 

Vous avez des questions à vous poser :

 

Posez-vous les questions suivantes :

Et plus encore si vous le souhaitez !

 

A quoi ressemble-t-il ?

Comment parle-t-il ?

Comment bouge-t-il ?

Quels traits particuliers possède-t-il ?

D’où vient-il ?

De quel milieu social est-il issu ?

Où est-il né ?

Où a-t-il grandi ? A la ville, à la campagne, dans une banlieue quelconque ? En France ou à l’étranger ?

Qui sont ou étaient ses parents ?

Quelle éducation a-t-il reçue ?

Où est-il allé à l’école ?

Quel niveau d’études a-t-il atteint ?

Quels sont ses passe-temps ?

A-t-il des talents particuliers ?

Dans quelle branche professionnelle est-il orienté ?

Quel travail fait-il ?

A-t-il une famille ?

Est-il marié ? Divorcé ? Voire pacsé ?

S’il est divorcé, quelles en sont les raisons ?

Quelles relations entretient-il avec son conjoint ?

A-t-il des enfants ?

Quelles relations entretient-il avec ses enfants ?

Etc.….

 

Vous devez connaître le passé de vos personnages.

Sans passé, pas de présent ni d’avenir.

 

Il faut tout décrire dans votre personnage

 

Il est évident que vous décrirez en détail la personnalité de votre personnage principal.

A vous de distiller ses traits au fil de l’histoire.

De ne pas tout dire tout de suite dès le début.

De suggérer certains traits par rapport à ses réactions ou ses répliques.

En tout cas, à chaque trait positif  que vous imaginez pour votre personnage, vous devez lui faire correspondre un trait négatif.

 

 

 

Il est important, selon Bob Mayer, de garder un aspect ambigu à chaque trait de personnage.

Mais, un personnage ne doit pas être trop parfait.

En littérature, c’est comme dans la réalité, la perfection existe-t-elle ?

Personne n’est ni tout blanc ou tout noir.

Pour qu’un personnage soit complet, il faut que chacun de ses traits de caractère soit motivé par un besoin et par un défaut.

Rien ne doit arriver comme un cheveu sur la soupe !

 

 

 

Par exemple, si un personnage a pour trait de caractère principal la loyauté, il affirmera son besoin en obtenant la confiance des autres.

Mais, il peut aussi devenir crédule.

S’il aime le goût du risque, il adorera connaître des changements au fil des péripéties.

Mais, la contrepartie fera qu’il sera sans doute peu fiable.

Mais, si votre personnage pratique la tolérance, cela le rendra plus sympathique, et il fera tout pour éviter les conflits et aider les autres.

Mais, il pourra aussi émettre des opinions sans conviction. Paraître alors un peu fade.

 

Pour résumer, Bob Mayer donne le conseil suivant :

 

 

Les qualités, les défauts et les besoins de votre personnage

 

En général, le personnage ne perçoit pas ses propres défauts : ils sont comme un ‘angle mort’ pour lui’.

Jouez là-dessus !

 

En matière de besoins pour vos personnages, l’écrivain en donne une classification :

 

  • Besoins physiologiques et basiques, comme l’air, l’eau ; le sommeil, la nourriture
  • Besoins de sécurité
  • Besoins physiques et moraux
  • Besoins sociaux
  • Besoins de reconnaissance
  • Besoins d’estime et d’attention
  • Besoins d’auto-réalisation
  • Besoins d’accomplissement

 

Les personnages doivent être cohérents, cela va sans dire.

Ils doivent avoir leurs propres motivations et leurs propres raisons d’agir.

Qu’ils en soient conscients ou non.

Les personnages ne réalisant pas tout leur potentiel sont plus crédibles selon Bob Mayer.

 

 

La voie de votre personnage

 

Les personnages ne doivent pas s’exprimer tous de la même façon ; ils doivent chacun avoir leur voix.

Et suivre leur propre voie.

 

Les caractéristiques d’un personnage doivent être montrées plutôt que d’être expliquées.

Tout doit être intégré à l’intrigue.

 

Le caractère de votre personnage principal déterminera la suite de votre intrigue.

Ses traits de personnalité dérouleront l’intrigue.

Tous les personnages doivent servir l’intrigue.

Ils ne peuvent pas exister juste pour le décor, sans aucune utilité.

 

 

Les points de vue

 

Vous pouvez raconter votre histoire en utilisant la première personne.

Votre personnage raconte alors sa propre histoire.

Il n’est pas l’auteur, sauf si vous écrivez un texte autobiographique.

Dans ce cas-là, il n’y a plus de personnage, nous sommes bien d’accord !

Le personnage qui utilise « je » reste placé dans l’action.

Le narrateur doit être présent dans chaque scène.

C’est l’inconvénient majeur.

 

Vous pouvez aussi utiliser la troisième personne pour votre personnage.

Personne n’est alors obligé de se mettre dans sa peau sans arrêt.

Grand avantage, il n’a pas besoin d’être présent dans chaque scène.

L’auteur n’est pas obligé de décrire ses pensées tout le temps.

 

Il peut être intéressant d’utiliser le point de vue omniscient.

Pour fournir des informations générales au lecteur.

 

C’est le cas où le narrateur sait tout.

Il connaît non seulement le passé, les sentiments et les pensées des personnages, mais révèle aussi parfois leur avenir.

Il peut dévoiler ce qu’ils ignorent eux-mêmes.

Dans le récit, ce narrateur omniscient ordonne ces informations afin de produire divers effets sur le lecteur.

Dans le roman, on utilise beaucoup ce mode de vision pour créer une illusion réaliste forte.

 

Utiliser la troisième personne permet de donner plus de profondeur aux personnages.

 

 

De l’utilité du dialogue

 

Selon Bob Mayer, il est très intéressant d’utiliser le dialogue.

Premièrement, cela permet une pause dans une description, qui par ailleurs, ne doit pas être trop longue.

L’auteur peut en dire plus sur les personnages par le dialogue.

Plus que vous ne le pensez.

En parlant, les personnages s’adressent directement au lecteur et dévoilent leurs motivations.

 

 

Gardez à l’esprit que le dialogue fait avancer l’action.

Il peut aussi mettre en relief les conflits des personnages.

Le dialogue permet de rythmer le récit.

Bien qu’il soit une pause dans le récit qui permet au lecteur de se reposer, on apprend beaucoup souvent par ce biais sur la personnalité des protagonistes.

N’oubliez pas quand même d’intercaler un peu d’action dans les dialogues, en donnant des détails sur la position et les gestes des personnages.

En fait, le dialogue permet de présenter une explication.

De faire évoluer votre personnage.

Car le lecteur n’appréciera pas que le personnage présente quoique ce soit lui-même.

L’important, c’est le déroulement de l’histoire que vous avez mise en route.

 

 Les causes de conflit

 

Ayez à l’esprit qu’il existe 5 causes majeures de conflit qui viendront  bousculer votre intrigue:

  • L’argent
  • Le sexe
  • La famille
  • La religion
  • La politique

 

Quelque soit le genre littéraire que vous avez choisi d’aborder.

On en revient toujours à ces thèmes-là.

Ils sont intemporels et notre Histoire regorge de faits liés à ces causes de conflit.

La famille Stark dans “la série “Game of thornes” ou “Trône de fer”

 

Par exemple, la vie d’Aliénor d’Aquitaine combine toutes ces causes de conflit.

 

 

Ce fut la réalité.

Certes.

Ce qui existe dans l’Histoire peut parfaitement exister dans votre histoire.

 

Les personnages vivent

 

Vos personnages sont créés sous votre plume.

Ils vivent.

Et deviennent presque de chair et d’os.

Vous vivez avec eux au fil de vos pages.

 

Alors, Bob Mayer vous conseille de leur laisser le champ libre.

Sortez parfois du cadre que vous vous êtes imposé pour construire vos personnages et votre intrigue.

Soufflez.

Laissez souffler vos personnages.

Partez explorer une zone que vous n’avez pas prévue.

Elle pourrait faire avancer votre intrigue.

 

En guise de conclusion

 

Il s’avère toujours très intéressant de lire les conseils prodigués par un écrivain de renom.

Tout se passe dans votre tête. Tout sort de votre tête.

Votre imagination est sans limite.

La seule limite est celle que vous vous imposez !

Ecrivez, écrivez !

Même une histoire courte avec peu de personnages et une intrigue simple à souhait !

 

 

 

 


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

1 commentaire

lucette smits · 26 juin 2018 à 14 h 59 min

Ce doit être passionnant de “créer” un personnage, bien fourbe, bien coléreux,(entre autre) et de le faire cheminer au fil des pages. Encore faut-il se sentir capable d’entreprendre un tel travail… Toi, c’est certain tu es apte à aller au bout , il ne te manque peut-être juste que le temps pour l’exécuter. Mais j’en suis sûre tu y arriveras tôt ou tard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *