Dans cet article, je vais évoquer un thème qui me semble particulièrement important lorsque nous évoquons l’écriture: la confiance en soi.

Beaucoup d’entre nous sont bloqués à un moment donné ou à un autre, dans leur vie ou dans leur pratique d’écriture. Des peurs et des questions pernicieuses se cachent insidieusement au fond de nous. Cela est s’autant plus vrai dans toute pratique artistique.

Beaucoup d’auteurs ont ce défaut: ils n’ont pas confiance en eux. Cela les dessert, bien évidemment.

La nécessaire confiance en soi pour écrire

Cela aide tout auteur s’il a plus confiance en lui. Cela peut aussi être une garantie concernant la qualité de l’écriture. En supprimant certaines de vos peurs absurdes, et donc toxiques, vous trouverez ou retrouverez le chemin vers une écriture plus libre et plus assurée.

Des exercices d’écriture rapides, réalisés quotidiennement pendant 15 minutes seulement, peuvent considérablement augmenter la satisfaction que vous ressentez face à votre corps, à votre esprit.

En écrivant des lettres que vous vous adressez, comme à un ami proche, en faisant preuve d’auto-compassion envers vous-même, vous boosterez votre confiance en vous. En écrivant une lettre à votre corps, en lui déclarant votre reconnaissance pour tout ce qu’il fait pour vous aider dans votre vie quotidienne, vous boosterez aussi votre confiance en vous.

L’auto-compassion améliore la façon dont vous percevez votre corps, par exemple. Cela est prouvé par des recherches scientifiques. Vos lettres, vous étant destiné, seront sûrement touchantes. Cela peut créer un réconfort pour celles et ceux qui ont du mal à accepter leur image corporelle.

L’acte d’écrire en lui-même demande à son auteur une grande confiance en lui. L’écriture est un vrai don de soi. En écrivant (je ne parle pas d’écrire un roman), peu à peu, vous cesserez de vous dévaloriser, de vous rabaisser, vous vous sentirez digne de confiance.

Combien de personnes ne se lancent jamais dans des projets qui leur tiennent à cœur? Elles partent vaincues d’avance, sans même essayer, se convainquant qu’elles n’y arriveront jamais de toute façon! Le manque de confiance en soi est un géant qui terrasse les plus grandes ambitions humaines!

Les peurs de l’écrivain

Pour commencer à vaincre votre problème de manque de confiance en vous, il est nécessaire d’identifier vos peurs.

La peur de l’échec est une des peurs les plus importantes. Combien de fois peut-on entendre “Et si je n’y arrivais pas?”. Avoir peur de ne pas réussir est normal, surtout lorsque vous vous lancez dans un projet d’écriture important. Parvenir au point final peut s’avérer une tâche ardue.

Mais, le simple fait de commencer la démarche de l’écriture est déjà une réussite en soi. Au lieu de vous lancer tout de suite dans l’écriture d’un roman, pourquoi ne pas vous lancer dans un format d’écriture plus court, comme une nouvelle, par exemple?

Il convient de prendre confiance en votre style, de le trouver, de le parfaire et de le peaufiner. Vous devez appréhender ce qu’est le processus d’écriture. Ne perdez jamais de vue votre objectif, pour le finaliser un jour ou l’autre.

La peur de la réussite est une peur fréquente. Vous pouvez ne pas vous sentir à votre place et vous considérer comme un imposteur. Vous avez fini d’écrire une histoire, mais vous êtes incapable d’apporter les corrections nécessaires et de relire votre manuscrit.

La peur de la réussite est intimement liée à celle de l’échec. ce qui peut vous effrayer, c’est l’après, quand vous aurez fini votre travail d’écriture, de ressentir ce vide en vous après toute création.

Les peurs de se lâcher et de perdre le contrôle sont intimement liées entre elles. Ecrire une histoire assez longue demande que vous vous impliquiez émotionnellement. Quand vous écrivez, vous laissez une part de vous-même, plus ou moins volontairement.

Ecrire demande que vous ignoriez toutes ces barrières, pour rendre votre approche à l’écriture plus bénéfique. Vous offrirez ainsi à vos lecteurs un texte plus profond, plus authentique et plus riche en émotions.

Perdre le contrôle n’est pas du tout un échec. Libérez-vous de ce besoin et laissez-vous aller. C’est un travail à faire sur vous-même. Détendez-vous pour écrire.

La peur du regard des autres et de la critique est l’une des peurs les plus importantes. Si vous écrivez, à part dans un journal intime ou personnel, c’est pour être lu. Laissez à vos lecteurs faire ce qu’ils veulent de vos histoires, quand bien même ils la critiquent!

Le regard des autres et la critique vous font peur parce qu’ils ont le pouvoir de tout faire bousculer et de mettre à mal ce que vous avez mis tant de temps et tant de mal à construire. Ils peuvent vous mettre plus bas que terre avec seulement quelques mots. Bien sûr, cela peut mettre un gros coup à votre estime!

Vous ne pouvez pas plaire à tout le monde. J.K. Rowling a été rejetée de combien de maisons d’éditions avant d’être publiée par un petit éditeur? La critique peut être bénéfique, car cela vous permet de comprendre vos erreurs, de les retravailler.

Vous pouvez aussi être hanté par la peur de ne pas être à la hauteur. Il y aura toujours quelqu’un de meilleur ou de moins bon que vous. Chaque auteur a son propre style et se différencie de cette manière.

Cessez de vous comparer aux autres. Le plus important, à mes yeux, c’est que vous preniez du plaisir dans ce que vous faites. Ne perdez pas espoir, persévérez, améliorez-vous. Vous finirez ainsi par trouver votre public!

La peur de ne pas réussir ou d’être en manque d’inspiration est très fréquente. C’est le traditionnel syndrome de la page blanche. C’est la hantise de tout écrivain. Nous pouvons tous y être soumis, un jour ou l’autre. Plus ou moins longtemps. Pour sortir de cette impasse, nul autre choix que de vous faire violence, de vous forcer et de passer le cap.

La honte de l’écrivain est fréquente. Vous pensez, à tort, ne pas être légitime en tant qu’auteur. Vous pensez ne pas être un professionnel de l’écriture. Vous pensez ne pas avoir de formation suffisante. Vous pensez ne pas avoir de style. Vous pensez ne pas être bon en orthographe. Votre famille veut que vous ayez un “vrai” métier.

Il n’y a aucune honte à vouloir écrire des histoires ni d’en raconter, encore moins de vouloir les partager. Le style se travaille. Les formations ou les séances de coaching, gratuites ou payantes, sont légion. Les livres aussi. Rien ne s’acquiert en quelques jours. La clé du succès est de persévérer et de se former. Il n’y a pas de secret. Ce n’est qu’en travaillant que vous deviendrez meilleur!

Tenir un journal personnel pour s’aider

Vous le savez, l’écriture est un outil de développement personnel formidable. Sous la forme d’un journal personnel, elle vous permettra, entre autres, d’améliorer votre confiance en vous et votre propre estime. L’écriture recèle des pouvoirs et des trésors insoupçonnés!

Dans un journal personnel, vous pouvez coucher sur le papier bien des choses: vos ambitions, vos déceptions, vos réussites, vos échecs, vos doutes, vos joies,…D’une manière générale, toutes vos pensées! Cela peut vous aider si vous avez du mal à vous confier ou à consulter un thérapeuthe!

Tenir un journal personnel vous permettra de reprendre votre vie en main. L’essentiel est de commencer la démarche qui vous autorisera à booster votre confiance en vous. Un journal personnel permet de découvrir ou de redécouvrir vos petites victoires ou vos grandes réussites. Surtout, il vous permet de prendre du recul sur vos erreurs et vos échecs. Ainsi, vous ne restez pas négatif et vous ne passez pas votre temps à ressasser ce qui a pu vous paraître négatif dans votre vie!

En tenant votre journal personnel tous les jours, vous pratiquerez aussi le sentiment de gratitude. Envers VOUS! Vous l’écrirez, ce qui vous fera d’autant plus de bien. La gratitude, c’est être reconnaissant de ce que vous avez, de ce que vous vivez, de qui vous accompagne.

La gratitude permet de ne pas vous enfermer dans un sentiment négatif et de voir le positif dans votre quotidien. Il y en a forcément, mais vous ne le voyez pas forcément.

La lettre à soi: un exercice d’écriture pour apprendre à s’aimer

En écrivant une lettre dont vous êtes le destinataire, vous vous offrez un moment de reconnexion avec vous-même, avec votre monde intérieur. Ainsi, cet exercice peut vous permettre de renforcer votre estime de vous-même.

Considérez ce geste de vous écrire une lettre comme une geste “sacré” envers vous-même, qui implique de vous retrouver avec ce que vous avez de plus intime et profond en vous.

Installez-vous dans un état mental approprié, avec du temps devant vous, dans un espace calme. Choisissez attentivement votre feuille de papier et votre stylo. Cet exercice doit se pratiquer à la main. Le contact direct avec le papier et le stylo favorise l’accès à votre intériorité. Éloignez aussi toutes les sources de dérangement – portable, entre autres.

Avant de commencer à écrire, prenez quelques minutes pour respirer profondément, les yeux fermés, en portant votre attention sur la trajectoire de l’air dans votre corps. Ces quelques instants ont pour but de vous recentrer, pour être au plus proche de votre intuition et de votre créativité.

L’objectif de la lettre à soi est de se parler avec douceur et bienveillance à travers l’écriture. Le champ est libre, et les possibilités de cette lettre à vous-même sont infinies!

Vous pouvez poser une intention particulière: “j’écris cette lettre pour…célébrer mes succès depuis ma naissance, faire la liste de mes envies pour les 10 années à venir, sceller mes plus beaux souvenirs en famille, expliquer en quoi vous êtes une bonne et belle personne…”.

Commencez à écrire cette lettre en vous l’adressant comme vous le souhaitez. Faites apparaître votre prénom dès le départ. Le mode épistolaire est propice à la confidence!

Le meilleur moyen pour activer votre intuition et votre créativité est de “laisser-faire”. N’essayez pas de tout contrôler, vous le faites déjà suffisamment dans votre vie quotidienne. La syntaxe, la grammaire et l’orthographe n’ont aucune importance. Il n’y a aucun enjeu que celui de vous faire du bien et d’apprendre à vous aimer!

Lorsque les mots viennent du cœur, ils sont forcément beaux et justes. Laissez alors tomber le souci du perfectionnisme, pendant le temps de l’exercice. Accueillez, au contraire, les mots comme ils vous viennent et dans l’ordre qu’ils vous apparaissent. Même si cela ne vous semble pas cohérent! Ne vous jugez pas non plus!

Une fois la lettre écrite, remerciez-vous! Vous vous êtes accordé du temps et c’est un énorme cadeau que vous vous faites. Signez et datez ensuite votre lettre et oubliez-là pour un temps. Décidez de la relire dans des moments qui vous semblent justes à vos yeux. Vous vous souviendrez alors de cet instant passé avec vous-même, en ayant, sans doute, une lecture différente de votre lettre.

La lettre à soi est un exercice très puissant si vous lui donnez une belle intention.

Gagner confiance en soi par le regard des autres

Participer à un atelier d’écriture peut vous aider à trouver assez de confiance en vous pour oser franchir les étapes successives. La première, écrire, est généralement déjà franchie puisque vous venez dans un atelier pour cela.

La seconde étape est plus difficile: lire devant les autres participants ou se laisser lire par eux. Dédramatiser la chose et rationaliser cette démarche sont des atouts précieux. Personne ne porte de jugement sur quiconque. Tout se passe dans la bienveillance.

En écrivant dans un contexte particulier et en lisant votre production devant un groupe, vous ferez sûrement surgir de l’intérieur une dose de confiance que vous cultiverez à la longue.

Pour augmenter votre confiance en vous, le regard des autres est souvent un ciment permettant de faire tenir ensemble les briques de votre image. Cette méthode fonctionne par paliers, pas à pas, progrès après progrès.

Quelques conseils pour rester confiant

Avant tout, il est important de connaître vos forces et vos faiblesses. Cela permet de mettre l’accent sur ce dont vous avez le plus besoin et de travailler ça pour pallier ce manque.

Savoir où vous souhaitez aller peut vous aider à dépasser vos peurs de base. Rappelez-vous que toute critique peut vous aider, notamment lorsqu’elles sont bien argumentées. Mettez votre ego de côté, restez humble face à vos travaux, mais soyez tout de même fier de vos avancées et célébrez-les.

Cessez surtout d’écouter vos voix intérieures, qui vous bloquent en permanence. Apprenez à les dompter et considérez-les comme des petits démons à qui il faut tordre le cou!

Croyez en vous, croyez en vos projets, croyez en vos envies, croyez en vos rêves: ce sont les meilleurs conseils que je puisse vous donner!

En guise de conclusion

Je vous dirai simplement que faire taire ses peurs est bien plus facile à dire qu’à faire. J’en ai parfaitement conscience. Mais, vous pouvez toujours trouver le moyen de commencer à remédier à votre manque de confiance en vous.

Trouver la force d’avoir confiance en soi est nécessaire lorsque vous voulez commencer tout projet, notamment d’écriture. Sinon, vous serez vite déstabilisé et votre projet stagnera ou échouera.

La confiance en soi, ça se travaille et ça demande des efforts, comme tout le reste en fait. Rien n’est acquis et rien ne vient tout seul! Tout demande du courage, de la persévérance et de la ténacité!


Laurence Smits

Passionnée de lecture et d’écriture, de voyages et d’art, je partage mes conseils sur l’écriture.

2 commentaires

lucette smits · 18 août 2020 à 13 h 58 min

C ‘est vrai que la confiance en soi se travaille à longueur d’années, et que rien n’est jamais acquit…

PATRICK DESBORDES · 20 août 2020 à 15 h 51 min

Bonjour Laurence tellement d’accord avec vous , écrire me permet de prendre de plus en plus confiance en moi et surtout c’est excellent pour le moral merci à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *