L’écriture adoucit les moeurs, c’est bien connu! Lorsque vous n’avez plus les idées très claires, un seul conseil: ECRIVEZ! Cela vous aidera à vous vider l’esprit et à remettre votre cerveau sur les rails du contrôle et de la logique.

En outre, écrire aidera la zone cérébrale responsable des émotions. Et le stress, qui découle des émotions, sera donc lui aussi atténué.

Noircir le papier est une activité idéale pour s’éclaircir l’esprit, selon Dominique Clocheux. Ecrire vous permet de libérer votre esprit, mais c’est aussi un excellent moyen de dire des choses qui sont enfouies au plus profond de vous.

L’écriture est souvent préconisée lors d’une thérapie, d’une psychanalyse, afin de mettre sur papier les souvenirs – bons ou mauvais – les plus anciens.

Ecrire: une bonne solution pour se vider la tête

Pour se sentir mieux, il est important de trouver des solutions. Ecrire en est une, si l’on sait prendre son temps. Il est important d’écrire pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il n’y a aucune raison de tout garder dans votre mémoire, qui n’est pas un organe bien fiable. Il est nettement plus simple de tout coucher sur le papier.

En effet, avoir un problème sous les yeux, plutôt que dans sa tête, vous aide à trouver la solution, ou du moins, à prendre de la distance avec ce problème. Que ce soit au niveau professionnel ou personnel, l’écriture est primordiale.

Quoi de plus simple que de noter sur une feuille, sur un tableau, des idées lors d’une réunion pour mieux les expliquer à vos collègues? En effet, il est prouvé alors que ces derniers seront plus attentifs à ce qui est visuel.

Lorsque vous avez une idée, mettez-la de suite sur votre carnet de notes afin de pouvoir l’exploiter plus tard. En faisant cela, vous vous videz la tête, vous avez l’esprit plus clair pour accueillir d’autres idées.

Mais écrire est aussi une bonne solution pour exprimer ses sentiments, qu’ils soient positifs ou négatifs. Il est plus simple d’écrire à quelqu’un ce que vous pensez plutôt que de lui dire à voix haute.

Il arrive que vous ne sachiez pas comment dire les choses. Alors, écrivez-les et vous vous rendrez compte que c’est plus simple que vous ne le croyez. Surtout, vous aurez aussi tout loisir de modifier votre écrit pour vous montrer encore plus sincère, chercher le meilleur mot possible, afin de ne pas blesser votre interlocuteur, ce qui risque d’arriver à l’oral si vous parlez à brûle-pourpoint, sans un temps de réflexion.

Lorsque vous avez un problème qui tourne sans cesse dans votre esprit, alors écrivez-le pour vous libérer de ce poids, trop dur à porter. Prenez quelques minutes chaque jour pour raconter ce qui vous est arrivé est un excellent moyen pour avoir votre esprit libre, qui pourra alors se focaliser sur d’autres choses.

Peu importe d’ailleurs votre façon d’écrire, personne ne vous demande de vous transformer en Victor Hugo, mais juste de libérer votre esprit des tensions que vous y avez accumulées. Croyez-moi sur parole, vous vous sentirez nettement mieux une fois que vous aurez écrit tout ce qui vous passe par la tête!

Libérer de la place dans son cerveau

Vous avez déjà certainement eu l’impression que votre tête cogitait trop et qu’elle allait exploser! Cela n’est pas étonnant, avec plusieurs dizaines de milliers de pensées qui se bousculent dans votre tête chaque jour! Il y a sans doute un peu de ménage à faire!

C’est tout à fait possible, comme dit précédemment, de se libérer le cerveau par l’écriture. Vous avez sans doute envie de vider votre tête, comme vous pourriez vider une armoire débordante, dont les portes ne ferment plus tant elle est remplie de vêtements aussi futiles qu’inutiles.

Il est possible de voir plus clair dans ce brouhaha mental que vous vous imposez tous les jours. Le simple fait d’écrire permet un nettoyage en profondeur de votre esprit, donc, de votre corps. Le corps et le mental sont liés, à n’en pas douter.

Bien sûr, comme tout le monde, vous vous êtes déjà mis en colère contre quelqu’un, et vous avez explosé en lui disant ce que vous aviez sur le coeur. Vous avez eu alors besoin d’extérioriser ce qui se trouvait à l’intérieur de vous, pour vous libérer d’un poids.

En effet, nous le faisons tous: quand un contenant est plein, on le vide. On déballe tout pour l’alléger, pour y voir plus clair! C’est pareil avec votre esprit!

Dans l’exercice de l’écriture, l’idée est donc de libérer votre cerveau de toutes ses pensées qui affluent sans cesse pour les faire sortir et canaliser l’énergie de votre esprit.

Pour ce faire, vous pouvez tenir, par exemple, un journal intime que vous teniez peut-être étant plus jeune, dans lequel vous déballiez vos états d’âme. Rappellez-vous comment vous vous sentiez bien après les avoir couchés sur le papier!

Prendre conscience de ce que l’on a dans la tête

Quand vos idées fusent, elles disparaissent parfois aussi rapidement qu’elles sont apparues. Il est difficile pour votre cerveau de démêler chacune d’elles et de les analyser pour y voir plus clair. Pour cela, c’est à vous de faire le job: posez vos idées sur le papier!

En écrivant vos pensées, vous les mettez à nu. Vous pouvez les observer car elles apparaissent telles qu’elles sont. Elles deviennent plus concrètes, et non pas juste des moments éphémères!

Face à vos pensées, en les écrivant, vous prendrez alors l’habitude de les observer plus finement. Vous prendrez facilement de la distance et de la hauteur. Vous appréhenderez vos pensées différemment. Le gros avantage, c’est que vous pourrez les relire autant que vous voudrez.

Le simple fait d’extérioriser vos pensées est libérateur. Mais, vous pouvez décider d’aller plus loin…

Comprendre ce que l’on pense

Lorsque les mots, et les maux, sont lisibles, il est plus facile de les comprendre car ils sont plus tangibles. Si vous prenez l’habitude d’écrire régulièrement, vous pourrez voir revenir certaines idées, des concepts récurrents, qui pourront être le début de quelque chose.

En tous les cas, les notes que vous aurez prises reflèteront un aperçu intéressant sur vos problématiques, sur vos émotions générales, peut-être même sur l’origine de vos pensées.

C’est à ce moment-là que vous pouvez placer vos pensées ou problématiques récurrentes dans le modèle de Brooke pour comprendre quel résultat en découle.

Le modèle de Brooke

Le modèle de Brooke est un outil simple et puissant à la fois qui permet d’analyser toutes les situations pour mieux les comprendre et y voir plus clair.

Le modèle de Brooke se résume en 5 lignes:

  • C (circonstance): les faits ou la situation, décrite de façon neutre et sans jugement
  • P (pensée): la phrase que je me dis dans ma tête au sujet de ces circonstances
  • E (émotion): comment je me sens quand je pense ça
  • A (action): ce que je fais (ou ce que je ne fais pas) quand je me sens comme ça
  • R (résultat): les conséquences dans ma vie de cette action ou inaction

Brooke Castillo, brillante coach de vie américaine, a conçu ce modèle pour se libérer, comprendre sa vie et la réorienter. C’est un outil efficace de développement personnel qui a révolutionné la vie de beaucoup de personnes.

Brooke Castillo

Cetre grille de décodage de nos émotions vous permettra de comprendre précisément la façon dont vos pensées influencent vos résultats. Grâce à ce modèle, il est possible d’aligner vos pensées sur vos objectifs.

En remplissant en fait les 5 points de la grille, votre cerveau va prendre la hauteur suffisante pour analyser une situation qui ne vous satisfait pas. Ainsi, il est possible de comprendre comment vos pensées vous ont amené à réagir face à telle situation, pour un résultat qui, éventuellement, ne vous satisfait pas.

En effet, toutes nos actions sont le résultat de nos pensées. Voici un exemple concret à partir du modèle de Brooke, qui peut parler à tout le monde:

Circonstances : mon petit ami m’a plaqué.

Pensée : personne ne veut de moi, je vais finir seule.

Émotion : tristesse et désarroi.

Action : je me morfonds en me cloitrant chez moi.

Résultat : je suis totalement déprimée.

Ici, la grille me permet de prendre conscience qu’en pensant que « personne ne veut de moi », je me lamente sur mon sort et je nourris ma tristesse et mon désarroi. Résultat, je suis une loque humaine qui se terre pour fuir le monde.

Pour surmonter la situation et reprendre le dessus, je me rends compte qu’il faut que je modifie ma pensée. Voici la seconde grille que je pourrai remplir pour arriver à un résultat beaucoup plus positif.

Circonstances : mon petit ami m’a plaqué.

Pensée : c’est que l’on n’était pas fait pour être ensemble mais quelqu’un qui me convient vraiment m’attend quelque part.

Émotion : optimiste.

 Action : je sors avec mes copines car le bon peut se cacher n’importe où.

Résultat : sortir de chez moi et voir du monde m’occupe l’esprit et je remonte doucement la pente grâce au soutien de mon entourage.

Il n’y a rien de révolutionnaire dans cette méthode de Brooke, car ce sont des notions que nous avons instinctivement en nous. Mais, la puissance ici est de poser des mots sur son ressenti, de prendre la mesure des conséquences et de nos pensées sur nos actions.

En 5 phrases, vous comprenez facilement où le bât blesse. Vous pouvez saisir alors l’opportunité de corriger le tir en modifiant votre façon de penser. Par conséquent, c’est un bon exercice pour apprendre à votre cerveau à penser positivement et à lutter contre des croyances limitantes que vous vous infligez vous-même, soit dit en passant!

Toute pensée limitante vous dessert. En écrivant, c’est le moment de vous en libérer et de vous approprier de nouvelles pensées plus saines.

Quand, comment et quoi écrire pour vider sa tête?

A vrai dire, peu importe le moment de la journée. Le bon moment, cest celui qui vous convient. Si vous voulez faire entrer la pratique de l’écriture dans votre routine, choisissez le moment où vous sentez que votre tête a le plus besoin de se vider, ou quand vous décidez de prendre quelques minutes pour vous.

Le matin au réveil, le soir en rentrant du travail ou avant de vous coucher: à vous de choisir!

Vous pouvez tout aussi bien écrire de manière ponctuelle, lorque vous en ressentez le besoin. Par exemple, à un moment où vos émotions sont trop fortes, ou que quelque chose vous a contrarié.

Vous pouvez aussi bien écrire sur le papier qu’ouvrir votre ordinateur. Peu importe à vrai dire l’outil que vous utilisez tant que cela vous correspond. Pour ceux qui seraient réticents au geste d’écriture, il existe des logiciels de transcription qui écrivent ce que vous dites. Vous pouvez ainsi déballer toutes vos pensées.

Pour vous libérer l’esprit, laissez libre court à vos pensées, sans censure ni tabou, sans aucun jugement, sans aucune correction et sans relecture avant d’avoir terminé.

Ecrivez vos pensées comme elles viennent, brutes de décoffrage. Laissez ce flot de pensées couler, car votre écriture doit être fluide, comme une eau qui s’écoule, toujours en mouvement. L’idée, surtout, est de ne pas intellectualiser ce flot.

Vous avez à votre disposition 2 façons de procéder:

  • soit vous faites un flot de pensées libres, sans sujet défini, juste en laissant aller tout simplement ce qui vous vient.
  • soit vous posez une question et vous y répondez sur papier. Comment je me sens ce matin ? Qu’est-ce que je pense de telle situation ? Pourquoi j’ai réagi comme ça hier ? Qu’est-ce qui m’empêche d’avancer dans mon projet ?

Les réticences qu’on peut avoir à écrire pour se sentir mieux

J’entends d’ici la sempiternelle excuse de “je n’ai pas le temps”. Personne ne vous oblige à consacrer 30 minutes ou plus à écrire. D’ailleurs, il est très peu probable que vous ayez des choses à écrire pendant autant de temps. Dans la plupart des cas, 5 minutes devraient suffire!

Une autre excuse communément entendue aussi: “je n’ai rien à dire”. Même si les premières phrases que vous écrivez sont “je ne sais pas quoi écrire”, c’est déjà un début. Continuez et persistez pour voir si quelque chose d’autre arrive. Ce ne sera peut-être pas aujourd’hui, mais quelques jours plus tard.

Une autre peur qui se propage en vous: “et si quelqu’un tombe dessus et lit ce que j’ai écrit?”. Rien ne vous oblige à garder vos écrits. Une fois l’exercice fait, vous êtes libre de jeter ou de brûler le papier, ou d’effacer le fichier de votre ordinateur.

Et si jamais quelqu’un lit vos notes car vous aurez eu envie de les garder, qu’est-ce qui vous fait réellement peur? Ce serait une bonne question comme point de départ pour un flot de pensées justement…

En guise de conclusion

En résumé, pour alléger votre cerveau, il faut le vider en extériorisant ce qui l’encombre. Mettre des actions en place pour changer vos pensées, c’est déjà le début vers un changement.

Quand vous écrivez, vous vous sentez libre. C’est mon cas. Plus rien n’existe autour de moi. Ecrire, c’est vraiment un acte libérateur qui vide mon esprit de ses choses négatives ou trop lourdes à supporter au quotidien.

Quand j’écris, je me sens apaisée et sereine; je suis dans le calme intérieur et au calme. Je trouve que c’est quand même magique de se rendre compte qu’à travers l’écriture, mon équilibre psychologique s’en est trouvé amélioré!

C’est une sensation tellement étrange mais si agréable à la fois, que je pourrais écrire alors sans jamais m’arrêter!


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

3 commentaires

lucette smits · 19 mai 2020 à 15 h 15 min

C’est exactement ça, vider son sac, pour remplir son cahier…

Desbordes patrick · 20 mai 2020 à 14 h 10 min

Oh combien vous avez raison Laurence écrire est un véritable exutoire pour rester positif et optimiste
Quand l’ambiance autour de nous est négative , médiocre voir imbécile.
Pour moi ma potion magique pour rester positif : Ecriture , méditation , musique.
Merci pour cet article optimiste et positif
Bien à vous
Patrick

    Laurence Smits · 20 mai 2020 à 21 h 49 min

    Nous sommes d’accord Patrick: écriture, yoga et méditation marche, animaux, lecture, musique et cuisine.Voilà les ingrédients de la recette du bien-être!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *