Vous avez toujours eu envie d’écrire! Laure d’Astragal vous propose de passer du rêve à la réalité par sa méthode, qui, promet-elle, va tout changer.

Elle élabore une technique dans son livre, “Atelier d’écriture, 10 séances, 10 semaines, 70 exercices” pour vous aider à raconter une histoire, pour révéler l’écrivain qui sommeille en vous!

Rien ne s’improvise. Vous pouvez écrire à l’instinct, mais croyez-moi, écrire se travaille, même si vous semblez avoir beaucoup d’idées et d’imagination. C’est à vous de créer l’univers dans lequel vos personnages évolueront.

Ce livre vous accompagnera dans la construction de votre intrigue. Il vous enseignera une méthode pour dresser des profils physiques et psychologiques de vos personnages afin de définir leurs contraintes et leurs motivations.

“Atelier d’écriture” est donc un livre indispensable pour réussir à écrire des histoires, une nouvelle, un conte, un scénario, voire un roman.

Dans cet article, je vous distille les 5 premiers exercices, selon Laure d’Astragal, pour prendre confiance en vous.

 

Qui est Laure d’Astragal?

 

Laure d’Astragal anime des ateliers d’écriture et de créativité depuis plusieurs années. Ingénieure de formation, elle enseigne également le yoga depuis trente ans. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages et romans, dont le dernier est “Atelier d’écriture”, paru en 2013 aux Editions Larousse Poche.

 

 

 

Pour son premier roman, Laure d’Astragal a écrit avec une grande facilité, comme si elle brodait une vaste tapisserie. Elle sentait les choses mais ne pouvaient pas les expliquer.

Pour son deuxième roman, elle n’a trouvé aucun éditeur. Elle a donc cherché à comprendre les mécanismes d’une histoire. Elle a recherché dans des livres et sur le web. Les conseils lui ont semblé superficiels. Elle a donc suivi des cours d’expertise de scénario.

Cela lui a permis de développer une dynamique en atelier d’écriture. Pour elle, savoir écrire une histoire avec une structure bien cadrée requiert une intelligence profonde et une compréhension de la vie.

Ecrire est un exercice délicat. Nous sommes tous d’accord pour dire qu’il ne s’agit pas d’aligner des phrases. Il faut également plaire aux lecteurs. Nous pouvons conclure qu’écrire, c’est séduire. Déjà soi-même!

 

 

Pour Laure d’Astragal, toute histoire germe d’abord dans sa tête sous forme d’une idée faite d’images, de sons et de sensations. L’idée initiale se structure ensuite mentalement jusqu’à pouvoir être formalisée avec des mots de vive voix ou par écrit. La petite graine de son idée a besoin de terreau -son passé émotionnel, d’eau -le calme et le repos, et de soleil -la chaleur des encouragements de ses proches.

 

La présentation de la méthode

 

Au début, l’exercice d’écrire semble facile. Mais, le désir ne suffit pas, car, l’inspiration peut vite manquer. Votre projet finit par s’essouffler.

En écrivant un livre, le but est malgré tout de prendre du plaisir en écrivant et en inventant afin de fabriquer un objet pour le vendre. Il s’avère que la rédaction d’un roman ou d’un poème s’apprend. Il existe de plus en plus d’ouvrages destinés à l’apprentissage de l’écriture. Certaines universités européennes proposent également des cursus pour devenir écrivain.

Nous sommes bien d’accord avec le précepte suivant: aimer écrire ne suffit pas!

Laure d’Astragal propose, en 10 semaines, de vous apprendre:

  • à avoir des idées
  • à les ordonner
  •  à vous affirmer pour être capable d’écrire
  • à écrire une histoire à tous les coups.

Dans son livre, elle transmet certains outils et techniques pour améliorer votre historie, à la manière d’un kit, ainsi que des conseils pour faire émerger des idées.

Laure d’Astragal affirme que l’écriture s’appuie sur 2 idées:

  1. la créativité
  2. l’application méthodique d’une technique.

Il est impossible de dissocier ces 2 idées, car elles s’avèrent indispensables l’une à l’autre. Le secret de l’écriture repose sur l’harmonie de l’imaginaire et du rationnel.

En devenant écrivain, nous avons le don d’agir sur les émotions des autres, ce qui nous octroie une certaine responsabilité. Nous sommes des créateurs de joies, de peines, de rires, de larmes, de peur et de bonheur. Nous avons la possibilité d’inventer des nouveaux mondes.

En cela, l’écriture confère le pouvoir magique de décider et de créer. En effet, nous pouvons créer tout un monde pour pas un sou!

 

 

Nous avons le désir d’écrire:

  • pour être lu
  • pour devenir quelqu’un un jour
  • pour communiquer
  • pour exprimer nos pensées
  • pour évacuer un trop plein d’émotions.

Il est évident que nous écrivons pour les autres, mais aussi pour nous-mêmes!

 

Qu’est-ce que l’écriture selon Laure d’Astragal?

 

L’écriture est l’art d’exprimer des émotions, des ressentis, des sensations, des points de vue et des positions. En écrivant, nous formulons notre richesse intérieure.

Il existe 2 types d’écriture:

  1. celle où nous transmettons un savoir ou un enseignement: documentation, magazine, journal, recettes. L’écriture y est utilitaire.
  2. celle qui nous permet de nous évader en entrant dans une fiction, réelle ou fictive.

Pour créer une histoire, il est plus que nécessaire d’avoir une base solide.

Il existe aussi différentes sortes de récits:

  •  la fiction, se nourrissant de l’imaginaire
  • la réalité, comme les enquêtes, les témoignages, les faits divers.

Il existe 3 catégories d’écriture:

  1. le théâtre
  2. le récit, concernant le roman, le conte ou la nouvelle.
  3. la poésie.

Et de nombreuses variantes de catégories:

 

 

Avant tout acte d’écriture, il faut savoir quel genre nous choisissons. Au début, Laure d’Astragal nous conseille de choisir un genre que nous aimons. Parce que écrire doit rimer avec plaisir!

Laure d’Astragal conseille de s’isoler pour se consacrer à son envie d’écrire.

 

Les 5 premiers exercices 

 

1) L’évaluation de départ: l’ affirmation

Laure d’Astragal propose de créer en nous la conviction que nous sommes un écrivain. Elle suggère de nous visualiser régulièrement en train de signer des dédicaces pour instaurer en nous l’idée que nous pouvons effectivement écrire ce récit, ce roman ou cette nouvelle.

Notre souhait d’écrire doit devenir un objectif, et non pas rester un souhait ou un futur regret. Notre envie d’écrire doit se transformer en joie.

Visualiser demande de la volonté et de l’entraînement. Nous devons, en tout premier lieu, accepter d’accorder de l’importance à notre envie d’écrire.

Laure d’Astragal insiste pour que nous nous isolions afin de nous consacrer à cette envie, pour que nous refusions les étiquettes qu’on nous a collées dans l’enfance.

Voici l’exercice:

2) Les étiquettes négatives

Laure d’Astragal nous demande de lister 10 peurs et freins qui nous bloquent dans la vie. Elle nous suggère de commencer d’abord par les frayeurs que nous avions étant enfant, comme par exemple la peur des chiens ou des araignées ou d’une vieille femme.

Voici ma liste:

  1. l’orage
  2. les araignées
  3. manger des épinards
  4. les voisins qui n’aimaient pas les enfants
  5. les relations compliquées avec mon entourage
  6. mes colères
  7. les mathématiques
  8. l’instituteur Monsieur B.
  9. se débrouiller seuls avec mon frère quand les parents travaillaient
  10. la solitude.

Laure d’Astragal nous propose ensuite de fermer les yeux et d’écrire au moins 5 réponses à cette question:

je pense que je ne peux pas être un écrivain célèbre parce que …”.

Voici mes réponses:

  1. parce qu’écrire un roman entier me paraît insurmontable.
  2. parce que aucun éditeur n’acceptera mon livre.
  3. parce qu’il faut trouver l’idée géniale du récit à venir.
  4. parce que je ne sais pas comment trouver du temps pour écrire un roman.
  5. parce que je ne sais pas par où commencer.

 

3) L’image de l’empêcheur

Sur une feuille de format A4, pendant 10 minutes, Laure d’Astragal propose de dessiner un personnage ou un animal méchant, moqueur et monstrueux, qui nous empêche d’écrire.

Ce dessin représente la caricature de notre cerveau logique qui prend le pas sur notre cerveau imaginatif.

Ensuite, nous ajoutons des bulles, comme dans une bande dessinée, dans lesquelles nous écrivons les raisons qui nous empêchent d’écrire, du genre:

  • tu n’es qu’un bon à rien
  • tu ne finis jamais ce que tu commences
  • écrire, c’est pas pour les garçons
  • écrire, c’est pas un métier, …

 

Je vous présente mon monstre (merci pour votre indulgence!😀 )

 

 

Pour commencer à écrire, il faut lâcher les principes dévastateurs des à priori négatifs qui nous empêchent d’écrire. Ensuite, il faut être prêt à travailler!

 

4) Les convictions positives

Laure d’Astragal nous demande de reprendre la liste établie dans l’exercice 2, et de chercher une piste de solutions positives à chaque frein.

Elle nous suggère de réfléchir ainsi: ce blocage n’existerait pas si…”.

Le but est de construire des hypothèses positives qui ouvrent de nouvelles possibilités en soi!

  1. ce blocage n’existerait pas si j’écrivais petit à petit, pas à pas.
  2. ce blocage n’existerait pas si je pensais à écrire mon livre d’abord au lieu de penser à de futurs éditeurs éventuels. De plus, l’auto-édition peut être une solution.
  3. ce blocage n’existerait pas si je me résolvais à écrire sur des choses banales de la vie quotidienne.
  4. ce blocage n’existerait pas si j’apprenais à m’organiser mieux pour dégager du temps pour écrire: me lever plus tôt le matin ou me coucher un peu plus tard.
  5. ce blocage n’existerait pas si je me mettais à réfléchir à une idée basique, à une situation simple au départ. 

 

5) Le contrat

Laure d’Astragal nous suggère d’acquérir un cahier de réveil, dans lequel nous signerons un contrat avec nous-même sur la première page, qui sera de fait, notre engagement pour l’écriture.

 

 

En guise de conclusion

 

L’écriture s’avère être un travail méthodique qui nécessite une approche rigoureuse tant par:

  • l’équipement (outils, stylo, le support d’écriture, le cahier de voyage, le carnet, le cahier des rêves et le cahier de réveil),
  • la préparation physique (le lieu pour écrire, l’hygiène de vie, l’organisation de l’environnement, l’hygiène rituelle pour prendre chaque jour ‘une douche d’écriture’),
  • la préparation mentale (construire ses pensées),
  • la création d’ images magiques pour faire rêver,
  • la préparation psychologique (affirmer sa décision d’écrire face aux autres, face à soi-même)
  • la préparation spirituelle (se connecter à des forces créatrices gigantesques).

Quand nous souhaitons écrire, nous devons aussi savoir recueillir les idées dès qu’elles pointent le bout de leur nez. Car ce sont les idées qui viennent à nous. Et non l’inverse. Nous devons apprendre à les apprivoiser comme un animal sauvage. A les dompter.

Car, comme tout est une question d’habitude, une idée en appelle une autre. Il convient donc d’être disposé pour recevoir les idées, pour les encourager et les respecter.

 

Identifier ses désirs, c’est un pas vers le talent!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

3 commentaires

lucette smits · 7 mai 2019 à 14 h 46 min

Ecrire peut-être un rêve, et si on le réaliser alors là, il faut se remonter le cerveau d’un cran…
Un simple cerveau aura des difficultés à s’infiltrer dans des idées, pour trouver “la perle rare” qui fera que nous sommes “écrivains” ou pas. Reste qu’écrire peut-être un plaisir à vie sans chercher la renommée…Je ferai sans doute partie de cette catégorie là, toi, tu peux aller nettement au-dessus …

    Laurence Smits · 7 mai 2019 à 16 h 14 min

    Merci, ça cogite fermement pour franchir certaines étapes, que je franchis pas à pas, mais ça démange….

      smits jacques · 7 mai 2019 à 16 h 32 min

      Un jour ça ne te démangera plus, et tu seras libre de t’envoler.
      Quand le moment sera là, tu le sentiras…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *